Chercher dans la liste complète des articles

Les documents sont répartis entre le "Coin COVID", le "Coin quotidien" et le "Coin intempéries".
Infos Locales au Japon recommande de commencer par chercher ici.

Si vous ne trouvez pas de réponse, cliquer sur l’icône en bas à droite de cet écran.
Il n'y a pas besoin d'avoir un compte Facebook si vous ne le souhaitez pas (ne pas changer de page dans ce cas).

Articles récents

Pour tous ceux qui nous lisent

Comme toujours, Infos Locales au Japon et Infos Kyushu mettent ces documents à titre d’information. Nous pouvons avoir mal compris ou traduit l’information, ou celle-ci peut avoir évolué depuis l’écriture de cet article. Nous mettons également à jour nos articles si la situation le demande, mais cela peut parfois prendre du temps. Nous encourageons donc chacun à vérifier les informations à la source, et de se tenir régulièrement informés par NHK Japon ou NHK World.

En cas d’urgence COVID

En cas d’urgence non-COVID

IMG - Numéros de téléphone en cas d'urgence
Numéros de téléphone en cas d’urgence (non COVID). Ce document contient aussi les informations pour contacter une ambassade etc. en urgence.

Pourquoi s’inscrire au Consulat ?

IMG - Ambassade & consulats

…lorsqu’on vit ou voyage à l’étranger, c’est important parce que… (lire la suite)

 

2020-11-16 Ministre de la reconstruction économique

Vous êtes ici :
< Retour

Ceci est une traduction avec certaines sections résumées de la conférence de presse du ministre de la reconstruction économique, faite le 16 novembre 2020. Il y explique les mesures contre les clusters, et les nouvelles règles concernant la campagne Go To.

Discours

J’ai parlé avec le ministre Tamura, et nous avons partagé le sentiment de crise concernant la situation. 

Nous sommes tombés d’accord sur des mesures complémentaires de prévention des clusters. Je lui ai donné les explications suivantes. Je présente ici une synthèse de notre façon de penser.

  1. Aider les régions qui ont besoin de demander la coopération des entreprises.
  2. Mesures concernant les clusters difficiles à détecter.
  3. Assurer le système de dépistage et de fourniture de soins médicaux.
  4. Sécuriser d’un nombre suffisant de personnel dans les hokenjos.
  5. Sécuriser les vaccins.

Ces points ont été expliqués par le ministre Tamura.

Aides aux régions

Cette fois, nous avons décidé de financer les primes de coopération en utilisant le budget pour le 創生臨時交付金 (NdTr : subventions exceptionnelles pour financer les régions afin qu’elles puissent donner des aides régionales et ciblées).

En vertu de la loi spéciale, Article 24-9, les préfectures dont les gouverneurs ont décidé de demander de manière limitée la coopération d’entreprises ou de régions pour réduction des horaires d’ouverture ou une limitation des sorties, etc. pourront demander un support financier de la part du gouvernement central. Cela est conditionnel à la validation par le gouvernement central. 

Cela concernera les demandes de coopération faites à partir de ce mois de novembre. Le montant du budget est de 500 milliards de yens.

La région de Hokkaido qui a déjà demandé de coopérer en réduisant les horaires. Les détails etc. seront mis en forme et appliqués dès que possible.

Aide aux ressortissants étrangers

J’en ai déjà parlé jusqu’à présent et cela ne change pas.

On trouve des clusters parmi la communauté étrangère dans les écoles, sur le lieu de travail, dans des réunions sociales, et dans un peu toutes les situations.

Il y a les difficultés de la langue. Les informations concernant ce qu’il faut faire pour éviter les “Trois F” etc. n’ont pas été bien comprises. Les modes de vie sont différents. Ils ont du mal à se faire examiner dans des établissements médicaux, etc. Tous ces points sont des défis à résoudre.

Pour cela, l’État se dépêche de communiquer les informations dans plusieurs langues. Il va fournir les informations par le biais des ambassades. Il va aussi équiper le système de consultations. Ces mesures devraient permettre d’arriver plus facilement à ce qu’ils consultent dans des établissements médicaux.

Nous allons utiliser les expériences des experts et travailler avec les ministères etc. pour rentrer dans les détails et mettre des solutions en application.

Mesures sur le lieu de travail.

Cette semaine, je prévois d’en reparler avec les responsables du monde économique.

Pour les PME (y compris les freelances), nous continuons à proposer des aides via les subventions et prestations de durabilité 持続化補助金 et les subventions informatiques IT補助金.

J’en ai déjà parlé jusqu’à présent.

  • Les personnes qui ne se sentent pas bien ne doivent pas se rendre au travail. Les entreprises ne doivent pas les laisser venir sur le lieu de travail.
  • Les entreprises sont appelées à travailler avec la médecine du travail.
  • Le mois de novembre est le mois du télétravail et des horaires décalées. Nous allons encourager encore plus les entreprises à passer au télétravail et aux horaires décalées de présence au bureau.
  • En outre, nous encourageons l’installation de capteurs de CO2 afin d’aérer, et à aérer correctement dans les régions où il fait froid.

Le port du masque est important

La transmission des informations concernant les “5 situations” est importante, et il convient d’être particulièrement vigilants lorsqu’on change de lieu (de pièce etc.). On trouve beaucoup de cas d’infection dans les lieux de repos, les fumoirs etc. Pendant le travail, les gens sont sur le qui-vive et portent un masque, et ne parlent pas fort. Mais pendant les heures de repos, ils mangent, fument, sortent après le travail, et enlèvent leur masque. Ce sont dans ces cas que les gens se font infecter.

Toutes ces situations pointent sur le fait que les gens enlèvent leur masque : quand on mange ou boit, fume, vit en commun etc. Les masques servent à protéger la vie de la population.

Il s’agit de se protéger et de protéger les gens qui nous sont chers. C’est à chaque fois qu’on enlève le masque, il faut s’attendre à une augmentation du risque. Que ce soit à la maison ou au travail, pendant les repas, nous demandons de garder le masque le plus possible.

Comme je l’ai répété d’ultimes fois, nous encourageons l’utilisation de capteurs de CO2 et de panneaux en acrylique. En mettre non seulement devant soi mais aussi sur le côté. Pendant qu’on mange, on peut enlever le masque, même entre les bouchées, nous demandons de le remettre. Selon les simulations du super-ordinateur, si on s’asseoie en diagonale, on réduit le risque de contagion d’un cinquième.

En connaissances de ces nouvelles informations, le comité pour revoir les directives se tiendra le 18 novembre. Les experts demandent à ce que nous suivions ces recommandations.

Pour les appliquer, nous encourageons l’utilisation des subventions et prestations de durabilité 持続化補助金.

Tests de dépistage

Un total de 24000 établissements au Japon offrent maintenant la possibilité de faire un dépistage du nouveau coronavirus. Ceux-ci sont équipés pour tester en même temps pour la grippe saisonnière.

Pour un besoin de faire environ 46000 tests en période de pic d’épidémie, nous avons une capacité d’en faire 50 000 par jour. Nous avons la possibilité d’analyser jusqu’à 54 000 échantillons par jour s’il le faut. Cela comprend les tests PCR et antigéniques. Le système est solidement organisé.

Personnel dans les hokenjos

Le Premier ministre en a parlé aujourd’hui. Nous avons augmenté le nombre de médecins, infirmiers et personnel de médecine sanitaire dans les hokenjos et avons sécurisé environ 600 personnes (de 568 personnes à fin octobre). Nous allons les envoyer en renfort de manière adéquate dans les différentes préfectures.

Pour commencer, 60 fonctionnaires nationaux expérimentés sont en première ligne, et ils vont passer à 100 personnes. Et nous allons encore renforcer ces nombres avec des personnes compétentes.

Nous avons envoyé des équipes de lutte contre les clusters dans toutes les régions. Jusqu’à présent, nous avons envoyé dans 36 préfectures, 100 personnes. En outre, en réponse à la demande des experts, nous prévoyons d’employer jusqu’à 150 personnes spécialistes dans les infections.

Le nombre de nouveaux cas étant important à Hokkaido, nous avons envoyé 3 personnes pour la lutte contre les clusters. Le ministre de la Santé, du Travail et des affaires sociales a envoyé également 5 personnes. En outre, 22 spécialistes en santé publique ont été envoyés depuis 10 préfectures. Il y a maintenant 27 médecins de santé publique dans l’île. Nous avons décidé d’envoyer séquentiellement 27 sur place.

À partir d’aujourd’hui, nous avons aussi envoyé 2 spécialistes des clusters à Asahikawa. Dans tous les cas, les équipes de clusters sont renforcées, et les experts les aident.

Sécurisation des vaccins

Concernant la sécurisation des vaccins, nous avons passé des contrats avec plusieurs laboratoires et nous devrions pouvoir sécuriser un nombre suffisant de vaccins pour vacciner toute la population au Japon dans la première partie de l’année 2021.

Campagne Go To

Le Premier ministre a donné des instructions pour renforcer les mesures de prévention du virus pendant la campagne Go To.

Go To Eat

Pour ce qui est de Go To Eat, l’utilisation de coupons repas est de points doit être en principe limitée à 4 personnes ou moins. Pour ce qui est de la façon dont les familles seront traitées, cela doit être décidé localement en fonction de la situation infectieuse dans chaque région. Les gouverneurs ont reçu ordre d’évaluer cela dans chaque préfecture.

Le ministère de l’Agriculture, des Forêts et de la Pêche répondra à cela, les détails seront compilés. Des employés du ministère sont en train de compiler ces règles.

Go To Travel

Pour ce qui est des coupons d’achat régionaux, et pour ce qui est des repas de groupes, ils vont maintenant être alignés sur les conditions de Go To Eat. Les groupes ne pourront pas manger à plus de 4 personnes à la fois.

Pour les groupes qui font des circuits touristiques, les repas dans les bus sont maintenant interdits.

Les hôtels et ryokans ont appliqué avec assiduité les mesures de prévention jusqu’à présent. Grâce à cela, il n’y a pas eu rapport de cas d’infection dans des facilités d’hébergement touristique. Néanmoins, comme nous sommes dans cette situation infectieuse, nous leur demandons encore une fois de revérifier les mesures de prévention. De même, nous demandons encore une fois de respecter les règles qui interdisent de manger dans les bus etc.

Je viens d’expliquer ce que nous demandons aux opérateurs d’hôtels et ryokans etc.

Maintenant, dans le cas des usagers (voyageurs) de la campagne, nous demandons de toujours respecter les consignes de port du masque, le lavage des mains, éviter les “Trois F”. Les personnes qui ne se sentent pas bien doivent absolument annuler leur participation à la campagne “Go To”, et se faire examiner.

Dans tous les cas, les personnes qui ne se sentent pas bien ne doivent pas sortir sauf pour se faire examiner. C’est essentiel. Tout dépend des mesures de prévention du virus.

COCOA

Nous demandons fortement à ce que les gens qui participent à la campagne “Go To” installent l’application COCOA sur leur téléphones. Les établissements d’hébergement doivent aussi le recommander à leurs usagers. Ils recevront surement des demandes dans ce sens du ministère des transports et du ministère de l’Agriculture, des Forêts et de la Pêche.

Cette forte demande sera envoyée avec les détails sur les nouvelles mesures envoyés aux opérateurs.

Lutte contre les clusters

Les équipes de lutte contre les clusters seront renforcées le 17 novembre à Tokyo. J’ai personnellement rencontré, et échangé avec les gouverneurs des préfectures de Osaka, Hyogo, Aichi et Hokkaido, pour parler de la façon de faire. J’ai aussi parlé avec la gouverneure Koike (de Tokyo).

Le 17 novembre, le Dr. Omi va échanger avec les équipes de lutte contre les clusters et les personnes impliquées sur place. Les experts ont de nouveau demandé à observer la situation sur le terrain, et en discuter.

Lorsque nous avons demandé des mesures contre les clusters, nous leur avons enquêté auprès de plusieurs personnes. Nous souhaitons connaitre la situation. Je participerai à ces réunions pour savoir ce qui se fait, et ce qui est difficile pour ces équipes, ce qui se passe sur le terrain, etc.

En outre, nous souhaitons que les mesures qui marchent dans un endroit soient appliquées ailleurs. Nous allons donc interviewer et échanger avec le personnel des hokenjos. Ils s’accrochent vraiment et travaillent dur pour nous.

Situation infectieuse

Cette conférence date du 16 novembre, et la situation a beaucoup évolué depuis. Infos Locales au Japon résume donc sans traduire exactement sur ce sujet.

Le nombre d’examens a augmenté à 16000 cas, contre 4000 environ fin octobre. Le taux de positivité pendant le week-end, alors qu’il y a moins de tests, est de :

  • 14% dans la préfecture de Aichi
  • 8,9% à Osaka, ce qui est en train de croître. Dans tous les cas, le nombre de nouveaux cas augmente beaucoup. La situation étant critique, je travaille avec le gouverneur de Osaka pour des solutions.

Concernant les stades

(Attention, il s’agit d’une conférence du 16 novembre, et il s’est passé des choses depuis.)

Nous avons beaucoup débattu sur ce point.

À Hokkaido, le nombre de lits pour les patients COVID-19 gravement malades est sécurisé. En revanche, il y a eu des cas d’infection dans des établissements de soins médicaux, ce qui fait que les lits pour les soins normaux commencent à manquer.

Nous sommes en train d’utiliser les différents mécanismes d’aide pour répondre à cette situation. Nous avons déjà envoyé de l’aide. J’ai aussi parlé avec le gouverneur. À Sapporo, la situation est particulièrement difficile, et il faut les aider correctement. Le taux de positivité y est sous les 10% en une semaine. Plusieurs indicateurs sont en train de baisser de nouveau, mais il y a eu 28 cas grave en une semaine et il faut donc toujours rester prudents.

À Tokyo, plusieurs indicateurs sont aussi à un niveau limite, mais le taux de positivité reste encore autour de 5%.

À Osaka, le taux tourne autour de 18 cas graves, même si le taux de positivité est à 8%. C’est donc à suivre.

Tokyo

À Tokyo, le nombre de personnes hospitalisées tournait autour de 1000 personnes. Il a maintenant dépassé 1200 personnes. Nous devons donc sécuriser plus de lits. Il y a encore assez de place pour les cas graves, et ce qui est important, c’est d’éviter que l’état des patients s’aggrave.

Comme je l’ai dit, le nombre de cas est passé à 5% à Tokyo. Il est revenu à un stade proche de celui de cet été.

366 personnes infectées ont plus de 60 ans cette semaine. Ce nombre est équivalent à celui au moment du pic infectieux du printemps. Les cas graves sont bien moins nombreux comparativement. Nous avons maintenant des médicaments qui sont assez efficaces comme le Remdecevir, le Dexamethasone et l’Heparin.

Hier, au National Hospital Organization Kobe Medical Center, on m’a expliqué que d’autres médicaments comme le Dexamethasone est aussi efficace.

Sur le terrain, ce genre de médicaments et traitements sont maintenant habituels, mais il y a toujours un risque pour les personnes âgées et/ou avec une condition préexistante. Il faut vraiment que nous ne laissions pas augmenter le nombre de cas au delà de nos limites. Il faut vraiment que nous contenions le virus.

Progression du nombre de cas graves

En date du 15 novembre, nous avions 251 cas graves. Nous arrivons à un niveau équivalent du deuxième pic. Si on le compare au pic du printemps, le nombre est encore faible, mais la croissance est encore assez forte. Il faut vraiment éviter les aggravations pour protéger les vies.

(La partie concernant l’économie et les questions de la presse ne sont pas traduites pour des problèmes de temps).

Note de la Traductrice

Les explications sur les subventions de durabilité se trouvent dans ces trois articles :

D’autres subventions sont en cours de préparation par les gouvernements, et il existe parfois aussi des subventions régionales de durabilité. Les personnes qui ont besoin d’aide pour trouver un interlocuteur ou pour trouver ces aides peuvent contacter Infos Locales au Japon en MP en cliquant sur l’icône “Messenger” en bas à droite de l’écran. Il est aussi possible de nous contacter directement sur Twitter (@Infoslocalesjp) ou sur Facebook.

Si les informations de la préfecture dans laquelle vous vous trouvez ne sont pas sur le site de InfoslocalesauJapon.org, elles se trouvent toujours sur la page Facebook ???COVID-19 -?? Informations par préfecture- Infos locales au Japon (elles n’ont peut-être pas toutes été rafraichies, mais les numéros de téléphone pour plus d’informations sont normalement dans l’article ou en photo sous l’article.

Partager cet article :
Cet article a-t-il répondu à votre question?
Que pouvons-nous faire pour améliorer cet article?
Précédent 2020-11-20 Ministre de la reconstruction et les experts – Part1
Suivant 2020-11-12 Comité des experts et ministre de la reconstruction – Part 1
Table des matières
error: