Chercher dans tout le site

Il y a beaucoup d'informations. Commencez par chercher ici !

Si vous ne trouvez pas de réponse, cliquez sur l’icône en bas à droite de cet écran.

Catégories

RSS Derniers articles

Pour tous ceux qui nous lisent

Comme toujours, Infos Locales au Japon et Infos Kyushu mettent ces documents à titre d’information. Nous pouvons avoir mal compris ou traduit l’information, ou celle-ci peut avoir évolué depuis l’écriture de cet article. Nous mettons également à jour nos articles si la situation le demande, mais cela peut parfois prendre du temps. Nous encourageons donc chacun à vérifier les informations à la source, et de se tenir régulièrement informés par NHK Japon ou NHK World.

En cas d’urgence COVID

En cas d’urgence non-COVID

IMG - Numéros de téléphone en cas d'urgence
Numéros de téléphone en cas d’urgence (non COVID). Ce document contient aussi les informations pour contacter une ambassade etc. en urgence.

Pourquoi s’inscrire au Consulat ?

IMG - Ambassade & consulats

…lorsqu’on vit ou voyage à l’étranger, c’est important parce que… (lire la suite)

 

2021-07-16 Experts du gouvernement sur les vacances d’été

Vous êtes ici :
< Retour

Le 16 juillet, le Dr. Omi, président du Comité des Experts, tenait une conférence de presse pour expliquer la situation COVID, les évolutions, les problèmes liés à la vaccination, etc.

Discours

Merci à tous de vous être réunis nombreux.

Aujourd’hui, je souhaite expliquer à la population ce qu’il est nécessaire pour éviter la propagation du virus pendant la période des vacances estivales. Je souhaite vous présenter ce que je pense en tant que président du Comité des experts.

Cette fois, les recommandations sont très ciblées sur un thème et sont synthétisées en une seule page.

Comprendre la relation entre les déplacements des gens et les infections COVID

Auparavant, je souhaite utiliser une présentation pour expliquer certains points.

IMG - Relation entre les déplacement et la propagation du virus (Naha)
Relation entre les déplacement et la propagation du virus (Naha)

Ce graphe montre les personnes qui se sont rendues dans la ville de Naha, dans la préfecture d’Okinawa. Nous parlons ici de flux de personnes qui viennent d’une autre région, et qui se sont rendues à Naha. Les nombres sont représentés par ces barres rouges verticales. En jaune, on voit le nombre de nouveaux cas.

Sur le graphe de droite, on voit les gens qui viennent d’ailleurs, dont, par exemple, du Kantô (région de Tokyo) ou du Kansai (région d’Osaka). Cela montre l’importance des flux. Ce graphe montre les données initiales.

Le graphe de gauche montre la situation dans les régions d’où ces personnes viennent. Par exemple, le niveau infectieux est élevé à Tokyo, et nous avons donc redimensionné les données. Ce graphe montre plutôt combien de personnes infectées ont apporté le virus à Naha. En conséquence, le graphe de droite montre mieux la situation réelle.

Les courbes concernent plusieurs périodes de congés. Lorsqu’on regarde cette courbe de gauche, on constate que lorsque le nombre de personnes qui viennent d’autres régions augmente. On voit bien que la courbe des nouveaux cas correspond. (NB : courbe selon les dates supposées d’infection.)

Ce dessin est assez représentatif. En avril-mai 2021, on voit que le haut de la vague de personnes monte très haut. Avec un peu de retard, le nombre de nouveaux cas suit la même pente.

Bref, c’est très représentatif. Quand le nombre de voyageurs en provenance d’autres régions augmente, le nombre d’infections locales augmente.

Nous avons des données similaires à Hokkaido. Ces graphes sont des bons points de repère, je pense.

Risque infectieux lié aux “Trois F” et aux “5 situations”

Il me semble que ce document était aussi disponible pour le Conseil Consultatif des experts. L’étude des “Cas-témoins” est une méthode de recherche solide en science épidémiologique.

Résultats de l’étude des cas-témoins

En fait, depuis l’an dernier, nous disons qu’il existe 5 situations qui présentent un risque infectieux. Nous avons mené des études pour analyser les clusters du point de vue des personnes qui ont infecté d’autres personnes. Nous avons enquêté sur ces cas, les avons analysés et tiré des conclusions. L’analyse portait sur les différents clusters de l’an dernier. Nous avions commencé à un stade très précoce.

Néanmoins, cette fois, plutôt que d’utiliser cette méthode, nous sommes entrés encore plus dans le détail d’un point de vue scientifique. C’est là que nous sommes passés à l’étude des “cas-témoins”.

Ce que la personne a fait pendant les 2 dernières semainesPositifNégtifRisque relatif rapproché (rapport de cotes)Rapport de cotes ajusté
Se rendre dans un endroit mal aéré5/29
(17,2)
18/255 (7,1)2,74
(0,99-8,05)
2,74
(0,85-8,41)
Aller dans un endroit bondé8/29
(27,6)
64/255
(24,1)
1,13
(0,48-2,65)
1,09
(0,44-2,69)
Parler à une distance qui permettait aux gens de se toucher13/29
(44,8)
70/255 (27,5)2,14
(0,98-4,69)
2,13
(0,94-4,85)
Parler sans masque6/29
(20,7)
49/255
(19,2)
1,09
(0,42-2,83)
1,01
(0,34-2,76)
Manger ou boire avec de nombreuses personnes ou pendant longtemps4/29
(13,8)
10/255 (3,9)3,92
(1,14-13,4)
3,30
(0,90-12,01)
Vivre dans un espace commun étroit2/29 (6,9)14/255 (5,49)1,27
(0,27-5,91)
1,04
(0,21-4,98)
Étude des cas-témoins – Les résultats

C’est là que nous avons déterminé deux groupes : celui des personnes qui testent positif et celui des personnes qui restent négatif.

Jusqu’à présent, nous ne regardions pas le cas des gens qui étaient négatifs, n’est-ce pas. L’an dernier, ce n’était pas le cas. Cependant, cette fois, nous regardons les cas négatifs, en tant que groupe de contrôle.

Donc, nous regardons ces deux groupes dans les 5 situations et observons quel est le risque infectieux dans les deux cas. Ce tableau montre donc les résultats.

Confirmation scientifique de l’utilité des recommandations

Nous avons comparé différentes choses, mais j’attire votre attention sur ce qui est en rouge. Cela représente une différence statistiquement significative. Je veux dire que les résultats sont évidents.

Ce qu’il faut comprendre c’est que lorsque les gens qui vont boire en grands groupes et restent ensemble longtemps, il y a 4 fois plus de risque d’infection.

On peut voir le nombre de personnes dans chaque groupe et la proportion (entre parenthèse).

Pour les autres comportements, ces nombres sont aussi élevés, n’est-ce pas. D’un point de vue statistique, on peut voir qu’il y a une différence et qu’elle est déjà évidente. Le nombre de cas étudié reste faible, mais nous donne une tendance. On le sait pour ces endroits, dans lesquels l’air ne circule pas bien, etc. En revanche, on voit bien avec cette case rouge, c’est certain avec les gens en grand nombre.

Dans la même étude, on peut constater une forte différence lorsque les gens sortent au moins deux fois par semaine pour manger ou boire de l’alcool à l’extérieur.

Lorsque les gens sortent au moins 2 fois par semaine pour des repas accompagnés d’alcool, il y a 5,89 fois, soit environ 6 fois plus de risque d’infection. Par conséquent… et nous avons aussi regardé les différences par sexe, âge, maladie préexistante, etc. Même en faisant des ajustements, le risque est près de cinq fois plus élevé.

Ce sont des choses que nous avons enfin pu comprendre. Cette méthode d’analyse des informations épidémiologiques est plus détaillées. Bien entendu, il ne s’agit pas d’études parfaites, mais ce que nous avions progressivement annoncé l’an dernier est maintenant démontré scientifiquement.

Simulations selon le Multi Agent Model : mesures de prévention dans les quartiers de divertissement

Le modèle de simulation multi agent sert à analyser les déplacements des gens. On regarde avec quel genre de personnes ils mangent, par exemple.

Avec qui une personne prend son repasRisque infectieux
Avec des personnes d’autres sociétés (A)1 fois
Avec des personnes de la même société (B)0,83 fois
Avec des personnes de son département (Note) (C)0,76 fois
À moins de 4 personnes, du même département (D)0,74 fois
À moins de 4 personnes, du même département, en limitant la durée (E)0,70 fois
Note : le département signifie par exemple la Comptabilité, les Ressources humaines, les Ventes, IT, etc.

Si on compare les personnes qui ne mangent qu’avec les gens d’un département de leur entreprise, en groupe de 4 personnes ou moins et pendant un temps limité à ce qui est au-dessus… si la fréquence est plus grande…

Par exemple dans le cas (E), c’est un repas à moins de 4, mais on limite aussi le temps. Juste au-dessus, on ne tient pas compte du temps. Encore un peu plus haut, c’est sans se préoccuper du nombre de personnes et de la période. Ensuite, on élargit les rencontres à l’intérieur de la société. De plus, il y a des cas entre sociétés, où les gens qui se réunissent travaillent dans d’autres sociétés (A).

Si on élargit le type de personnes avec lesquelles on mange, on arrive à une multiplication par 1,5 du risque infectieux.

Apparition des clusters et application des mesures dans les installations

Le point suivant est aussi un résultat issu d’études de cas-témoins. Pour le moment, cela est basé sur un petit nombre de données, ce qui rend l’étude incomplète sur certains points. Néanmoins, si nous synthétisons la conclusion, le nombre de clusters est faible lorsque le taux de respect des mesures des de prévention des épidémies.

Si on raisonne dans l’autre sens,

  • On trouve un nombre très important de clusters dans les installations qui respectaient moins de 60% des mesures. 9 sur 12 des installations, ce qui est important, ont enregistré des clusters de cette manière. Il faut comprendre que si une institution respecte proportionnellement moins les consignes, cela signifie qu’elle n’applique pas suffisamment les mesures de prévention.
  • En revanche, lorsque les installations respectaient avec attention les consignes (80% ou plus), on n’a trouvé des clusters que dans une installation parmi 12.

Recommandations du Comité des experts

Je rentre donc à partir de maintenant dans le sujet de cette conférence de presse. Le sujet de cette conférence est de donner, en tant que représentant du Comité des experts dans la lutte contre les infections, notre opinion afin de prévenir les infections pendant la période des vacances d’été.

L’an dernier, à peu près à la même époque, juste avant l’Obon, nous avions aussi tenu une réunion dans cette pièce, il me semble. Le sujet est approximativement le même.

En ce moment, dans les grandes villes dont Tokyo est le centre, la croissance du nombre de personnes infectées est indubitable. Le risque d’une propagation plus importante est de plus en plus élevé. En même temps, les vaccinations avancent à une vitesse assez rapide.

Toutefois, pendant les deux mois de juillet à la fin du mois d’août, il y aura un pont de quatre jours, les vacances d’été, les fêtes de l’Obon, les Jeux Olympiques et Paralympiques. Parce que tous ces événements se concentrent entre ces dates, nous pensons que c’est la période pendant laquelle la lutte contre le nouveau coronavirus atteindra son apogée.

Pour surmonter cet apogée, il est nécessaire de contenir du mieux que l’on peut la propagation du virus pendant la période de la déclaration de l’état d’urgence.

C’est pourquoi, nous souhaitons demander à chacun les choses suivantes.

Afin de contenir la propagation du virus pendant la période des vacances estivales, jusqu’à présent, nous insistions pour que chacun consulte un établissement médical dès qu’il ne se sent pas bien.

Cette fois, nous aimerions insister sur le 3 demandes suivantes.

1. Voyages entre les préfectures

Premièrement, nous vous demandons de réduire le plus possible les déplacements entre les départements. Nous demandons de faire le moins de déplacements possibles entre les préfectures.

Nous demandons à tous d’éviter le plus possible de se déplacer de et vers d’autres préfectures.

En revanche, s’il faut absolument se déplacer vers une autre préfecture, nous vous demandons de le faire en très petits groupes et à des périodes décalées.

Par ailleurs, même si vous prévoyez de rencontrer des personnes âgées qui se trouvent au pays et qui ont reçu les deux injections pour leur vaccination… Par exemple, si vous prévoyez de rencontrer vos papis, mamies ou dans certains cas votre père ou votre mère, veuillez (la personne qui prévoit de se déplacer) prendre être suffisamment attentifs aux mesures de prévention des infections pendant les deux semaines avant de partir.

2. Repas et pots avec des personnes qu’on ne rencontre généralement pas

En deuxième point, limiter le plus possible les repas et pots de longue durée avec de nombreuses personnes que l’on ne rencontre pas d’habitude. Éviter dans la mesure du possible de rencontrer de nombreuses personnes pendant longtemps s’il s’agit de personnes que l’on ne rencontre pas habituellement.

Toutefois, s’il faut sortir manger à plusieurs, essayez de choisir, dans la mesure du possible, les établissements de restauration agréés par les préfectures.

Par ailleurs, ne participez pas à des repas qui rassemblent plusieurs adultes et ne buvez pas d’alcool dans la rue.

C’était la deuxième recommandation.

3. À propos des J.O.

La troisième et dernière recommandation est la suivante. Veuillez suivre les Jeux Olympiques à la maison. Nous demandons à chacun de suivre les Jeux depuis chez soi.

En temps normal, on aimerait suivre les Jeux dans et hors des stades. Néanmoins, dans la situation présente, il est important de ne voir ces Jeux qu’avec les personnes que l’on rencontre habituellement, tels que les membres de la même famille, etc.

Nous demandons de s’abstenir d’aller dans des lieux publics, des restaurants ou tout autre endroit qui rassemble un nombre important de personnes.

Ce sont là nos trois recommandations.

Le projet du Comité des experts

Pour terminer, je souhaite rajouter quelques points à titre d’information.

En revanche, le Comité des experts souhaite analyser avant la fin de la déclaration de l’état d’urgence, le point suivant.

Selon l’amélioration attendue du taux de vaccination dans quelques mois,

  1. Quels seront les effets sur le poids du système médical,
  2. comment la vie des gens changera,
  3. comment la situation va évoluer avec la combinaison d’autres technologies scientifiques.

Je vous remercie pour votre écoute.

Réponses à la presse

Cette partie sera publiée séparément (il y a encore 1:10 d’enregistrement).

Partager cet article :
Cet article a-t-il répondu à votre question?
Que pouvons-nous faire pour améliorer cet article?
Précédent 2021-07-28 Conseil consultatif sur la situation infectieuse
Suivant 2021-06-09 Conseil consultatif sur l’immunité collective
Table des matières
error: