Chercher dans la liste complète des articles

Les documents sont répartis entre le "Coin COVID", le "Coin quotidien" et le "Coin intempéries".
Infos Locales au Japon recommande de commencer par chercher ici.

Si vous ne trouvez pas de réponse, cliquer sur l’icône en bas à droite de cet écran.
Il n'y a pas besoin d'avoir un compte Facebook si vous ne le souhaitez pas (ne pas changer de page dans ce cas).

Articles récents

Pour tous ceux qui nous lisent

Comme toujours, Infos Locales au Japon et Infos Kyushu mettent ces documents à titre d’information. Nous pouvons avoir mal compris ou traduit l’information, ou celle-ci peut avoir évolué depuis l’écriture de cet article. Nous mettons également à jour nos articles si la situation le demande, mais cela peut parfois prendre du temps. Nous encourageons donc chacun à vérifier les informations à la source, et de se tenir régulièrement informés par NHK Japon ou NHK World.

En cas d’urgence COVID

En cas d’urgence non-COVID

IMG - Numéros de téléphone en cas d'urgence
Numéros de téléphone en cas d’urgence (non COVID). Ce document contient aussi les informations pour contacter une ambassade etc. en urgence.

Pourquoi s’inscrire au Consulat ?

IMG - Ambassade & consulats

…lorsqu’on vit ou voyage à l’étranger, c’est important parce que… (lire la suite)

 

2020-12-04 Premier Ministre Suga

Vous êtes ici :
< Retour

Le 4 décembre 2020, le Premier Ministre Suga a tenu une conférence de presse pour expliquer la politique à venir. Celle-ci vient après la dernière session de la Diète et un peu avant le vote du budget.

Cette fois, il parle à la fois des mesures pendant la COVID-19 et de celles qu’il prévoit pour les prochaines années.

Infos Locales au Japon a traduit le discours et une partie des questions de la presse. Tout n’y est pas car la presse a déjà repris et traduit plusieurs de ses questions.

Discours du Premier ministre

La première session parlementaire extraordinaire pour le gouvernement Suga fermera demain.

Actuellement, les nombres de nouveaux cas d’infection et de personnes gravement malades du nouveau coronavirus atteignent des records. La situation continue à être alarmante. Depuis la semaine dernière, les lits pour les patients en état grave commencent à se faire rare. Aussi, nous agissons avec un fort sentiment de crise. Nous tenons à exprimer notre plus profond respect et notre sincère gratitude pour les efforts dévoués de tous ceux qui œuvrent dans les domaines de la médecine et des soins infirmiers, alors qu’ils continuent à être à l’avant-garde de la lutte contre le nouveau coronavirus.

Je l’ai déjà dit jusqu’à présent. Selon moi, le devoir le plus important de l’État est de protéger la vie et les moyens de subsistance de sa population. Le comité des experts sur le nouveau coronavirus souligne que les situations dans lesquelles on mange ou boit présentent le plus grand risque d’infection. Nous pensons que la réduction des horaires d’ouverture des établissements a un effet extrêmement important.

Depuis le week-end dernier, un paquet de mesures concentrées sur des périodes courtes sont à l’origine de demandes de réduction des horaires d’ouverture à divers endroits. L’État aidera de manière consistante tous les établissements qui auront coopéré dans la totalité de ces mesures.

Pour ce qui est de Go To Eat, nous avons demandé, entre autres, la suspension de nouvelles émissions de coupons, ainsi que des restrictions sur le nombre de personnes. Dans le cas de Go To Travel, nous avons temporairement suspendu cette campagne pour les voyages de et vers les villes de Sapporo et d’Osaka. En outre, nous appelons les personnes âgées de Tokyo et les personnes atteintes de maladies chroniques à s’abstenir d’utiliser cette campagne.

Nous fournirons un soutien maximal par le biais de mesures contre la COVID-19 pour les institutions médicales et les installations pour les personnes âgées. Cela commencera par une compensation des pertes liées aux lits vacants. Pour cela, nous nous appuierons sur notre expérience acquise jusqu’à présent, améliorerons encore le système pour chacun des hokenjos, dont le travail est de tester et de gérer les personnes infectées.

Nous ferons de même pour les hôtels qui accueillent les patients dans un état bénin, et pour les services hospitaliers pour patients en état grave. Par ailleurs, nous allons recruter pour envoyer dans chaque hokenjo 1200 spécialistes, soit deux fois plus qu’auparavant.

Pendant cette session parlementaire, nous avons adopté un projet de loi pour la vaccination gratuite. Plusieurs essais cliniques sont en cours pour des vaccins au Japon et à l’étranger, et certains ont déjà atteint le stade final. Nous accordons la priorité absolue à la sécurité et à l’efficacité. En même temps, nous mettons tout en œuvre pour nous préparer afin qu’un vaccin approuvé puisse être immédiatement administré à ceux qui en ont besoin.

Nous nous approchons de la fin et du début d’année. Bien entendu, les personnes âgées, mais aussi les jeunes et toute la population du Japon sont tenus d’appliquer systématiquement les contre-mesures de base de prévention des virus. Celles-ci comprennent le port du masque dont l’efficacité a été scientifiquement prouvée, le lavage des mains et éviter les « Trois F ».

Au début de la semaine prochaine, nous déciderons des mesures économiques pour protéger la vie et les moyens de subsistance de la population, pour maintenir l’emploi, poursuivre nos activités, relancer notre économie et pour déboucher sur de nouvelles percées de croissance.

La subvention d’ajustement de l’emploi fournit une allocation de 15 000 yens par jour. Elle couvre tous les travailleurs y compris les travailleurs à temps partiel ou à activité irrégulière. Nous prévoyons le budget nécessaire afin de permettre un allongement exceptionnel de la durée de ce genre de mesures. L’offre de prêts sans intérêt et non garantis pouvant aller jusqu’à 40 millions de yens est financée par les fonds publics. Celle-ci sera maintenue dans l’état actuel jusqu’au premier semestre de l’année prochaine.

Environ 500 milliards de yens ont été utilisés depuis le mois de mars pour financer le fonds d’urgence. Celui-ci met à disposition des liquidités pour les plus démunis et les exonère de remboursement si leur revenu continue à baisser. Nous allons aussi prolonger ces mesures.

De surcroit, nous allons mettre en place une mesure d’urgence pour les familles monoparentales. Nous avons décidé d’utiliser la réserve budgétaire la semaine prochaine pour attribuer à celles dont le revenu est bas une allocation de 50 000 yens/foyer, à laquelle s’ajouteront 30 000 yens lorsqu’il y a un deuxième enfant ou plus. Cette allocation sera versée dans le courant de l’année.

En plus du financement des initiatives propres à chaque gouvernement local afin d’aider les entreprises, l’État va réserver 1500 milliards de yens de la « subvention exceptionnelle pour la revitalisation régionale », afin d’aider à financer les primes de coopération lorsque les gouvernements locaux demandent des réductions des horaires d’ouverture.

J’espère que ces mesures nous aideront à surmonter la situation difficile actuelle et à fournir une base pour la reprise économique.

Par ailleurs, le Japon a besoin d’une source de croissance pour l’ère post-coronavirus. Le vert et le numérique en seront au centre. L’économie japonaise s’est redressée d’une situation difficile grâce à environ 8 ans d’Abenomics. Nous sommes sortis de la spirale déflationniste, le nombre d’emplois dans un contexte de déclin démographique et les réformes du tourisme et de l’agriculture ont apporté une contribution significative à l’économie locale.

Dans ma déclaration au moment de mon entrée en fonction, j’avais mentionné mon souhait d’atteindre une neutralité carbone en 2050. Il s’agit d’un objectif que le Japon doit atteindre pour rattraper les tendances mondiales et garder une longueur d’avance.

La réponse environnementale n’entrave pas la croissance économique. Elle encourage plutôt les entreprises japonaises à investir dans l’avenir, à améliorer leur productivité, à soutenir la transformation de l’économie et de la société dans son ensemble et à générer une forte croissance. Nous devons changer de façon de penser l’environnement et la croissance. Pour cela, le gouvernement va commencer par faire un grand pas en avant, en incluant dans ses mesures économiques des investissements dans l’environnement.

Nous allons créer un fonds sans précédent de 2 000 milliards de yens et offrir un soutien pour les 10 prochaines années à venir aux entreprises qui relèvent le défi ambitieux de l’innovation.

Notre politique va se reposer sur l’hydrogène, qui est une énergie inépuisable. Elle servira à développer sur une grande échelle du matériel peu coûteux de production à l’hydrogène. Nous développerons des avions et des navires de transports fonctionnant à l’hydrogène. Les batteries énergétiques sont un instrument clef et incontournable pour sortir du carbone. Pour cela, nous allons développer des batteries pour automobiles électriques à bas prix et pour l’intégration des énergies renouvelables. Les émissions de dioxyde de carbone peuvent être également réutilisées pour fabriquer du plastique et du carburant en utilisant la technologie dite de recyclage du carbone.

Le gouvernement prendra l’initiative de l’aide afin d’encourager les investissements privés et l’utilisation d’une ligne de compte de 240 billions de yens. De cette manière, le gouvernement attirera au Japon les fonds d’investissements liés à l’environnement dans le monde, dont la valeur est évaluée à 3000 billions de yens, ce qui à son tour créera des emplois et amènera la croissance.

En outre, nous visons à réduire à zéro les émissions de CO2 par les automobiles. À cette fin, nous établirons des systèmes et des réglementations pour maximiser l’introduction des véhicules électriques.

La numérisation résoudra également les problèmes qui ont déjà été pointés.

Afin de rendre universelle l’utilisation de la carte My Number, nous repoussons la date limite des points Myna Point マイナポイント pour les personnes qui demanderont leur carte avant la fin de l’exercice financier. L’utilisation de la carte My number à la place de la carte de sécurité sociale commencera dès mars 2021. L’intégration du permis de conduire se fera dans les 5 ans à venir, ce qui permettra de faire des formations et soumettre son dossier en ligne. Les mesures économiques permettront d’appliquer toutes les mesures à la fois.

Le gouvernement prendra la tête de la recherche et du développement pour la version améliorée de la 5G, la post-5G. De plus, avec les technologies de nouvelle génération, la 6G, sera une occasion pour le Japon de se positionner en tête des autres pays technologiquement avancés. Dans notre plan économique, nous allouerons un budget de plus de 1 billion de yens pour le numérique, y compris ces mesures.

L’Agence numérique, qui sera la tour de commande de la numérisation, travaille actuellement à un rythme rapide avec l’objectif de démarrer à l’automne prochain. Elle va gérer de manière centralisée le budget lié aux systèmes d’information. Chaque ministère a autorité pour demander des corrections et donner des recommandations. Le gouvernement accueillera 100 personnels hautement spécialisés du secteur privé, et créera un modèle d’échange entre les secteurs public et privé afin d’améliorer l’expérience professionnelle.

La propagation du nouveau coronavirus continue. Aussi, ce qui est maintenant important, c’est de se sentir en sécurité et d’avoir confiance en l’avenir. Pour le moment, nous allons garantir un montant suffisant de fonds de réserve pour pouvoir agir devant n’importe quelle situation. Ces mesures rassureront les gens sur leur quotidien et jetteront les bases d’une croissance future.

Lors des conférences de l’ASEAN (Union des pays d’Asie du Sud-Est), de l’APEC (coopération économique Asie-Pacifique) et du G20 (Sommet sur la finance et l’économie mondiale) auxquelles j’ai participé entre mi et fin-novembre, j’ai annoncé de manière directe que le vert et la numérisation étaient notre plus grande priorité.

En même temps, les changements dans l’équilibre des pouvoirs sur le plan international affectent beaucoup l’ordre international. Dans ce contexte, nous sommes déterminés à réaliser un Indo-Pacifique libre et ouvert enraciné dans les valeurs fondamentales et la primauté du droit. Nous sommes d’accord pour souligner et promouvoir une coopération concrète avec les pays concernés.

En particulier, je pense nous avons franchi un cap important lorsque la Diète a approuvé l’accord global de coopération économique avec le Royaume-Uni, et le RCEP (East Asia Regional Comprehensive Economic Cooperation), qui a été signé le mois dernier avec 15 pays, dont la Chine et la Corée du Sud. Nous poursuivrons la mise en œuvre et l’élargissement du champ de ces accords, ainsi que du TPP11 (Comprehensive and Advanced Agreement on the Trans-Pacific Partnership) qui sera présidé par le Japon l’année prochaine. Nous viserons ainsi un développement plus important de la zone économique sur la base de règles équitables et de libre échange.

Lorsque nous l’avons accueilli mi-novembre, le Premier ministre australien Morrison avait été le premier dirigeant étranger à visiter le Japon depuis l’inauguration de cette administration. Durant notre rencontre, nous avons confirmé notre objectif commun de réaliser un Indo-Pacifique ouvert. Outre la coopération dans le domaine économique, nous avons pu parvenir à un accord général de facilitation entre le Japon et l’Australie, ce qui va amener la coopération en matière de sécurité et de défense à un nouveau niveau. Cette rencontre a été une occasion d’accroître la confiance mutuelle entre les dirigeants d’un point de vue personnel, et de faire de grands progrès dans le cadre d’un partenariat stratégique spécifique entre le Japon et l’Australie.

Par ailleurs, lors de ma première conférence téléphonique avec le prochain président des États-Unis, M. Biden, nous avons pu confirmer notre volonté de coopérer pour l’application du traité de sécurité nippo-américain aux îles Senkaku, de renforcer l’alliance nippo-américaine et de réaliser un Indo-Pacifique libre et ouvert. Notre échange a été particulièrement significatif.

Durant cette série d’échanges diplomatiques, j’ai également demandé la coopération de chaque pays pour résoudre la question des enlèvements, qui est le défi le plus important de cette administration. De nombreux dirigeants ont exprimé leur compréhension et leur intension de coopérer. En réponse au nouveau coronavirus, nous avons pu observer une montée du nationalisme ou d’un repli sur la politique intérieure dans certains pays. Parce que la situation internationale est plus difficile à prévoir que jamais auparavant, le Japon attache une importance particulière au multilatéralisme et est déterminé à amener la communauté internationale à coopérer pour travailler ensemble et de manière plus concrète.

Ensuite, j’ai reçu la sympathie et le soutien des dirigeants de chaque pays pour ma ferme détermination à organiser les Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo l’année prochaine, afin de rappeler que notre civilisation a su s’unir pour combattre le virus et le vaincre. Dans le futur, je souhaite continuer à développer activement les relations diplomatiques entre chefs de gouvernement, communiquer fermement la position du Japon à la communauté internationale et tout mettre en œuvre pour s’attaquer aux divers défis diplomatiques.

Lors de mon discours de prise de fonction, j’ai expliqué que je souhaitais commencer par appliquer les réformes promises jusqu’à présent, afin que chacun puisse en voir les résultats positifs.

Je souhaite une prise en charge, dès l’exercice fiscal de 2022, des traitements de l’infertilité, y compris de l’infertilité masculine. D’ici là, les limites du système d’allocations concernant le niveau de revenu seront abolies, et le plafond du montant de cette allocation doublera pour passer à 300 000 yens. L’allocation sera appliquée uniformément jusqu’au sixième essai, y compris lorsqu’on veut avoir un deuxième enfant ou plus. Ces mesures seront comprises dans le budget supplémentaire, afin qu’elles puissent être mises en œuvre immédiatement l’an prochain. Une nouvelle prestation sera également disponible pour les tests d’infertilité et le traitement de l’infertilité liée à un cancer.

Il y a 2 ans, j’avais fait un discours expliquant que l’on pouvait faire baisser les frais de la téléphonie mobile de 40%. Pendant de nombreuses années, les trois principales compagnies de téléphonie mobile ont monopolisé 90% du marché en utilisant les ressources de l’État qui leur fournit des ondes radios. Ceux-ci continuent à générer des bénéfices d’exploitation de 20% en facturant les prix les plus élevés du monde, et des contrats qui manquent de transparence. Je suis conscient que ce problème est contraire au bon sens pour la population de ce pays.

Cette fois, une de ces principales compagnies vient d’annoncer qu’elle va concrétiser un plan 70% moins cher qu’il y a 2 ans, de 20GB à 2980 yens. Je pense que cela va paver le chemin pour une concurrence réelle.

La vraie réforme est encore à venir. Je souhaiterais prendre d’autres mesures, si nécessaire, pour m’assurer que les frais aux particuliers diminuent vraiment, et qu’il n’y a plus d’obstacles, y compris des frais, lorsque les usagers souhaitent passer à une marque moins chère.

Ce qui est important pour le Cabinet ministériel Suga, c’est de réagir rapidement au changement, et de changer la perspective nationale. Nous devons d’abord vaincre par tous les moyens le nouveau coronavirus, et rétablir l’économie. Nous allons créer un cabinet ministériel utile, qui travaille dans l’intérêt du peuple.

Questions et Réponses de la presse

Le gouvernement va-t-il revoir sa façon de faire concernant Go To Travel ?

(journaliste)

Monsieur le Premier Ministre, vous venez dire encore une fois dans votre discours que pour le moment, le plus important est de rassurer et de donner espoir pour le futur. Je souhaite poser une question en relation avec cela.

Certains soulignent que la poursuite de la campagne Go To Travel pose un risque dans un cadre de propagation du virus. Le gouvernement a expliqué qu’il laisse chaque gouverneur de préfecture décider du stade de la situation infectieuse, et qu’il ajuste en dernier ressort le programme, en fonction de cette décision. Envisagez-vous de revoir le processus décisionnel afin que le gouvernement soit impliqué de manière plus proactive, y compris dans l’évaluation de la situation infectieuse, afin de réagir plus rapidement à l’avenir ?

Ensuite, en relation avec ce point, prévoyez-vous de proposer une réforme de la loi sur les mesures spéciales, afin de rendre plus clair ce qui est de l’ordre de la responsabilité et du rôle du gouvernement et ce qui rentre dans celui des gouvernements locaux, ne serait-ce que pour clarifier la distribution des compensations financières lors d’une demande de congé etc ?

(Premier ministre Suga)

Sur le premier point, l’État prend la décision de revoir la campagne Go To Travel en fonction de la situation infectieuse régionale, en écoutant les avis de chaque gouverneur.
Cette fois encore, pendant les quartiers généraux de lutte contre le nouveau coronavirus du 21 novembre 2020, nous avons décidé de revoir le fonctionnement de Go To Travel. C’est après cela que nous avons décidé de suspendre la campagne dans le sens des arrivées pour les villes de Sapporo et d’Osaka. En outre, depuis le 27 novembre, nous avons appelé les gens à éviter de l’utiliser dans le sens des départs.

De même, récemment, en réponse à la demande de la gouverneure de Tokyo, nous avons appelé les personnes âgées et celles atteintes de maladies chroniques à s’abstenir de se déplacer de et vers Tokyo.

Va-t-on réviser la loi sur les mesures spéciales

Concernant la révision de la loi sur les mesures spéciales, le comité des experts de la lutte contre le nouveau coronavirus a émis un avis prudent sur le bien fondé d’autoriser des mesures exécutoires, ainsi que sur le besoin de renforcement de la réglementation, y compris de l’application de sanctions.

Ils ont mentionné qu’il est nécessaire d’approfondir cette discussion, mais que, dans le futur, il sera nécessaire de se référer à notre expérience jusqu’à présent et tenir dûment compte des droits des entreprises et des individus, afin de déterminer quelles mesures légales sont nécessaires pour prévenir la propagation du virus. Du point de vue du gouvernement, j’aimerais que les experts en débattent en comité des experts, pour faire les ajustements nécessaires rapidement. 

Quand la campagne de vaccination commencera-t-elle ?

(journaliste)

Je souhaite poser une question sur les vaccinations. Quand prévoyez-vous de commencer les vaccinations ? Ensuite, prévoyez-vous de vous faire vacciner ?

(Premier ministre Suga)

Tout d’abord, en ce qui concerne les vaccins, je pense qu’il faut d’abord rappeler que la sécurité et l’efficacité sont les principales priorités. Comme je l’ai mentionné précédemment, des essais cliniques sont déjà en cours au Japon. Cependant, à l’avenir, l’État examinera minutieusement les données de ces essais. Si sur la base des dernières connaissances scientifiques, le vaccin est approuvé, il prendra en charge les coûts de vaccination pour la totalité du pays. À l’heure où je vous parle, nous sommes en train d’effectuer divers préparatifs et mettre en place un système rapide pour les gouvernements locaux afin de fournir rapidement un vaccin aux personnes qui en ont besoin.

Ensuite, pour ce qui est de la période précise pour les inoculations, cela se fera quand nous en aurons confirmé l’innocuité et l’efficacité. Donc, à l’heure actuelle, le gouvernement ne peut pas s’engager sur une date précise.

Enfin, pour ce qui est de ma vaccination, les inoculations commenceront en priorité pour le personnel médical puis les personnes âgées. Ce qui signifie que quand ce sera mon tour, je me ferai vacciner.

Quelles seront les mesures décidées la semaine prochaine ?

(journaliste)

Pouvez-vous commenter sur l’ampleur des mesures économiques qui seront décidées la semaine prochaine et l’échelle du troisième amendement qui l’appuie ?

(Premier ministre Suga)

Quand je l’ai dit en introduction de mon discours, les mesures pour lutter le nouveau coronavirus comprendront des aides pour les établissements médicaux, des aides sous forme de subvention d’ajustement de l’emploi, d’aide aux flux de trésorerie des entreprises, des aides pour soutenir l’emploi et les entreprises, un budget de 1500 milliards de yens pour les régions, un fonds de 2000 milliards de yens pour un fonds d’investissements écologiques, et 1000 milliards de yens pour la numérisation.

En outre, comme nous sommes dans une situation qui ne permet pas de savoir ce qui va se passer pour le moment, nous allons sécuriser un budget suffisant de secours. Avec ces mesures, nous devrions pouvoir lutter correctement contre le coronavirus, et rassurer et protéger la vie de la population.

À l’heure actuelle, le gouvernement est en train d’étudier les besoins, y compris sur le montant total. J’aimerais que le Cabinet ministériel prenne une décision la semaine prochaine. Dans tous les cas, nous sommes en train de terminer les préparations, et je préfère donc ne pas développer ce point ici.

Les frais médicaux pour les plus de 75 ans

(journaliste)

Je souhaite poser une question concernant la prise en charge des frais médicaux des plus de 75 ans. Dans le type de société que vous visez, vous parlez d’entraide individuelle, d’entraide collective et d’assistance publique. Une réforme pour répartir les frais médicaux imposera aux personnes âgées dont le revenu dépasse un certain niveau de payer 20% de leur facture médicale. Je pense que cela est consistant avec votre façon de penser.

La majorité a appelé à reporter cette pression et à limiter un peu plus le nombre de personnes éligibles. Comment allez-vous y répondre ?

(Premier ministre Suga)

Avec la baisse du taux de natalité et le vieillissement de la société qui progressent rapidement, la génération des baby-boomers entrera en 2022 dans la génération des personnes âgées. Naturellement, cela va accroître le fardeau de la population active en conséquence. Je pense que si on raisonne de cette manière, il faut élargir le nombre de personnes qui devront supporter le fardeau d’un système de couverture sociale pour toutes les générations. À l’avenir, il me semble important de réduire autant que possible le fardeau de ces jeunes générations. N’est-il après tout pas notre rôle de nous assurer que les générations suivantes puissent continuer à bénéficier d’un système de couverture sociale pour toutes les générations ?

L’autre jour, lors d’une réunion sur le système de sécurité sociale pour toutes les générations, j’ai chargé les ministres concernés de procéder à des études concrètes afin qu’ils puissent pleinement se coordonner avec la majorité. Je pense que le parti au pouvoir fera aussi des ajustements de son côté. Comme je l’ai dit au début, le gouvernement doit faire face à une baisse du taux de natalité en baisse et une population vieillissante, et la génération des baby-boomers est sur le point d’entrer dans la catégorie des seniors (plus de 75 ans). Si on considère l’avenir du Japon, il est important de progressivement faire payer à un peu plus de personnes les frais médicaux, afin de garantir un système de couverture sociale fiable et sécurisé.

Pourquoi le premier ministre ne s’adresse-t-il pas plus à la population ?

(journaliste)

Monsieur le Premier Ministre, le mois d’octobre de cette année a enregistré plus de 2100 suicides pour la première fois en 5 ans. Si on compare plus en détail les chiffres de septembre, la proportion des décès des femmes a augmenté de 83%. On peut supposer que c’est parce que les femmes reçoivent de très fortes pressions en raison du coronavirus.

De votre côté, vous avez souvent répété depuis l’époque où vous étiez Secrétaire d’État que vous êtes du côté de la population. Tout à l’heure, vous avez aussi expliqué que le gouvernement a le devoir de protéger la vie et les moyens de subsistance de la population. Pourtant, pendant ces deux derniers mois, vous n’avez pas directement envoyé de messages d’encouragement à la population. Je pense que la situation va continuer à rester grave à partir de maintenant. Aussi prévoyez-vous de vous adresser à la population pour l’encourager, ou prévoyez-vous de faire comme vous avez fait jusqu’à présent, et annoncer les grandes lignes, en conférence de presse par exemple que la Diète a fermé ?

(Premier ministre Suga)

Le Secrétaire d’État fait une conférence de presse deux fois par jour pour expliquer la politique du gouvernement Suga. Je pense pouvoir dire avec certitude qu’en dehors du Japon, aucun ministre en poste dans un autre grand pays ne tient des conférences de presse. Ceci étant dit, les conférences de presse du Secrétaire d’État servent à expliquer à la population la façon de penser du gouvernement. En outre, bien qu’il y en ait deux réunions du cabinet, les ministres concernés tiennent également des conférences de presse.

Ensuite, en ce qui me concerne, si j’en ai l’occasion, il m’arrive aussi de m’adresser au public. Je souhaite qu’à l’avenir l’administration diffuse, y compris de cette manière, des informations plus complètes, à commencer par celles sur les mesures contre le nouveau coronavirus. 

La campagne Go To Travel a-t-elle été créée par traitement préférentiel ?

(journaliste)

Ma question concerne Go To Travel. Le secrétaire général du LDP, qui promeut fortement la campagne Go To Travel, préside la « All Nippon Travel Association ». Aussi, certaines personnes pensent que le LDP accorde un traitement préférentiel à cette industrie du voyage par rapport à d’autres industries. Quelle est votre opinion sur ce point ?

(Premier ministre Suga)

En premier lieu, lorsqu’on parle de Go To Travel, il faut se souvenir qu’environ 9 millions de personnes travaillent en relation avec l’industrie du tourisme. Il y a des hôtels et auberges dans tout le pays. En outre, des employés qui travaillent dans ces hôtels et les auberges. Il y a aussi les personnes qui fabriquent ou vendent des souvenirs, celles qui livrent des produits agricoles, forestiers et de la pêche. C’est un fait qu’il y a ces personnes et des personnes qui font des efforts dans les régions pour soutenir le tourisme, et que les professionnels du tourisme soutiennent les régions. C’est dans ce contexte que le gouvernement met en place Go To Travel.

Les personnes qui vivent de ces activités représentent normalement, en mai et juin entre 10 et 20 % de la population active en province. Si on ne faisait rien pour ces personnes, nous ne pourrions même pas considérer la poursuite de ce projet. C’est pourquoi nous avons créé Go To Travel et en sommes à ce point. Nous ne faisons pas cela parce qu’il s’agit du Secrétaire Général Nikai. Nous prenons nos décisions en fonction de ce qui aidera le plus à soutenir l’économie des régions.

Sources

Cliquer ici pour lire la transcription du discours en japonais.

Lien vers les aides mentionnées par le Premier Ministre

Articles connexes

Partager cet article :
Cet article a-t-il répondu à votre question?
Que pouvons-nous faire pour améliorer cet article?
Précédent 2020-12-14 – Premier Ministre Suga
Suivant 2020-11-27 – Premier Ministre Suga
Table des matières