Chercher dans tout le site

Il y a beaucoup d'informations. Commencez par chercher ici !

Si vous ne trouvez pas de réponse, cliquez sur l’icône en bas à droite de cet écran.

Catégories

Pour tous ceux qui nous lisent

Comme toujours, Infos Locales au Japon et Infos Kyushu mettent ces documents à titre d’information. Nous pouvons avoir mal compris ou traduit l'information, ou celle-ci peut avoir évolué depuis l'écriture de cet article. Nous mettons également à jour nos articles si la situation le demande, mais cela peut parfois prendre du temps. Nous encourageons donc chacun à vérifier les informations à la source, et de se tenir régulièrement informés par NHK Japon ou NHK World.

En cas d'urgence COVID

En cas d'urgence non-COVID

IMG - Numéros de téléphone en cas d'urgence
Numéros de téléphone en cas d'urgence (non COVID). Ce document contient aussi les informations pour contacter une ambassade etc. en urgence.

Pourquoi s’inscrire au Consulat ?

IMG - Ambassade & consulats
...lorsqu’on vit ou voyage à l’étranger, c'est important parce que... (lire la suite)

Coin COVID

2021-07-28 Conseil consultatif sur la situation infectieuse

Vous êtes ici :
< Retour

Le 28 juillet 2021, le Conseil Consultatif se réunissait à la demande du ministère de la Santé, du Travail et des Affaires sociales. Il avait pour tâche d’analyser la situation infectieuse et des mesures préconisées d’état d’urgence, tout en tenant compte de la vaccination et des nouveaux traitements.

Dr. Wakita, président du Conseil consultatif des experts

Aujourd’hui, nous avons tenu la 45ème réunion du Conseil consultatif des experts sur le nouveau coronavirus. Je souhaite donc en présenter les conclusions.

Comme vous le savez, aujourd’hui, le nombre de nouveaux patients infectés par le nouveau coronavirus a brusquement augmenté dans la capitale, à commencer par Tokyo, et dans les différentes régions du pays. La situation est donc particulièrement difficile. Les discussions ont donc été accompagnées d’un fort sentiment de crise.

Nous avons à la fois partagé sur la situation actuelle et il y a eu de longues discussions sur les mesures dont nous aurions besoin.

Analyse de la situation dans tout le pays et par région

Pour ce qui est de la situation sur le plan national, le nombre de nouveaux cas continue à augmenter. Si on compare les nombres de cette semaine et de la semaine dernière, il s’agit d’un ratio de 1,4. Dans tout le pays, ce nombre croît très rapidement.

Il ne s’agit pas seulement de croissance dans la région de la capitale. Le nombre de nouveaux cas augmente partout dans le pays, à commencer par le Kansai. Nous faisons face à une propagation d’un niveau jamais connu jusqu’à présent.

Nous sortons de surcroît d’un pont et dans les discussions, il a fallu mentionner que le nombre de nouveaux cas déclarés devrait donc augmenter.

Tokyo

En ce qui concerne la tendance dans les régions, nous avons beaucoup parlé de la région de la capitale. Le nombre de nouveaux cas continue à augmenter, avec un rapport de 89 pour 100 000 personnes. Cependant, le taux de progression d’une semaine à l’autre est pour le moment de 1,49, soit près de 1,5. Cela montre une progression très abrupte.

Dans cette situation, les gens qui devraient être hospitalisés ne le peuvent pas et sont mis en observation à domicile.

Le nombre de personnes hospitalisées ou en attente de triage continue à augmenter.

Ce que l’on appelle une administration d’oxygène à haut débit ou autrement dit un appareil nasal à haut débit est normalement fourni aux patients qui ont besoin de respirer artificiellement. On les traite de cette manière, mais le nombre de patients qui en ont besoin est en train d’augmenter.

Le nombre d’utilisateurs de respirateurs artificiels et d’ECMO est en augmentation. Ces chiffres servent de référence à Tokyo, d’ailleurs. Actuellement, ce sont les gens dans la 40aine et la 50aine qui en ont le plus besoin.

Plus le nombre de cas augmente, plus le triage pour les hospitalisations prend du retard, et cela pèse sur le système de soins hors COVID. Il s’agit donc d’une situation préoccupante.

Saitama, Chiba et Kanagawa

Dans le cas des préfectures de Saitama, Chiba et Kanagawa, le nombre de nouveaux cas COVID continue aussi à augmenter.

L’augmentation des flux nocturnes de population est largement plus importante que lors des mesures d’état d’urgence précédentes, ce qui est un phénomène qui encourage la propagation.

Il faut donc s’attendre à ce que la propagation du virus continue pendant un certain, particulièrement à Tokyo.

Okinawa

Je passe à Okinawa. Là aussi, la croissance du nombre de nouveaux cas continue. Elle représente 83 / 100 000 personnes. C’est particulièrement élevé. La comparaison entre cette semaine et la semaine dernière donne un ratio de croissance de 2,1, ce qui est une croissance supérieure à 2, et montre une augmentation très abrupte. (NdT : cela signifie que le nombre de cas double d’une semaine à l’autre.)

L’augmentation nombre de personnes hospitalisées, d’utilisation des lits, maintient une situation difficile.

Osaka

À Osaka, le nombre de nouveaux cas augmente aussi. Ils sont 36 / 100 000 et le ratio de croissance entre la semaine dernière et cette semaine est 1,52, ce qui reflète une croissance extrêmement rapide.

Les flux nocturnes de population sont à la baisse, mais restent élevé, et dans cette situation, il faut s’inquiéter du fait qu’ils vont continuer à entraîner une propagation du virus.

Autres régions

Dans les autres régions, la croissance du nombre de nouveaux cas augmente particulièrement à Hokkaido et dans les préfectures d’Aichi et de Fukuoka.

Dans les préfectures d’Ibaraki, Tochigi et Ishikawa, la croissance du nombre de cas dépasse 15 /100 000.

Prévisions et mesures nécessaires

Aujourd’hui, les discussions se sont concentrées sur ce point, et nous avons conclu qu’il fallait vraiment informer sur la situation de crise.

À Tokyo, Saitama, et Kanagawa, Osaka, on a déjà des mesures d’état d’urgence ou des mesures de prévention des pandémies et autres mesures prioritaires. Néanmoins, la baisse des flux de personnes est très limitée. Elle ne suffit pas pour prévenir une propagation du virus.

Le variant Delta gagne du terrain et cause une propagation telle que nous n’en avions pas connu jusqu’à présent.

Les risques sur le système médical

La propagation du virus continue particulièrement à Tokyo. Les personnes hospitalisées sont majoritairement dans la quarantaine ou la cinquantaine. Cela amène déjà des conséquences sur le système de soins hors COVID.

Alors que le nombre de personnes emmenées aux urgences après une insolation est en augmentation, ce qui pèse déjà sur le système de soins hors COVID, si cette propagation continue, il ne sera bientôt plus possible de continuer à sauver des vies que l’on pourrait sauver en temps normal. Il s’agit d’un point qui attire très fortement l’attention.

Dans le cas des préfectures de Saitama, Chiba et Kanagawa, ainsi que dans d’autres régions de propagation du virus, nous risquons d’en arriver à des situations similaires.

Malgré ce sentiment de crise actuel, il n’est pas partagé par le gouvernement et les citoyens. C’est un problème grave. Il faut vraiment faire prendre conscience à tous que l’on commence déjà à en voir les conséquences sur les traitements non-COVID. Cela a fait partie de nos discussions.

Que faire immédiatement ?

Le plan de stratégie de base du gouvernement a été mis à jour le 4 juillet 2021, et le 6 juillet, le Dr. Omi, président du comité des experts, a fait un discours, dans lequel il expliquait ce qu’il fallait faire pour prévenir la propagation pendant les vacances d’été. Il conseillait de suivre consciencieusement les mesures pour contenir rapidement le virus.

Il appelait les gens à encore une fois, s’assurer de porter un masque, maintenir une bonne hygiène des doigts et mains, conserver une distance satisfaisante, etc. Bref, les gestes barrières qui servent de base à la prévention du virus. Ensuite, il est nécessaire de renforcer les mesures de prévention sur le lieu de travail, de passer au télétravail, systématiser les mesures dans les restaurants et lieu de prise de boisson.

En outre, actuellement, parce que des clusters se forment fréquemment sur le lieu de travail, dans les écoles, à la maison, etc., même si les symptômes semblent faibles, il convient de se faire examiner par un médecin rapidement, ce qui permet ensuite de faire tests de dépistage proactifs rapidement.

Nous pensons que ces mesures ont besoin d’être diffusées largement.

Réponses aux questions de la presse

Liste de toutes les questions de la presse

À Tokyo, la déclaration de l’état d’urgence est appliquée depuis 2 semaines. Hier et aujourd’hui, le nombre de nouveaux cas bat des records. Comment évaluez-vous les résultats de l’état d’urgence ? Ensuite, les flux de population sont moindres. Pouvez-vous nous donner vos prévisions par rapport à cela ?

Ensuite, il devrait y avoir une demande d’élargir l’état d’urgence aux préfectures de Saitama, Chiba et Kanagawa. Comment percevez-vous cela ?

Ma troisième question porte sur les vaccins. Le taux de primo vaccination (injection de la première dose) des personnes âgées a atteint maintenant environ 85%. Que pensez-vous de ces chiffres ?

À partir de maintenant, on va commencer la vaccination des personnes dans la force de l’âge (40 à 60 ans). Quelles sont vos prévisions en termes de taux de vaccination ? S’il y a des mesures sur ce sujet, pouvez-vous en parler ?

L’autre jour, le gouvernement a homologué un nouveau médicament pour les personnes qui ont des symptômes bénins. Le Premier ministre a annoncé vouloir l’utiliser de manière proactive. Comment ce traitement va-t-il aider à alléger la pression sur le système hospitalier ?

Réponses du Dr. Wakita

Quelle efficacité de l’état d’urgence, de la baisse des flux à Tokyo ?

Je commence par répondre à la première question. Il s’agit de la situation à Tokyo, n’est-ce pas. Hier, on a enregistré 2848 cas. Aujourd’hui, ces chiffres dépassent 3000 personnes. Cela fait 2 semaines que la déclaration de l’état d’urgence est en place à Tokyo, mais il est difficile de dire qu’elle a porté ses fruits, je pense.

Il est exact que les flux de population ont diminué, mais si on compare cela à la dernière déclaration de l’état d’urgence, la baisse est beaucoup plus faible. Il s’agit d’une baisse très faible. La vitesse de diminution est lente et son amplitude est limitée. Aujourd’hui, les experts ont surtout discuté sur le fait qu’avec une diminution de cette amplitude et de cette vitesse, il serait difficile de faire baisser le nombre de nouveaux cas.

Le système médical ne peut plus fonctionner normalement

Pour ce qui est des prévisions, comme je viens de le dire, la situation est critique. Il ne s’agit pas de dire que simplement que le nombre de cas est en train de monter ou que l’on a une augmentation du nombre de traitements pour la COVID. Il faut reconnaître que l’on a maintenant commencé à mettre des limites aux traitements hors COVID.

Il est important de bien faire savoir que l’on est arrivé à ce niveau de crise. Il est très préoccupant de voir que cette information n’est pas partagée avec le grand public.

Les mesures japonaises se basent sur la coopération volontaire de la population. Il faut donc construire un environnement qui les encourage à participer à l’effort. Ce message est donc essentiel, selon nous.

C’est pourquoi nous pensons que la situation va devenir particulièrement difficile si rien ne change. Dans ce sens, nous partageons tous un sentiment de crise.

Que penser de l’élargissement de l’état d’urgence aux préfectures de Chiba, Saitama et Kanagawa ?

Pour répondre à votre deuxième question, concernant l’extension de la déclaration de l’état d’urgence dans les préfectures de Chiba, Kanagawa et Saitama, en plus de Tokyo. Là aussi, même si on considère que la situation n’est pas aussi grave qu’à Tokyo, la propagation du virus est particulièrement rapide et ces régions enregistrent des records de nombre de cas. De plus, pour les préfectures de Tokyo, Chiba, Saitama et Kanagawa, le lieu de vie est le même pour tous et il est donc nécessaire de prendre des mesures équivalentes pour les 4 préfectures de la métropole.

En revanche, si jamais on déclare l’état d’urgence, il ne suffira pas de faire une déclaration. Il se pourrait fort que comme pour Tokyo, la déclaration ne donne pas les résultats que l’on souhaite. Il est donc essentiel de faire connaitre à tout le monde l’état actuel et de faire partager le sentiment de crise.

Cela ne concerne pas que Tokyo. Actuellement, le virus se propage dans tout le pays, et ce n’est qu’une question de temps pour que l’on arrive à une situation similaire. Ce n’est donc pas une question seulement de la zone métropolitaine de Tokyo, mais une situation particulièrement difficile qui doit être géré pour l’ensemble du pays. C’est ce dont nous avons parlé.

Comment comprendre le taux de vaccination des personnes âgées ?

Ensuite, en réponse à la question sur le taux de primo vaccination de 85% des personnes âgées. Les personnes âgées ont été vaccinées en priorité, la vitesse de vaccination a accéléré et parce que beaucoup de personnes ont été vaccinées, on voit des résultats indéniables.

On peut le voir dans le nombre de personnes infectées. Le nombre d’aggravations des cas et le nombre de cas d’infection dans cette tranche d’âge a baissé. Il ne fait aucun doute qu’il y a des résultats. Sur ce point, il faut qu’encore plus de personnes âgées puissent se faire vacciner. Il ne faut pas s’arrêter à une dose, et il faut qu’elles puissent recevoir leur deuxième dose. C’est important pour bénéficier de la vaccination. Par conséquent, il faut correctement vacciner jusqu’à la deuxième dose.

Quelles prévisions pour les vaccinations des jeunes générations ?

En revanche, pour les tranches plus jeunes et d’âge moyen, là, les inoculations n’avancent pas. C’est la situation. Pour les personnes âgées, il faut compter encore 2 ou 3 semaines. Je pense que leur vaccination devrait bien avancer d’ici à la fin du mois et le début du mois d’août. Ensuite, on devrait pouvoir faire avancer la vaccination des générations plus jeunes.

Par contre, le taux d’aggravation des symptômes est moindre par rapport aux personnes âgées, et il y a la crainte des effets secondaires, etc., ce qui laisse penser que nous n’arriverons pas au même taux de vaccination. Il faut espérer un taux de 60 ou 70%. Ce sera peut-être ce que l’on pourra faire de mieux.

Aussi, la question est de trouver comment faire pour augmenter le taux de vaccination et ces mesures seront particulièrement importantes. À présent, les personnes infectées et le nombre de cas graves sont essentiellement dans la 40aine ou dans la 50aine. Il y a beaucoup de personnes infectées dans la 20aine et la 30aine. Par contre, les cas graves sont majoritaires parmi les personnes de 40 à 60 ans. La vaccination pourrait donner de bons résultats pour ces personnes. C’est pourquoi nous souhaitons qu’elles se fassent vacciner.

Parmi les jeunes, il faut comprendre que lorsqu’on se fait vacciner, on se protège. En même temps, en se faisant vacciner, on protège le reste de la société. Il est important de partager cette compréhension.

À propos du passeport vaccinal

Ensuite, on parle de passeport vaccinal. Je ne sais pas si c’est approprié de l’utiliser, mais nous pensons qu’il faudra probablement considérer un certificat de vaccination pour avoir un plus, sous forme d’encouragement à la vaccination.

Un autre point concernant la vaccination, c’est qu’il y a des gens qui ne peuvent vraiment pas être vaccinés. Pour ceux-ci il faut trouver un moyen de ne pas les mettre en situation d’injustice. Cela fait partie de nos débats actuels.

Sur le nouveau médicament pour traiter les cas bénins

Je réponds maintenant à votre question 4 sur le traitement pour les cas bénins. Il s’agit de médicament à base d’anticorps. La question porte sur la façon de l’utiliser. J’ai pu voir les résultats concernant ces médicaments. Ils permettent de réduire considérablement le besoin d’hospitalisation et le risque de décès. En ce moment, le nombre de personnes infectées augmente et il y a beaucoup de cas bénins. Pour ceux-ci, nous pensons que ce traitement sera particulièrement efficace.

Par contre, d’un point de vue pratique, pour le moment, ce médicament est utilisé en milieu hospitalier. Toutefois, beaucoup de personnes à Tokyo ne peuvent pas être hospitalisées. Elles sont mises en observation à domicile ou dans un établissement d’hébergement. Par conséquent, il va falloir faire des aménagements pour mieux l’utiliser à plus de cas bénins. C’est nécessaire, je pense. Nous en avons parlé aujourd’hui.

Sur ce point, il a été suggéré d’utiliser ces médicaments en même temps que des marqueurs de risque d’aggravation. En revanche, selon les rapports, il faut les administrer le plus tôt possible après le diagnostic. Il faut donc étudier cela un peu plus, mais il faut quand même le faire très rapidement. Donc, nous allons continuer les discussions tout en administrant ce traitement et observant l’efficacité sur ces patients.

Autres informations et liens utiles

Le Premier ministre a annoncé ce soir 29 juillet 2021, que les experts et le gouvernement prendront des décisions à compter de demain. (Traduction à venir.)

Partager cet article :
Cet article a-t-il répondu à votre question?
Que pouvons-nous faire pour améliorer cet article?
Please submit the reason for your vote so that we can improve the article.
Précédent 2021-07-30 Questions du gouvernement au Comité des experts
Suivant 2021-07-16 Experts du gouvernement sur les vacances d’été
Table des matières
error: