Chercher dans tout le site

Il y a beaucoup d'informations. Commencez par chercher ici !

Si vous ne trouvez pas de réponse, cliquez sur l’icône en bas à droite de cet écran.

Coin COVID

Pour tous ceux qui nous lisent

Comme toujours, Infos Locales au Japon et Infos Kyushu mettent ces documents à titre d’information. Nous pouvons avoir mal compris ou traduit l'information, ou celle-ci peut avoir évolué depuis l'écriture de cet article. Nous mettons également à jour nos articles si la situation le demande, mais cela peut parfois prendre du temps. Cette page encourage donc chacun à vérifier les informations à la source, et de se tenir régulièrement informés par NHK Japon ou NHK World.

En cas d'urgence COVID

En cas d'urgence non-COVID

IMG - Numéros de téléphone en cas d'urgence
Numéros de téléphone en cas d'urgence (non COVID). Ce document contient aussi les informations pour contacter une ambassade etc. en urgence.

Pourquoi s’inscrire au Consulat ?

IMG - Ambassade & consulats
...lorsqu’on vit ou voyage à l’étranger, c'est important parce que... (lire la suite)

Ehime (Préf.) 2021-03-26 Consignes et autres infos

Vous êtes ici :
< Retour

Cet article explique la situation infectieuse, les conséquences sur le fonctionnement de la ville, et à quoi correspond l’état d’urgence dans la préfecture. Les consignes sont un peu différentes du reste des préfectures en état d’urgence. Le gouverneur explique pourquoi cette gestion avec les souches mutantes.

Discours

La préfecture d’Ehime a défini que le cluster des quartiers de divertissement de la ville de Matsuyama est lié à des souches mutantes. Hier, la préfecture a évalué qu’elle est effectivement entrée dans sa quatrième vague d’épidémie. Il lui faut donc passer immédiatement au stade « alerte spéciale » et renforcer les mesures. Aujourd’hui aussi, il faut annoncer un nombre important de nouveaux cas. La préfecture enregistre 39 nouvelles personnes infectées.

Pour ce qui est de la répartition, 35 personnes sont en relation avec des cas déjà connus. 34 personnes se trouvent dans le cluster du quartier de divertissement de Matsuyama. Cela fait donc 90% des cas. Un cas est relié à un autre dossier connu. Il y a ensuite 4 nouveaux cas sans relation avec les autres dossiers.

Je souhaite un bon rétablissement à chacune des personnes infectées.

En comparaison avec hier, c’est un peu moins important, mais il s’agit quand même du deuxième plus grand nombre de cas.

Le nombre de cas dépasse 20 personnes pour le quatrième jour.

Le cluster de Matsuyama est maintenant composé de 129 personnes, ce qui est beaucoup plus que 100 cas.

La contagiosité de la souche mutante du Royaume-Uni est 70% important

En plus de cela, outre le cluster de Matsuyama, 3 cas liés à des dossiers existants pour la ville de Matsuyama s’avèrent être infectés par une variante du virus. Les hokenjos essaient de retracer les voies d’infection en fonction de ce qu’ils peuvent demander aux patients. Il s’agit de cas pour lesquels on n’a aucune information sur les voies d’infection pour le moment. Néanmoins, on peut penser que ceux-ci pourraient quand même être liés au cluster des quartiers de divertissement.

Toutefois, il semblerait que les souches mutantes soient en train de se propager et de remplacer les souches qui existaient déjà. Cela mérite encore vérification, mais il faut être conscients de ce danger.  

Par ailleurs, hier, le Centre de Recherche sur les Maladies Infectieuses a validé des recherches cliniques d’un type nouveau. Pour ce qui est de la variante du Royaume-Uni, même s’il peut y avoir des différences selon les cas, le risque de propagation augmenterait de 70% maximum.

Il peut y avoir des cas où elle est de 10 ou 20%, mais elle pourrait faire augmenter le nombre de cas de 70%. C’est leur estimation. Cela signifie que le nombre d’hospitalisations et de décès pourrait augmenter.

Cela signifie que je dois rappeler à tous qu’il faut être particulièrement vigilants. De plus, comme je l’ai dit hier, il convient de rester calme et d’avoir peur pour les bonnes raisons.

Soutien du Premier ministre

En raison de la progression abrupte du nombre de cas, le Premier Ministre Suga m’a contacté de lui-même hier soir.

Pendant la conversation téléphonique, il m’a assuré que l’État ferait tout son possible pour aider. Ce sont des mots qui donnent courage, et c’est pourquoi je les répète à tous.

Aujourd’hui, je souhaite expliquer 3 points.

Je commencerai avec les demandes de réduire les horaires d’ouverture de la ville de Matsuyama. En second, je parlerai de la création d’un centre qui servira temporairement à effectuer des tests PCR. En troisième, j’expliquerai les résultats de test.

Demandes de réduction des horaires d’ouverture

Je commence donc avec les demandes de réduction des horaires. La préfecture et la ville de Matsuyama se sont mis d’accord sur les points suivants.

Les établissements concernés par ces demandes sont les mêmes que la dernière fois. Il y a d’abord 3 conditions.

  • Les établissements doivent avoir une licence d’exploitation d’établissement de restauration.
  • Ils doivent servir de l’alcool.
  • Ils ont normalement un lieu pour manger et boire à l’intérieur.

Tous les établissements qui répondent à ces trois conditions sont éligibles.

Ce ne sont pas seulement les izakayas. Les endroits qui permettent de manger léger, les restaurants de sobas et d’Udon, les bars, les karaokés, les live house, etc. peuvent être concernés si les conditions sont remplies.

Cliquer sur le signe + de la ligne qui contient le nom de préfecture, pour voir le contenu des informations.
Mesures spéciales d'urgence déclarées régionalement - Établissements concernés

Les établissements qui sont enregistrés pour pouvoir servir de l’alcool sont donc concernés par ces demandes de réduction d’horaires, mais s’ils ne servent pas du tout d’alcool, y compris pendant toute la journée, ils ne sont pas concernés par ces demandes.

Pour tenir compte des commandes déjà passées de produits alimentaires, etc., Il est évident que ces professions ne peuvent pas faire les choses immédiatement. En attendant la date de départ, il faudra donc qu’elles fassent attention. Donc, pour ces personnes, nous avons un peu rogné sur l’emploi du temps, et il faut un temps pour les prévenir. Par conséquent, les réductions d’horaires commenceront le jeudi 1er avril 2021, à 0 :00. Pour ce qui est de la durée, il s’agit de 3 semaines jusqu’au dimanche 21 avril.

Pendant cette période, les horaires d’ouverture devront être comprises entre 5 :00 et 21 :00. La dernière commande de boisson alcoolisée doit être passée avant 20 :30.  

Procédures concernant les personnes infectées par les souches mutantes

La quatrième vague de cette fois comprend des souches mutantes. Pourtant, le mois d’avril est une période pendant laquelle il est difficile d’éviter des déplacements en raison des transferts de poste et de lieu de vie.

Concernant les ordonnances sur les cas de souches mutantes, au moment de la sortie de mise en observation, les patients doivent se soumettre à un deuxième test de dépistage. Il s’agit d’une obligation commune pour tout le pays.

Aussi, cela signifie que la durée d’hospitalisation et de mise en observation va durer comparativement plus longtemps. Ensuite, selon les vérifications cliniques, pour le moment, il n’y a pas eu de cas graves, mais il faut s’attendre à ce que cela augmente.

Cela veut dire que la situation risque de peser sur le système de soins médicaux.

Ensuite, entre hier et aujourd’hui, nous avons découvert un niveau jamais de nouveaux cas positifs. Cela signifie que la quatrième vague a déjà pris une ampleur plus importante que lors de la troisième vague.

La dernière fois, nous avons levé les mesures en 2 semaines. Cette fois, elles sont prolongées.

En revanche, même c’est un défi difficile, si jamais nous arrivons à contenir cette vague, et si nous pouvons vérifier une diminution de la surcharge de travail du système de soins, il pourrait être possible de les annuler plus tôt. Je prévois d’en tenir compte à ce moment.

Zones concernées par les restrictions d’horaires

Je souhaite maintenant parler de la région concernée par les restrictions d’horaires. Nous allons les limiter au quartier de divertissement du centre-ville de Matsuyama. Le but principal est de contenir le virus apparu dans un endroit ciblé.

C’est pourquoi, contrairement à la dernière fois pendant laquelle l’ensemble de Matsuyama avait été concernée, cette fois, les mesures s’appliqueront à des quartiers particuliers, définis par des adresses spécifiques.

Plus précisément, elles sont limitées à Ichibanchô, Nibanchô, Sanbanchô, Hanazonomachi, Roppegai, Matsuyamashi hankagai. La carte suivante montre cela visuellement. C’est la zone entourée en orange.

Je passe à la prime de coopération. Les établissements concernés par les réductions d’horaires pourront recevoir une prime à condition de se soumettre à 100% aux mesures pendant la période indiquée. Dans ce cas, un montant de 40 000 yens par jour sera versé.

Les établissements qui décideraient de commencer les réductions d’horaire en cours de route ne seront pas éligibles pour la prime. La coopération dès le début est la condition sine qua non.

Les détails concernant le paiement et la demande de paiement seront envoyés par la ville de Matsuyama aux entités concernées. Je pense qu’il y aura des explications dans les jours à venir.

Il y aura aussi un système de patrouille. La ville de Matsuyama a demandé à la préfecture d’Éhime des renforts en personnel. Aussi du personnel de la préfecture tournera aussi pour vérifier que tout se fait correctement.

À l’heure actuelle toutes les industries sont en train de discuter de cela.

Nouveau centre temporaire pour les tests PCR

Le deuxième sujet porte sur la mise en place d’un nouveau centre temporaire pour les tests PCR dans la ville de Matsuyama.

Les détails sont les suivants. Le centre se trouve au nord de l’annexe de la mairie de Matsuyama, sur le parking municipal de Nibanchô. Il s’agit d’une tente.

Les personnes qui peuvent utiliser ce centre sont les suivantes. Les personnes concernées dans le quartier de divertissement de Matsuyama sont divisées en deux groupes : 【第⼀弾】et 【第⼆弾】.

Attention aux dates

Le premier groupe, 第⼀弾, correspond au personnel asymptomatique des établissements de restauration et de boisson qui offrent un service de contact, ainsi que les restaurants et débits de boissons qui ouvrent la nuit. Cela devrait comprendre de nombreuses personnes, y compris le personnel d’izakayas, etc.

La préfecture précise que les établissements de restauration avec service de contact sont les cabarets, les night clubs, les snacks, les girls bars, les host clubs, etc.

Les établissements qui fonctionnent la nuit sont les bars, les izakayas, etc.

Le deuxième groupe, 第⼆弾, prendra les personnes qui n’ont pas pu se faire tester dans le premier groupe (et qui auraient dû le faire), et le personnel asymptomatique des autres établissements de restauration et de boisson qui vendent de l’alcool.

Les personnes qui ont des symptômes doivent continuer à faire comme d’habitude : s’isoler chez soi, contacter leur médecin ou un centre de consultation COVID, puis se faire tester et examiner.

Pour ce qui est de la période d’ouverture de ce centre, le groupe 第⼀弾 pourra se faire tester du mardi 30 mars au lundi 5 avril, de 18:00 à 20:00, seulement les jours ouvrés. Le groupe 第⼆弾, pourra se faire tester du mardi 6 au vendredi 9 avril, de 16:00 à 20:00 seulement les jours ouvrés.

La méthode de prélèvement des échantillons est la suivante. Nous distribuons le kit de test par PCR, et il faut faire le prélèvement de soi-même.

Mode d’accès au site : Ce centre accepte les visites sans rendez-vous.

Pour les frais, il s’agit de tests administratifs, couverts par la préfecture, et il n’y a donc rien à payer.

Contacter le centre

Pour en savoir plus sur ce système, il est possible de contacter le call center que nous allons mettre en place au numéro : 089-909-3468. Il s’agit d’un centre créé par la ville de Matsuyama et la préfecture d’Ehime, auquel participe l’Association générale de la santé.

Le centre se trouve sous une tente. Il y a à l’intérieur des partitions, de manière à l’on ne puisse pas voir le visage des personnes testées. Nous faisons ainsi attention à préserver la vie privée des gens, pour que les gens puissent venir en se sentant en sécurité.

Ensuite, je souhaite demander la coopération de la presse. Étant donné qu’il s’agit de la vie privée des gens, nous vous demandons de ne pas interroger les gens qui viennent de passer ce test. Si vous le faites, les gens n’oseront plus venir se faire tester. Les interroger avant qu’ils fassent les tests ne me pose pas de problème, mais après cela, merci de tenir compte d’eux.

Par ailleurs, les résultats seront communiqués ultérieurement. Les autres détails sont en cours de préparation et nous les communiquerons dès qu’ils seront disponibles.

Je pense que même asymptomatiques, beaucoup de personnes peuvent ressentir de l’anxiété en sachant qu’il y a des cas d’infection dans les établissements à proximité. Étant que le fait de se faire tester est la manière la plus efficace de limiter la propagation aux autres endroits, nous invitons les personnes à se présenter à ce centre de test.

Résultats concernant les tests de dépistage

Le troisième point, qui est le dernier, va porter sur les résultats des tests effectués jusqu’à présent.

Je souhaite d’abord rappeler les critères de l’État pour un stade 3 pour la préfecture.

Critères de l’État applicables à la préfectureNiveaux actuels dans la préfecture
Nombre de cas hospitalisés53 personnes ou plus.(stade 4 : 133 cas ou plus)55 personnes
Nombre de cas graves7 personnes ou plus.
(stade 4 : 17 cas ou plus)
0 personnes
Nombre de patients en observation ou hospitalisés207 personnes ou plus.
(stade 4 : 345 cas ou plus)
160 personnes
Taux de positivité10% ou plus / semaine
(stade 4 : idem)
10,5% (19 au 25 mars). Il était de 0,4% la semaine précédente, et de 0,6% deux semaines plus tôt.
Nombre de nouveaux patients207 personnes ou plus.
(stade 4 : 345 cas ou plus)
155 personnes (19 au 25 mars). Il était de 4 personnes la semaine d’avant, et de 7, deux semaines plus tôt.
Comparaison du nombre de patients infectés entre les deux dernières semainesPlus nombreux que la semaine
(stade 4 : idem)
En augmentation par rapport à la semaine dernière (il y avait 4 cas la semaine dernière).
Proportion de cas non explicables50%
(stade 4 : idem)
62,5% (5/8 dossiers) entre le 12 e le 19 mars. La semaine d’avant, 0%, 2 semaines plus tôt, 50%é

Comme vous pouvez le voir, le nombre de cas a augmenté brutalement en raison du cluster dans le quartier de divertissements.

La préfecture est au stade 3

On peut voir que le nombre de cas hospitalisé est au stade 3, avec 55 personnes. Il n’y a pas d’aggravation de cas. Pour ce qui est du nombre de personnes en observation ou hospitalisées, la norme est 207 personnes, et il y en a 160. Cela s’en rapproche.

Le taux de positivité pour un stade 3 est 10%. Il est à 10,5%. On se base ici sur un taux de 0,4% il y a 1 semaine, et 0,6% il y a 2 semaines.

Lorsque des examens sont faits en une seule fois avec de tels clusters, d’autant plus que les chiffres confirment que le taux de positivité des souches mutantes est élevé, le taux de positivité tendra à augmenter radicalement. Il faut s’attendre à une augmentation dans les jours à venir également. Ensuite, cela devrait retomber d’un coup. Donc, pour le moment, il y a un taux de positivité de 10,5%.

Le nombre de nouveaux cas doit dépasser 207 personnes par semaine pour atteindre un stade 3. Pour le moment, il y en a eu 155 d’un coup. C’est moins élevé que cela, mais cela se rapproche.

La comparaison des deux dernières semaines montre, cela va de soi, qu’il y a une augmentation par rapport à la semaine précédente. La semaine dernière, il n’y avait que 4 cas.

Cas inexpliqués

Ensuite, nous regardons le nombre de personnes infectées dont on ne connait pas la voie d’infection. Si le taux dépasse 50%, il s’agit d’un stade 3. Il était à 62,5% la semaine dernière. Là aussi, il va brutalement baisser, puisque nous avons trouvé un cluster qui explique un certain nombre de cas. Cela va donc changer très vite.

Donc, si on regarde aujourd’hui la situation, il s’agit d’un stade 3. La semaine dernière, tous les indicateurs étaient sous le stade 3. Cependant, actuellement, il faut faire les choses suivantes avec le cluster du quartier de divertissement de Matsuyama :

  • Trouver les cas contacts par des tests de dépistage.
  • Mettre en place un nouveau numéro de téléphone pour permettre de consulter les hokenjos.

Il va y avoir plus de cas

Nous nous attendons à trouver un nombre assez important de cas, et nous sommes donc à un stade 3 pour le moment et gérer la situation de cette façon.

Lors de la troisième vague, j’avais annoncé que nous étions au stade 2 et approchions d’un stade 3. Cependant, cette fois avec cette quatrième vague, le cluster des quartiers de divertissement de la préfecture de Ehime amène une multiplication très rapide du nombre de cas. Du point de vue du système médical et de la fourniture de soins médicaux, les tensions et la charge de travail ont considérablement augmenté, dépassant le niveau de la troisième vague.

Dépistages du jour précédent

Je passe au résultat des tests de dépistage d’hier.

Par tranche d’âge, la majorité des gens ont la 20aine ou la 30aine. Par genre, il n’y a pas de grande différence (hommes 22, femmes 17). Leur adresse est majoritairement à Matsuyama (31 personnes). Néanmoins, il y a pour le moment des cas sporadiques dans d’autres régions.

Par voie d’infection, nous savons que 30 cas sont liés à des établissements de restauration, 5 sont des cas qui ont été en contact, 1 personne vient d’une autre préfecture, et 3 personnes sont en cours d’investigation.

Par profession, 3 professionnels de la santé ont confirmés infectés. Afin d’éviter de propager le virus, les institutions médicales dans lesquelles ces personnes travaillent ont été prévenues. Celles-ci ont immédiatement commencé à agir, et les hokenjos et des établissements privés font les tests rapidement. Les autres professions sont les suivantes.

  • 1 fonctionnaire. Il ne s’agit pas d’une personne de la préfecture, mais d’un centre de désinfection.
  • 1 dirigeant d’entreprise
  • 21 salarié
  • 5 professions indépendantes
  • 3 professionnels de la santé
  • 8 sans emploi.

Hospitalisations et sortie d’hôpital

Pour ce qui est des hospitalisations et sortie d’hôpital, 2 personnes supplémentaires ont été hospitalisées. (+ veut dire ce qui a été ajouté)

  • Nombre de personnes infectées jusqu’à présent : 1232 (+39)
  • Nombre de personnes hospitalisées : 60 (+7)
    • dont 55 cas bénins (+2)
    • 0 cas graves
    • 5 personnes en attente d’hospitalisation
  • Nombre de personnes en observation à domicile : 100 (+30)
  • Établissement d’hébergement : 5 (+5)
  • Décès : 24
  • Sorties d’hôpital : 1048 (+2)

Nous avons libéré des établissements d’hébergement, et nous commençons à les utiliser pour 5 personnes à compter d’aujourd’hui.

90 personnes sont infectées par une souche mutante.

Tests

Je passe au nombre de tests.

Il y a eu 228 tests de dépistage administratifs des centres de dépistage, auxquels s’ajoutent ceux des médecins et demandés par les médecins de famille. En une semaine, il s’agit de 1040 tests. Ces tests ont permis d’identifier 39 cas. Parmi eux 10 ont été faits dans des hôpitaux privés.

Ensuite, pour dépister les souches mutantes, nous avons procédés à 10 tests de dépistage des souches mutantes, et 7 sont sortis positifs.

Jusqu’à présent, les dossiers 343, 344, 345 contiennent des cas d’infection par une souche mutante, et se trouvent tous dans la ville de Matsuyama.

Les autres dossiers (337, 339, 346, 348) qui ne sont pas liés à des clusters ont aussi des cas de variantes. Pour ceux-ci, comme je le disais, il se pourrait que les voies d’infection inexpliquées nous montrent un lien avec le cluster de Matsuyama. Pour le moment, nous ne l’avons peut-être pas encore trouvé, et nous pouvons nous tromper. En attendant, tous ces cas sont considérés comme reliés à une souche mutante.

Ce que les hokenjos ont identifié

Les cas sous investigation des hokenjos sont le cluster de Matsuyama, dont 176 cas contacts testés hier. Les tests du secteur privé ne sont pas inclus, et il pourrait y en avoir plus. Parmi eux 34 ont été confirmés infectés.

De plus, selon les enquêtes, il a été possible de relier le cluster 337 de Matsuyama aux dossier 341, et il s’agit d’une contamination liée au mode de vie. Les dossiers sont donc regroupés. Ce dossier contenait 2 personnes infectées.

Cela signifie que le nombre total de personnes dans le cluster de Matsuyama passe à 129 personnes. Celui-ci est composé de 116 (+30) employés et d’entrepreneurs, etc., les gens qui ne travaillent pas avec ces établissements sont au nombre de 13 (+4).

Avis de recherche de cas contacts

Je souhaite rappeler le nom des 10 établissements concernés. Ce cluster fait l’objet aujourd’hui aussi de 100 et plusieurs dizaines de tests de dépistage. Les tests de dépistage ne concernent pas seulement les gens qui se sont rendus dans ces établissements, mais leur cas contacts, les gens qui vivent avec eux, etc. Il y a toujours environ 50 appels par jour pour les consultations même si cela diminue un peu.

  • Nibancho, ville de Matsuyama 松山市二番町
    • « Start (スタート) »,
    • « QP(キューピー) »,
    • « Bar JOKER(バー ジョーカー) ».
    • Bar ill night
    • Club Luxe
  • Sanbancho 三番町,
    • « Club Kagura  クラブ神楽 »,
    • « Club Kagura Lusso クラブ神楽 LUSSO(ルッソ) »,
    • « 9STATES(ナインステイツ) »,
    • « Bar About(バー アバウト) » et
    • « BAR DANGER(バーデンジャー) ».

En tenant compte de la période d’incubation, les personnes qui se sont rendues depuis le 9 mars dans ces établissements sont appelées à contacter le hokenjo le plus proche de leur domicile. Au moment où on appelle, préciser que l’on appelle en liaison avec le cluster du quartier de divertissement.

Ensuite, les hokenjos ont déjà découvert que les personnes infectées avaient utilisé aussi d’autres établissements en dehors de ces 10 établissements. Cela signifie que si des personnes qui se sont rendues dans un autre établissement de restauration ou de boissons se sentent malades, elles ont besoin de se faire examiner au plus tôt par une institution médicale. Le risque est inférieur à celui des gens qui se sont rendues dans les 10 établissements nommés, mais par précaution, nous recommandons de se faire tester.

Les hokenjos et la préfecture vont continuer à travailler avec les entités concernées pour contenir ce virus du mieux possible.

Les autres dossiers et groupes de cas

Les autres dossiers tombent tous sous la juridiction de Matsuyama.

  • 2 cas contacts du dossier 343 ont testé négatif.
  • 1 cas contact du dossier 345 a testé positif.
  • 40 cas contacts du dossier 346 ont testé négatif.
  • 1 cas contact du dossier 348 a test négatif.
  • 4 nouveaux cas sont en cours d’investigation.

La situation est vraiment difficile, et nous mettons tous nos efforts en travaillant avec les institutions concernées. Il faut néanmoins que chaque personne de la population fasse tous les efforts possibles au quotidien pour empêcher les contaminations. Sinon, nous ne pourrons pas surmonter cette situation.

La coopération de tous est la condition nécessaire

Hier, en particulier, je n’en avais pas parlé, mais il y a des entreprises qui ne font toujours pas attention, ne prennent pas les mesures de prévention, créent des situations de « Trois F ». Je suis vraiment désolé d’avoir à le demander, mais face à des informations qui sortent dans les journaux concernant un cluster aussi grand, je pense que les entrepreneurs qui n’en tiennent pas compte ne méritent pas notre considération.

J’insiste pour que les gens qui se rendent dans de tels endroits s’abstiennent d’y aller pour leur bien, celui de leur famille, de la région et des institutions médicales.

Les personnes qui sont dans la zone d’alerte spéciale depuis hier doivent accepter ce fait et faire ce qu’il faut pour étouffer au plus tôt ce virus, dans l’intérêt du futur de cette région. Je fais aussi de mon mieux, et vous remercie donc pour votre coopération.

Articles connexes

Partager cet article :
Cet article a-t-il répondu à votre question?
Que pouvons-nous faire pour améliorer cet article?
Please submit the reason for your vote so that we can improve the article.
Précédent Mesures prioritaires (12 mai – 31 mai 2021) – ce qu’il faut savoir
Suivant Ehime (Préf.) – État d’urgence lié aux souches mutantes
Sommaire
error: