Chercher dans tout le site

Il y a beaucoup d'informations. Commencez par chercher ici !

Si vous ne trouvez pas de réponse, cliquez sur l’icône en bas à droite de cet écran.

Coin COVID

Pour tous ceux qui nous lisent

Comme toujours, Infos Locales au Japon et Infos Kyushu mettent ces documents à titre d’information. Nous pouvons avoir mal compris ou traduit l'information, ou celle-ci peut avoir évolué depuis l'écriture de cet article. Nous mettons également à jour nos articles si la situation le demande, mais cela peut parfois prendre du temps. Cette page encourage donc chacun à vérifier les informations à la source, et de se tenir régulièrement informés par NHK Japon ou NHK World.

En cas d'urgence COVID

En cas d'urgence non-COVID

IMG - Numéros de téléphone en cas d'urgence
Numéros de téléphone en cas d'urgence (non COVID). Ce document contient aussi les informations pour contacter une ambassade etc. en urgence.

Pourquoi s’inscrire au Consulat ?

IMG - Ambassade & consulats
...lorsqu’on vit ou voyage à l’étranger, c'est important parce que... (lire la suite)

2021-05-06 Monitoring de Tokyo

Vous êtes ici :
< Retour

Le comité de monitoring de Tokyo vient de sortir de réunion, et a annoncé les points suivants :

Situation infectieuse : toujours au rouge

Le variant britannique accélère les contaminations. La croissance du nombre de nouveaux cas semble s’affaiblir, mais ne s’arrête pas. On s’attend à une croissance abrupte.

Fourniture de soins médicaux : toujours au rouge

Les soins qui ne concernent pas la COVID continuent à être restreints. Le nombre de patients hospitalisé est de 2167 personnes. Si la propagation continue au même rythme, on arrivera dans 2 semaines à 2800 personnes. Dans ce cas, le système médical sera en situation particulièrement difficile.

60% des patients ont moins de 60 ans. 70% des patients en état grave ont moins de 60 ans.

Il est donc essentiel d’appliquer les mesures de prévention quel que soit l’âge.

Situation concernant les variants britanniques et indiens

La souche mutante N501Y a gagné du terrain. La semaine dernière, elle représentait 50% des cas, et cette semaine 65%.

La souche L452R qui vient d’Inde a été détectée dans 5 cas d’infection à l’intérieur du pays (les autres cas étaient limités aux frontières). Le dépistage a commencé dans la préfecture. Pour le moment, la préfecture surveille ce qui passe, pour savoir si sa présence va augmenter.

Flux de personnes dans la capitale, pendant la Golden Week

La préfecture a essayé d’évaluer combien de gens ont passé leur vacances dans la préfecture dans un rayon de 3 à 5km autour de leur lieu de résidence. En date d’hier 5 mai,

  • Environ 70% des gens ne se sont pas déplacés plus loin que 5km de chez eux,
  • Parmi eux, 63% ne se sont pas déplacés à plus de 3km.

Pendant cette Golden Week, une grande majorité des gens est donc resté chez soi et ont coopéré aux demandes de rester chez soi.

Les flux de population dans les quartiers de divertissement ont beaucoup diminué pendant la journée. Les nombres sont passés largement en dessous des chiffres de la déclaration d’urgence précédente.

La diminution des flux entre l’avant et l’après déclaration de l’état d’urgence est de 36% dans la journée, et de 42% dans la soirée.

La progression du nombre de reproductions effectives est en cours d’analyse, et il faut aussi prévoir des mesures pour empêcher un rebond.

Gouverneure de Tokyo

La gouverneure Koike a exprimé sa gratitude envers la population et les entreprises qui coopèrent largement en ce moment, et depuis le début.

Plus de 50% des cas ont entre 20 et 40 ans

Par contre, elle insiste sur le fait que le nombre de nouveaux cas continue à dépasser 1000 cas par jour pour la première fois depuis trois mois. Plus de la moitié des cas ont la 20aine ou la 30aine.

Pendant et après le pont, plusieurs établissements médicaux étaient fermés et le nombre de tests était inférieur à l’habitude. De plus l’information sur les nouveaux cas a pris du retard. Cela va donc prendre un peu de temps pour se régulariser.

Néanmoins, le taux de croissance comparé du nombre de cas entre la semaine précédente et la semaine actuelle continue à dépasser 100%.

70% des cas graves ont entre 30 et 50 ans

Le nombre de cas grave sera ajusté également. La semaine dernière, il y avait 55 cas graves, et en date d’hier 69 personnes. 7 ECMO sont opérationnels à Tokyo et les 7 patients qui y sont attachés ont moins de 60 ans. On utilise les ECMO pour les patients en état critique.

La contagiosité de la souche britannique N501Y est beaucoup plus importante que la souche historique. Elle représente presque 70% des cas à Tokyo.

Le variant indien L542R a été trouvé chez 5 personnes à Tokyo.

La répartition des cas graves par âge montre un doublement du nombre de cas graves parmi les personnes dans la 30aine et la 50aine. Il s’agit donc d’un rappel que les jeunes générations sont susceptibles de tomber gravement malades.

Avec les deux nouvelles souches, le port du masque doit être plus systématique

Le nombre de nouveaux cas d’infection sur le lieu de travail augmente parmi les jeunes générations. On voit des cas de personnes qui portent un masque, mais qui, pour une raison x ou y enlèvent leur masque lorsqu’ils parlent avec une personne assise à côté d’elles.

Une enquête de Tokyo a montré que les jeunes pensent que, parce qu’ils portent un masque, ils sont protégés. Néanmoins, les souches mutantes sont plus virulentes. Il est important de se souvenir que leur contagiosité est différente. Il est donc nécessaire de redoubler d’efforts pour éviter de prendre des risques.

Les déplacements ont diminué, mais la situation infectieuse piétine

Pendant la Golden Week, les gens ont essayé de limiter leurs déplacements à 3 ou 5 km de chez eux et les flux de personnes ont baissé dans les quartiers de divertissement, mais cela ne se traduit pas encore par une décroissance du nombre de cas. De même, on n’enregistre pas de diminution du nombre d’aggravation des cas.

La situation ne permet pas de lever l’état d’urgence

Même s’il y a toujours un décalage, pour le moment, on n’a pas le droit à l’erreur.

De plus, le virus d’origine est très rapidement remplacé par des souches mutantes.

En conséquence, la situation ne permet pas de lever l’état d’urgence. Il faut donc continuer à contenir les flux de personnes, implémenter des mesures de prévention des infections dans les établissements de restauration et de boisson, etc. Il s’agit donc de continuer dans ce sens avec de telles mesures.

Après avoir revu les différentes informations et preuves, Tokyo a conclu qu’il est nécessaire de prolonger l’état d’urgence.

Questions de la presse

Le contenu des mesures changera-t-il ?

Q : La gouverneure va-t-elle maintenant demander au gouvernement de prolonger les mesures ? Ensuite, si on doit continuer les mesures, sur quoi doit-on porter nos efforts ?

La capitale va coordonner ses efforts avec les trois autres préfectures du Grand Tokyo (Chiba, Kanagawa, Saitama), afin de protéger la vie et les moyens de subsistance de la population. Pour ce qui est de la déclaration de l’état d’urgence, comme elles présentent un inconvénient pour tous, il faudra aussi considérer des mesures.

Pour ce qui est du contenu, il faut continuer à limiter les flux de déplacement de la population. Il faudra aussi adresser des points spécifiques de prévention. Pour cela, il faudra plus cibler certaines mesures.

L’augmentation des cas est-elle liée à la souche N501Y ?

Q : Le nombre de nouveaux cas vient-il principalement de souches mutantes comme cela était à Osaka ? Ensuite, quelles mesures préconise-t-on ?

Il n’y a aucun doute que la croissance est liée à la souche N501Y. Bien qu’on ait vraiment limité les déplacements, on ne voit pas encore de résultats concluants à Tokyo comme à Osaka. C’est dans cette situation que l’on doit considérer les conséquences de la souche N501Y. La contagiosité de ce variant varie beaucoup. Le virus se multiplie 1,3 à 1,9 fois.

Que peut-on faire de plus pour se protéger ?

Si on parle de manière extrême, même quand on porte un masque, et jusqu’à présent les gens portaient des masques, il faudra améliorer l’application à la peau. (Faire en sorte que le masque colle bien au visage).

Si on enlève le masque juste pour quelques instants pendant qu’on parle, même sans être dans un des trois F (endroit fermé, de foule, où on parle fort et de fort près), il y a un risque d’infection.

Les gens font déjà attention, mais il va falloir encore plus faire attention aux mesures.

Ensuite, le nombre de cas d’infection sur le lieu de travail augmente. Il faut donc encore plus faire du télétravail. Au travail, il faut aussi bien séparer le lieu de travail et le lieu où on mange. Les experts ont trouvé plusieurs endroits à risques. Il s’agit donc de savoir comment et où les appliquer (vestiaires, salles d’attente ou de repos, lieu de discussion) ou passer au télétravail.

Y aura-t-il un assouplissement des mesures pour les institutions pour personnes handicapées ?

Q : Quelle sera la durée du prolongement de l’état d’urgence ? L’État est en train d’envisager d’assouplir les règles pour les institutions pour personnes handicapées.

La capitale ne pense pas que la situation permet des assouplissements. Pour ce qui est de la durée, cela se décidera en coordination avec les trois autres préfectures et l’État. La période est cruciale et il faut aussi se préparer à la propagation de nouvelles souches qui arriveront de manière successive. Il faudra donc demander la coopération continue de chacun.

Que faut-il craindre du variant indien ?

Q : Le variant L542R a contaminé cinq personnes (à Tokyo). Que craindre du niveau de contagiosité ?

Le variant L542R fait des dégâts en Inde. On connait la structure du génome. Il fait déjà l’objet de dépistage. La question est de savoir s’il va progresser régulièrement ou si le N501Y restera dominant et le E484K et L542R resteront tels qu’ils sont. Il faut voir la progression. Depuis le 30 avril 2021, ce variant indien n’a pas encore détecté dans les autres tests de dépistage. Par contre, on peut considérer qu’il est présent, et on renforce donc les tests de dépistage.

À partir de maintenant, il faut s’attendre à l’apparition de nouvelles souches mutantes. Donc pour le moment, on ne regarde la situation que pour un moment donné et il faut vraiment suivre ce qui se passe pour cette souche.

Va-t-on prolonger de 3 semaines ?

Q : Sur la période de prolongation. Cela sera-t-il 3 semaines ? Les mesures continueront-elles ?

Il n’y aura pas d’assouplissement. (En fait, les 4 préfectures ont demandé un prolongement jusqu’à fin mai). La raison pour demander trois semaines est liée à la Golden Week et au fait qu’il faut ajuster les chiffres. Pour le moment, il n’y a pas assez d’informations pour faire le tri.

Autres articles sur le sujet

La situation étant stressante, Infos Locales au Japon rappelle qu’il y a sur ce site un document qui rassemble toutes les aides psychologies disponibles pour la communauté francophone au Japon.

Des aides financières existent pour ceux qui souffrent des conséquences économiques de la déclaration de l’état d’urgence :

Infos Locales au Japon essaie de traduire rapidement les nouvelles aides. En attendant, on peut aussi « Rappel : aides pour les personnes en situation précaire – Infos Locales au Japon« , qui explique comment trouver un peu mieux ce qui correspond à ses besoins.

Autres documents pour rappel.

Partager cet article :
Cet article a-t-il répondu à votre question?
Que pouvons-nous faire pour améliorer cet article?
Please submit the reason for your vote so that we can improve the article.
Précédent Tokyo – Mesures d’état d’urgence (1er – 20 juin 2021)
Suivant État d’urgence avril-mai 2021 – Ce qu’il faut savoir
Sommaire
error: