Chercher dans la liste complète des articles

Les documents sont répartis entre le "Coin COVID", le "Coin quotidien" et le "Coin intempéries".
Infos Locales au Japon recommande de commencer par chercher ici.

Si vous ne trouvez pas de réponse, cliquer sur l’icône en bas à droite de cet écran.
Il n'y a pas besoin d'avoir un compte Facebook si vous ne le souhaitez pas (ne pas changer de page dans ce cas).

Articles récents

Pour tous ceux qui nous lisent

Comme toujours, Infos Locales au Japon et Infos Kyushu mettent ces documents à titre d’information. Nous pouvons avoir mal compris ou traduit l’information, ou celle-ci peut avoir évolué depuis l’écriture de cet article. Nous mettons également à jour nos articles si la situation le demande, mais cela peut parfois prendre du temps. Nous encourageons donc chacun à vérifier les informations à la source, et de se tenir régulièrement informés par NHK Japon ou NHK World.

En cas d’urgence COVID

En cas d’urgence non-COVID

IMG - Numéros de téléphone en cas d'urgence
Numéros de téléphone en cas d’urgence (non COVID). Ce document contient aussi les informations pour contacter une ambassade etc. en urgence.

Pourquoi s’inscrire au Consulat ?

IMG - Ambassade & consulats

…lorsqu’on vit ou voyage à l’étranger, c’est important parce que… (lire la suite)

 

2021-04-07 – Conseil consultatif

Vous êtes ici :
< Retour

Le 7 avril 2021, le Conseil Consultatif des experts du ministère de la Santé, du Travail et des Affaires sociales se réunissait pour déterminer s’il fallait ajouter Tokyo à la liste des préfectures qui tombent sous les mesures de prévention des pandémies.

Intervention du Dr. Wakita

Nous avons tenu un Conseil Consultatif aujourd’hui, et je souhaite donc vous présenter ses conclusions.

Aujourd’hui, nous avons rassemblé les informations et analyses, et c’est à partir de celles-ci que je souhaite commencer mes explications.

Situation infectieuse

Dans la situation infectieuse actuelle, le nombre de nouveaux cas pour tout le pays continue à augmenter depuis fin-mars. Cela représente environ 14 personnes par 100 000 cas. On peut voir que ce nombre est en augmentation très abrupte dans la région du Kansai, ce qui fait que depuis la fin du mois de mars, ce taux croît pour tout le pays.

Depuis la fin du mois de mars, le nombre de cas grave augmente également et, dans le futur, il va donc falloir faire attention à la rapidité de cette progression.

Pour les régions du Kansai, du Tohoku, d’Okinawa, et la capitale, on peut voir un certain nombre de changements, et cela a donc fait l’objet de discussions.

Situation infectieuse dans le Kansai

Je commence avec l’analyse de la situation infectieuse dans la région du Kansai. Actuellement, la propagation du virus y est très préoccupante. Il ne s’agit pas seulement des régions d’Osaka et de la préfecture de Hyogo. On peut constater une augmentation des nouveaux cas dans les préfectures avoisinantes. Il faut donc surveiller les autres régions pour une croissance soudaine des cas liés à des souches mutantes.

Les mesures de prévention des pandémies et autres mesures prioritaires ont été promulguées depuis le mois d’avril. Néanmoins, bien que l’on commence à constater une réduction des déplacements dans la région d’Osaka, et en fait, on avait déjà constaté cette tendance à la baisse, cela ne se traduit pas encore par une réduction du nombre de nouveaux cas. C’est parce qu’il faut encore attendre un peu pour voir des résultats. Il faut donc s’attendre à ce que le virus continue à se propager. Il faut donc s’attendre à devoir subir un nombre croissant d’hospitalisations.

Par conséquent, il s’agit de surveiller la situation du système de fourniture de soins médicaux.

Situation infectieuse dans la région de la capitale

Je passe à la situation infectieuse dans la région de la capitale. La progression des cas a tendance à augmenter légèrement. Néanmoins, depuis la levée de la déclaration de l’état d’urgence, les flux de personnes pendant la soirée et la nuit ont considérablement augmenté.

Le nombre de ces déplacements a un peu diminué ces derniers jours, mais les cas d’infections parmi les personnes dans la 20aine et dans la 30aine sont en cours d’augmentation.

Cette fois, quand on observe la progression des cas dans les préfectures d’Osaka, Hyogo et Miyagi, on sait qu’une fois que les mesures de réduction des horaires sont levées après la déclaration de l’état d’urgence, les flux de personnes vont augmenter. C’est ainsi qu’environ trois semaines après la levée des mesures, ont peut constater une augmentation du nombre de cas.

Dans le cas de Tokyo aussi, comme cela fait maintenant environ trois semaines que l’état d’urgence est levé, il faut s’inquiéter d’une continuité et une augmentation soudaine de la propagation.

Situation infectieuse dans les préfectures de Miyagi et Yamagata

Après application de mesures originales dans les préfectures de Miyagi et de Yamagata, nous pouvons constater que les déplacements ont diminué et la courbe des cas tend de nouveau vers le bas.

À l’heure actuelle, la préfecture de Miyagi fait l’objet de mesures de prévention des pandémies et de mesures prioritaires.

Situation infectieuse à Okinawa

La préfecture d’Okinawa vient aussi d’implémenter des mesures adaptées à ses besoins, ce qui a ralenti la progression du nombre de nouveaux cas. Néanmoins, elle continue à faire face à une tendance l’augmentation.

On peut y observer une augmentation du nombre de cas parmi les jeunes générations.

Apparition de clusters – Situation

En ce qui concerne l’apparition de nouveaux clusters, il faut constater que les endroits où ils apparaissent se multiplient. Les rapports mentionnent des clusters dans les écoles, sur le lieu de travail, dans les établissements de restauration, pendant les repas à plusieurs, en relation avec des activités sportives, etc. Il faut continuer à surveiller les endroits tels que les karaokés de jour, les établissements de restauration et de boisson, etc.

Mesures nécessaires

Nous avons beaucoup débattu sur les mesures nécessaires. Cette fois, les régions de Miyagi, Osaka et Hyogo tombent sous les mesures de prévention des pandémies et les mesures prioritaires.

Le nombre de cas d’infection par les souches mutantes augmente en particulier dans la région d’Osaka.

Le système médical est déjà dans une situation difficile, et il convient de donner la priorité absolue à la sécurisation de lits dans les endroits où l’on s’attend à une croissance du nombre de cas.

En dehors de la ville d’Osaka, dans le reste de la préfecture d’Osaka, et dans les préfectures de Kyoto, Nara et Wakayama, le virus se propage très rapidement.

Il est nécessaire de limiter le plus possible les déplacements pour empêcher la propagation des souches mutantes. Pour cette raison, il est souhaitable des d’implémenter rapidement des mesures pour que les gens s’abstiennent de sortir quand cela n’est ni utile ni urgent et de se déplacer, etc.

Analyse des raisons de cette propagation

Nous avons aussi analysé les raisons de la propagation actuelle du virus, et il faudra mettre en place des mesures fortes pour y répondre.

Dans la région de la capitale, on constate une propagation continue du virus notamment à Tokyo. Il est très préoccupant de constater que la tendance des flux de personnes pendant la nuit, la proportion des souches mutantes vont aussi contribuer à la propagation.

Comme c’est le cas pour les préfectures d’Osaka et de Hyogo depuis la levée de l’état d’urgence, il faut s’attendre à une augmentation des cas d’infection. Il est donc important de mettre en oeuvre des mesures suffisantes de prévention du virus.

Nous pouvons déjà constater une propagation du virus en raison du changement d’exercice fiscal. Ensuite, des clusters se forment dans les karaokés de jour, dans les établissements avec divertissements, et dans les autres lieux dans lesquels les personnes âgées, ainsi que dans les endroits où l’on prend ses repas principaux. Il est donc nécessaires de rappeler à l’attention sur les risques d’infection dans ces endroits.

En cas de symptômes

Ensuite, un point important concerne les personnes qui souffrent de symptômes. Lors de nos discussions, il a été mentionné qu’il fallait appeler les gens à consulter rapidement et se faire tester en cas de symptômes de rhume.

Questions de la presse

Quelles sont les conséquences de la propagation des souches mutantes à Tokyo ?

Q : Comment analysez-vous la progression du variant du le Kansai, et les conséquences sur la progression de la souche E484K dans la région de Tokyo ?

La propagation des souches mutantes sont sources de préoccupation. Néanmoins, nous avons appris que depuis la fin de l’an dernier jusqu’au changement d’exercice fiscal, c’est à dire en mars et avril de cette année, et c’est aussi le cas au moment de la fin de l’an dernier et en début de nouvelle année, les gens se déplacent plus et ont plus d’occasions de rencontrer des personnes qu’ils ne rencontrent pas habituellement.

C’est le cas notamment pendant la fin et le début de l’année fiscale, et nous savons maintenant que c’est à ce moment que le virus se propage le plus.

Nous pouvons donc penser que la propagation est causée à la fois par des déplacements et par les souches mutantes. Ces informations devront faire l’objet d’analyses plus approfondies dans le futur.

Nous savons que c’est ce qui influence la situation dans le Kansai, et il faudra aussi surveiller ce qui se passe dans le Kantô également.

Quels sont les résultats des mesures de prévention des pandémies et autres mesures prioritaires ?

Q : Je souhaite que vous nous expliquiez de nouveau comment vous analysez les effets de mesures de prévention des pandémies et des mesures prioritaires sur le déplacement des gens et sur la situation infectieuse dans les régions pour lesquelles elles s’appliquent. En particulier, pour la préfecture d’Osaka, quelles sont à votre avis les mesures complémentaires qu’il pourrait être nécessaire d’adopter dans les régions en dehors de la ville d’Osaka ? Ensuite, quel seraient les scénarios possibles pour les régions de la capitale dans lesquelles les mesures de prévention des pandémies et les mesures prioritaires ne sont pas en place ? Et dans ce cas, quelles seraient les mesures ?

Je commence par répondre à votre première question, à savoir, voit-on des résultats après l’application des mesures prioritaires ? Les mesures prioritaires ont commencé à être implémentées le 5 avril. Il est donc encore un peu tôt pour en voir les effets. Dans les régions pour lesquelles elles ont été appliquées, je pense qu’on peut déjà constater une tendance à la baisse des déplacements de personnes.

Malgré tout, bien que l’on constate une tendance à la baisse du nombre de gens qui se déplacent, cette baisse reste insuffisante dans les préfectures d’Osaka et de Hyogo. C’est une constatation qui a été faite.

Ensuite, on peut voir une augmentation des cas dans la ville d’Osaka et dans ses environs. La discussion a porté sur le fait qu’il est donc nécessaire de prendre des mesures appropriées.

Quelles seraient les conséquences pour Tokyo et sa région ?

Pour ce qui est de la capitale et de sa région, nous nous attendons à voir les premières conséquences des déplacements de personnes depuis la levée de l’état d’urgence et le changement d’année fiscale. Les analyses montre que les flux de personnes ont augmenté surtout la nuit et le soir depuis la levée de l’état d’urgence. Aussi, nous pensons que la vitesse de propagation du virus va augmenter.

Ensuite, l’analyse de ce jour montre que la souche du Royaume-Uni commence à gagner du terrain également à Tokyo. Il est fort possible que la proportion de cas liés à cette souche mutante augmente dans le mois qui vient. Si tel est le cas, la vitesse de propagation du virus pourrait s’accélérer. Beaucoup des membres du Conseil consultatifs ont donc évalué qu’il fallait agir très vite.

Pouvons-nous parler de quatrième vague ?

Q : Lors de la session de questions et réponses du comité de travail de la Diète du 2 avril, le Dr. Omi a répondu qu’il serait acceptable de dire que nous entrons dans la quatrième vague. Le Conseil Consultatif considère-t-il aussi que nous entrons dans une quatrième vague ?

Il s’agit d’une question que l’on nous pose fréquemment. Le Conseil Consultatif n’utilise pas l’expression “quatrième vague” pour décrire la situation présente. Néanmoins, nous disons qu’à partir de l’observation de cette augmentation du nombre de cas, une nouvelle vague d’épidémie a sans aucun doute commencé.

Partager cet article :
Cet article a-t-il répondu à votre question?
Que pouvons-nous faire pour améliorer cet article?
Précédent 2021-04-14 Experts du Conseil Consultatif du MHLW
Suivant 2021-04-01 Questions de la presse à l’État et aux experts
Table des matières
error: