Chercher dans la liste complète des articles

Les documents sont répartis entre le "Coin COVID", le "Coin quotidien" et le "Coin intempéries".
Infos Locales au Japon recommande de commencer par chercher ici.

Si vous ne trouvez pas de réponse, cliquer sur l’icône en bas à droite de cet écran.
Il n'y a pas besoin d'avoir un compte Facebook si vous ne le souhaitez pas (ne pas changer de page dans ce cas).

Articles récents

Pour tous ceux qui nous lisent

Comme toujours, Infos Locales au Japon et Infos Kyushu mettent ces documents à titre d’information. Nous pouvons avoir mal compris ou traduit l’information, ou celle-ci peut avoir évolué depuis l’écriture de cet article. Nous mettons également à jour nos articles si la situation le demande, mais cela peut parfois prendre du temps. Nous encourageons donc chacun à vérifier les informations à la source, et de se tenir régulièrement informés par NHK Japon ou NHK World.

En cas d’urgence COVID

En cas d’urgence non-COVID

IMG - Numéros de téléphone en cas d'urgence
Numéros de téléphone en cas d’urgence (non COVID). Ce document contient aussi les informations pour contacter une ambassade etc. en urgence.

Pourquoi s’inscrire au Consulat ?

IMG - Ambassade & consulats

…lorsqu’on vit ou voyage à l’étranger, c’est important parce que… (lire la suite)

 

Ehime (Préf.) – État d’urgence lié aux souches mutantes

Vous êtes ici :
< Retour

La préfecture d’Ehime fait face à des clusters dont certains liés à des souches mutantes. Elle vient de déclarer l’état d’urgence pour la ville de Matsuyama, le 25 mars 2021. La région se débat pour identifier les personnes infectées. Elle a donné, le 23 mars 2021, la liste de 8 établissements qui pourraient être concernés. Le 25 mars, 2 nouveaux établissements font partie de cette liste.

La traduction suivante correspond à la conférence de presse du 23 mars 2021. En date du 25 mars, la préfecture annonce maintenant des restrictions d’horaires des établissements de restauration à 21:00. Des restrictions d’horaires concerneront certains établissements publics. La population ne doit pas hésiter à contacter un hokenjos, un centre de consultation ou un médecin quand l’état de santé se dégrade.

Il faut donc considérer que les instructions ci-dessous s’appliquent et sont renforcées par les mesures annoncées le 25, qui seront publiées dans un article séparé.

Discours du gouverneur de la préfecture d’Ehime

La préfecture est au début d’une 4ème vague

Merci de participer à ces conférences de presse successives. La déclaration de l’état d’urgence est levée pour le Grand Tokyo et cela suscite des inquiétudes concernant un risque de rebond. Dans notre préfecture également, la situation infectieuse est extrêmement alarmante. Pendant ma conférence de presse d’hier, j’ai expliqué qu’il y avait un risque de passage à une quatrième vague. Hier encore, le personnel des magasins coopèrent complètement et nous progressons dans la mise en œuvre des tests de dépistage. C’est pour cette raison que nous trouvons beaucoup de cas positifs. Malgré tout, nous pouvons déjà dire que nous sommes au tout début d’une quatrième vague. La question est de savoir si nous pourrons la contenir sans qu’elle ne devienne trop haute. Dans les jours à venir, je souhaite travailler en équipe avec toutes personnes concernées, et sur tous les plans, pour contenir ce virus.

Nouveau cluster avec des souches mutantes dans le district de divertissement de Matsuyama

Au cours des tests de dépistage d’hier, nous avons confirmé l’existence d’un nouveau cluster dans le district de divertissement de Matsuyama. Ce cluster a révélé un mode de contamination par le biais de souches mutantes. Ces souches mutantes se sont répandues dans des restaurants spécifiques du quartier de divertissement de la ville de Matsuyama. Il faut craindre que, si nous n’identifions pas la succession de chaines d’infection, nous soyons confrontés à une propagation du virus beaucoup plus importante que celle de fin et de début d’année 2020. Je souhaite partager ce sentiment de danger avec la population de la préfecture, et en en particulier de la ville de Matsuyama.

Nombre de nouveaux dossiers de cas

Hier, nous avons confirmé 23 dossiers de cas positifs. Leur répartition est la suivante : 19 dossier sont déjà connus. (NdT : les cas identifiés sont des cas contacts des personnes de ces dossiers), et 4 nouveaux cas. En d’autres termes, tous les établissements concernés coopèrent complètement, et leurs employés et clients sont progressivement soumis à des tests de dépistage. Cela signifie qu’un grand nombre de personnes ont été confirmées infectées dans les cas existants. En outre, les 12 nouveaux cas positifs après une infection par une souche mutante du coronavirus font partie du nouveau cluster. Nous souhaitons un bon rétablissement à toutes les personnes qui ont été confirmées positives.

Croissance rapide du nombre de cas

Pendant la conférence de presse d’hier, j’ai expliqué que, depuis mi-mars, le taux de cas dont on ne peut pas retrouver les voies d’infection, ainsi que la proportion de cas parmi les jeunes générations sont en augmentation. Cela annonce un danger. Le lendemain de cette conférence les résultats de tests étendus confirment 23 nouveaux cas. Nous avons plus de 20 cas / jour pour la première fois en 59 jours, depuis le 23 janvier 2021.

En revanche, cette fois, tous les établissements concernés par plusieurs cas positifs coopèrent complètement. Leurs employés et clients ont été contactés très rapidement et avec diligence. Cela fait que les hokenjos ont pu faire des tests de dépistage rapidement. De plus, les gens se présentent d’eux-mêmes dans les institutions médicales, ce qui donne de bons résultats. Dans ce sens, il devrait être possible de saisir rapidement la situation, à un stade précoce de l’apparition des cas. Il s’agit d’un plus pour le futur.

Cluster de Matsuyama – pourquoi les contaminations

 Les 19 cas existants dont les tests étaient positifs hier sont tous des employés et des clients de plusieurs restaurants du centre-ville de Matsuyama. De plus, avec la progression de l’enquête des hokenjos, nous avons pu relier les cas 335 et 336 à un des clusters. Tous deux sont en relation avec des établissements de restauration spécifiques, qui offrent un service de contact. En ce sens, le virus ne se serait pas propagé dans un établissement spécifique, mais ce seraient plutôt les allées et venues des employés et clients qui l’auraient propagé à plusieurs établissements.

Nous avons maintenant une meilleure compréhension de ce qui se passe, et nous pouvons penser que le virus se propage d’un coup lorsque les employés et clients vont et viennent dans plusieurs établissements. Aussi, nous regroupons les dossiers 335 et 336 dans le dossier 337, et les traitons comme un nouveau cluster. Ce cluster s’appellera dorénavant « cluster des quartiers de divertissement de Matsuyama ».

Ce nouveau cluster relie les cas positifs 335 et 336 dont nous avons parlé à 26 autres cas positifs. Il est donc très large, et se concentre essentiellement dans les Cabarets-clubs (Kabakura) du quartier de divertissement de Matsuyama, et dans les bars qui ouvrent tard le soir. Les cas d’infection se trouvent parmi leurs usagers. Même dans la ville de Matsuyama, les nouveaux cas en dehors du centre-ville ne sont que sporadiques. De plus, je demande à tous de rester calmes, sachant qu’à ce stade, il n’y a pas de propagation vers les zones hors de la ville de Matsuyama.

Appel au calme pour que les gens n’aient pas peur de se faire tester

Lorsqu’un aussi grand cluster composé d’autant de personnes apparait, il est essentiel de rester calme et d’agir sans se précipiter. Chacun doit continuer à se comporter de façon à éviter les contaminations. Cela ne change pas. Je pense qu’il est inévitable de ressentir de l’anxiété en recevant de tels messages. J’ai attiré plusieurs fois l’attention sur ce point, mais je pense que cela n’est pas facilement contrôlable. Aussi, je voudrais que de nombreux citoyens de la préfecture fassent attention à ne pas se laisser influencer.

La préfecture demande aux gens de se manifester

Il n’est pas possible de déterminer si l’infection s’est propagée rapidement par rapport au passé ou si elle s’est propagée rapidement au cours de la semaine écoulée. Je pense néanmoins que les mesures à venir vont pouvoir contenir cette vague de propagation. Il est plus important de ne pas propager ces infections à la communauté par contamination dans les foyers et le lieu de travail.

Il est aussi particulièrement important de ne pas les transmettre aux institutions médicales et aux installations pour personnes âgées. Nous devons arrêter la chaîne de contamination de la région. Aussi, les personnes qui se sont rendues dans les restaurants concernés ont besoin de se soumettre au plus vite à un test de dépistage. Le personnel de ces établissements coopère complètement et contactent leurs clients au fur et à mesure. Néanmoins, il manque des informations et c’est pourquoi nous avons dû demander un peu plus de ces restaurants et bars.

Établissements reliés au cluster de Matsuyama

Les 8 établissements concernés par ces cas d’infection ont accepté que l’on publie leur nom, et je vous les donne donc. La liste est la suivante.

  • Nibancho, ville de Matsuyama 松山市二番町
    • « Start (スタート) »,
    • « QP(キューピー) »,
    • « Bar JOKER(バー ジョーカー) ».
  • Sanbancho 三番町,
    • « Club Kagura  クラブ神楽 »,
    • « Club Kagura Lusso クラブ神楽 LUSSO(ルッソ) »,
    • « 9STATES(ナインステイツ) »,
    • « Bar About(バー アバウト) » et
    • « BAR DANGER(バーデンジャー) ».

Qui pourrait être cas contact

Les personnes qui ont fréquenté ces endroits depuis le 9 mars pourraient très probablement être des cas contacts. Aussi, qu’elles aient des symptômes ou pas, nous leur demandons de s’isoler à la maison immédiatement et de contacter les services de santé publique (hokenjos) au plus tôt. Ces personnes vivent probablement un peu partout. Il leur faut donc contacter le hokenjos le plus proche de l’endroit où elles se trouvent. Au moment où elles appellent, elles ont besoin de préciser qu’elles sont concernées par le cluster des quartiers de divertissement de Matsuyama, et de suivre les consignes qu’elles recevront pour le test de dépistage.

En même temps, je souhaite demander à tous de faire attention au risque d’infection parmi les personnes d’un même foyer. En particulier, si ce foyer est composé de personnes qui sont en relation avec des établissements médicaux ou des services sociaux, il convient d’en parler avec les hokenjos. Ils vous donneront les instructions nécessaires pour prévenir les infections et formuleront certaines demandes.

En outre, nous demandons aussi aux personnes qui ont fréquenté les établissements déjà mentionnés avant le 8 mars de suivre leur état de santé par précaution. (NdT : vérifier sa température tous les jours et s’inquiéter de tout changement de son état de santé.)

Par ailleurs, j’appelle les personnes qui n’ont pas fréquenté ces établissements, mais qui se sont rendues dans ces quartiers de divertissement, qui ont parlé à une distance rapprochée avec des gens, qui se sont occupées de clients, ou qui sont restées longtemps avec les mêmes personnes à éviter de sortir si elles constatent un changement de leur état de santé, et à contacter immédiatement un établissement médical pour une consultation.

Coopération des établissements de restauration

La préfecture fait tous les efforts pour travailler avec les hokenjos de la ville de Matsuyama pour mettre en œuvre des tests de dépistage sur une grande échelle, et pour circonscrire rapidement cette situation infectieuse. De plus, ces établissements ont contacté eux-mêmes tous les employés et ont rapidement demandé des tests de dépistage. De même, les clients ont aussi contacté les hokenjos et se sont soumis à des tests de dépistage.

Ainsi que je viens de le dire, nous avons également pu identifier la grande majorité des usagers de ces établissements. Cependant, certains sont difficiles à joindre. C’est dans le but d’empêcher une propagation aux autres régions que nous publions les informations concernant ces établissements de restauration et de boisson. Nous demandons à la population de la préfecture de bien comprendre cela et de prendre toutes les mesures nécessaires pour contenir la propagation du virus. En cela, en tant que gouverneur, je vous remercie pour vos efforts.

Je ne peux pas le dire avec certitude, mais la situation infectieuse dans la préfecture semblait s’être stabilisée en mars. Aussi, étant donné que l’on a confirmé la présence de souches mutantes, il se peut que le virus ait été importé dans la préfecture en raison des déplacements des personnes venant d’autres préfectures. Dans ce sens, les restaurateurs sont aussi des victimes de ce coronavirus. Ils ne sont en aucun cas en train de propager le virus de manière volontaire.

Nous publions leur nom pour prévenir la propagation du virus vers les autres régions. Ils ont accepté de le faire tout en étant conscients qu’ils vont faire l’objet de critiques. Je souhaite que l’ensemble de nos concitoyens le comprenne bien. Ensuite, si personne ne garde son calme pour ce genre de chose, les gens prendront peur, et cela pourrait empêcher les gens de coopérer avec les hokenjos pour les cas suivants. Je vous le demande encore une fois. Veuillez vous abstenir de diffuser des informations de manière irresponsable ou des informations qui suscitent de l’anxiété. J’insiste sur le fait que ce genre de choses entrave au bon déroulement des tests de dépistage. De plus, cela rend plus difficile la coopération des gens aux demandes de tests de dépistage.

Situation concernant les hospitalisations

Je souhaite maintenant expliquer la situation concernant les hospitalisations et la sortie après hospitalisation. À l’heure actuelle, 11 personnes viennent d’être admises dans un établissement médical. Cela porte le nombre de personnes hospitalisées à 27. Il reste toujours une seule personne en état grave. Aucune personne ne se trouve en observation dans un établissement d’hébergement.

Les personnes qui testent positif avec les souches mutantes sont hospitalisées pour le moment. Comme le nombre de patients ayant des symptômes bénins est important, nous envisageons de les déplacer pour les mettre en observation en établissement d’hébergement. Pour le moment, comme personne ne se trouve dans ces hôtels, nous allons les y déplacer. De plus, 10 personnes supplémentaires se trouvent en observation à domicile, ce qui porte le nombre à 14. 2 personnes de plus sont sorties de l’hôpital, ce qui veut dire que jusqu’à présent, 1045 personnes se sont remises de cette infection.

Tests de dépistage et profil des personnes infectées

Ensuite, hier, nous avons procédé à 41 tests de dépistage administratifs sur des cas contacts. En plus de cela, nous avons testé leurs médecins traitants (et de famille), ce qui représente 150 personnes testées hier. Cela veut dire que nous avons fait un total d’environ 200 tests. Les 150 personnes dont nous parlons se soumettent à un test une fois par semaine.

Bref, sur les 200 tests de dépistage effectués, nous confirmons que 23 cas sont positifs. Treize de ces 23 personnes ont été confirmées infectées lors d’examens dans des institutions médicales coopérantes. Sur ce point, c’est un peu compliqué à expliquer. Ce qu’il faut retenir, c’est que les 23 cas (positifs) confirmés comprennent les résultats des tests de dépistage des médecins traitants.

Pour ce qui est des détails concernant ces 23 cas, comme je l’ai aussi dit hier, ce sont en majorité des personnes dans la vingtaine et la trentaine, en relation avec le cluster actuel dans les quartiers de divertissement. Il s’agit de 15 hommes et 8 femmes. 22 personnes se trouent à Matsuyama, et une à Matsumae. Ensuite 19 personnes ont été infectées pendant des repas avec d’autres personnes. De plus, nous comptons les employés des établissements concernés parmi les employés de société. Leur nombre passe à 16, ce qui est une forte croissance.

Ensuite, pour les cas concernés, il n’y a pas eu de changements notables concernant le confinement et les interdictions d’accès. Les cas sont en cours d’investigation. D’abord, le cas du dossier 333 est arrivé de l’étranger pour travailler au Japon. Il s’était soumis à un test de dépistage PCR avant de monter dans l’avion pour le Japon. 6 cas contacts ont tous été confirmés infectés, mais ne semblent pas avoir causé de propagation du virus. Ensuite, le cas 334 est aussi un cas du hokenjo d’Imabari. Deux personnes y ont été testées positives, mais ne semblent pas avoir causé de propagation du virus. Ces deux cas sont toujours en cours d’investigation et d’examens.

Détails sur le clusters de Matsuyama (23 mars)

Ensuite, le dossier 337 correspond au cluster de Matsuyama. En revanche, pour clarifier les choses, nous fusionnons ce dossier avec le dossier 335, dont la première annonce n’avait pas fait état des voies d’infection. J’attire donc votre attention sur ce point. Hier, 29 personnes en relation avec ce cluster se sont soumises à des tests de dépistage. Parmi elles, 19 ont été confirmées infectées. Pour ce cluster, si on additionne les cas positifs jusqu’à présent, il y a 26 personnes confirmées positives parmi les usagers et employés, etc., des 8 établissements des quartiers de divertissement de Matsuyama.

La répartition des cas est la suivante : 25 employés et usagers (etc.) et 1 personne sans contact avec les établissements. La connexion avec d’autres établissements est possible parce que les employés vont et viennent entre ces 8 établissements, mais aussi parce que, par exemple, les employés d’un de ces établissements devenaient clients dans d’autres établissements. Ces situations complexes sont donc à l’origine de ces relations. C’est pourquoi nous donnons un total qui ne différencie pas les clients et employés. En outre, je le répète, il faut comprendre que si nous avons pu confirmer ces 19 cas hier, c’est parce que les établissements encouragent leurs employés à se soumettre à un test. C’est aussi parce que leurs clients ont été contactés, et parce que les hokenjos enquêtent et test effectivement. C’est pour cela que je demande à chacun de rester calme.

En raison de ces appels par les établissements de restauration, des tests antigéniques de l’établissement médical où leurs médecins de famille effectuent des examens médicaux ont confirmé certains patients positifs. C’est grâce au fait qu’ils ont consulté rapidement que nous avons pu comprendre rapidement la situation. En ce sens, je souhaite les remercier vivement.

Nous allons d’abord procéder rapidement à des tests de dépistage sur les usagers que l’on a pu contacter puis examinerons au plus tôt leurs cas contacts. Ensuite, pour le moment, on n’a identifié des cas d’infection que dans des établissements de restauration avec service de contact et des bars du centre-ville de Matsuyama. Si nous voyons que les cas se propagent ailleurs, il faudra considérer l’éventualité d’avoir à tester tous les employés du quartier de divertissement de Matsuyama. Comme cela concerne aussi les visites dans les établissements concernés, nous envisagerons la prochaine étape tout en parlant avec eux.

Les 4 nouveaux dossiers / cas

 Pour ce qui est des nouveaux dossiers, il y a 4 autres nouveaux cas. Chaque dossier ne contient qu’un seul cas, pour le moment. Il y a donc 4 dossiers, 4 personnes positives. Selon l’état actuel des enquêtes des hokenjos, ces cas ne sont pas reliés à d’autres dossiers. Néanmoins, les enquêtes de hokenjos vont continuer, et il se pourrait que l’on puisse les relier à d’autres dossiers. Dans ce cas, comme pour le cas des dossiers regroupés dont je parlais tout à l’heure, nous n’excluons pas la possibilité de regrouper ces personnes dans un de ces dossiers dans le futur. En outre, comme je l’ai expliqué hier, il a été confirmé que certains des employés d’établissement ne portaient pas de masque. J’ai entendu dire que certains établissements négligent les mesures de base de contrôle des infections.

Appel aux établissements qui ne suivent pas encore les consignes de prévention

Avant d’en publier aujourd’hui le nom, nous avons demandé par écrit à chaque organisation en liaison avec la restauration de diffuser et d’informer minutieusement sur les précautions à prendre pour prévenir la propagation du virus dans les restaurants et bars sous leur égide. Le contenu précis est le suivant.

Nous demandons aux employés qui ne sentent pas bien avec par exemple des symptômes de rhume, de systématiquement s’abstenir de travailler, et de consulter au plus tôt un médecin de famille ou le centre de consultation ou un hokenjos. Ensuite, comme toujours, nous demandons à tous de se laver soigneusement les mains, de porter un masque comme étiquette contre la toux et de vérifier à nouveau la mise en œuvre minutieuse les mesures de base pour la prévention des infections, y compris contre les « Trois F », etc.

Après cela, nous demandons de faire attention à aérer fréquemment l’intérieur des établissements, de maintenir une température appropriée, et un certain niveau d’humidité. En outre, nous demandons aussi d’éviter les contacts rapprochés et la foule en organisant la distribution des sièges. De même, nous renouvelons notre demande écrite d’afficher systématiquement, pour les usagers, qu’ils doivent éviter les conversations bruyantes, ne pas se rendre dans l’établissement quand on ne se sent pas bien, et de ne pas laisser se rendre dans l’établissement les gens qui ne sentent pas bien, etc.

En outre, par précaution, nous demandons aux établissements de restauration d’envoyer leurs employés qui ne se sentent pas bien se reposer chez eux, même s’ils ne font pas partie des huit établissements de restauration mentionnés aujourd’hui. Encouragez celles-ci à contacter leur médecin de famille immédiatement ou le centre de consultation ou un hokenjos, dès les premiers symptômes.

Appel aux entreprises et particuliers

Enfin, même si le virus ne se propage pas aux autres établissements de restauration, nous demandons aux entrepreneurs et à la population de la préfecture de toujours choisir des établissements qui suivent les mesures de préventions mentionnées ici.

J’ai expliqué que nous étions au début d’une quatrième vague. Nous sommes vraiment à un moment crucial qui permettrait de limiter l’impact du virus sur les activités socio-économiques qui reprennent progressivement. Il nous faut vraiment contenir le virus à ce stade. Nous demandons aux citoyens de la préfecture et des entreprises de partager notre sentiment de tension et de crise, et de prendre des mesures approfondies pour éviter ce virus.

Articles Connexes

Partager cet article :
Cet article a-t-il répondu à votre question?
Que pouvons-nous faire pour améliorer cet article?
Précédent Ehime (Préf.) 2021-03-26 Consignes et autres infos
Table des matières