Chercher dans tout le site

Il y a beaucoup d'informations. Commencez par chercher ici !

Si vous ne trouvez pas de réponse, cliquez sur l’icône en bas à droite de cet écran.

Coin COVID

Pour tous ceux qui nous lisent

Comme toujours, Infos Locales au Japon et Infos Kyushu mettent ces documents à titre d’information. Nous pouvons avoir mal compris ou traduit l'information, ou celle-ci peut avoir évolué depuis l'écriture de cet article. Nous mettons également à jour nos articles si la situation le demande, mais cela peut parfois prendre du temps. Cette page encourage donc chacun à vérifier les informations à la source, et de se tenir régulièrement informés par NHK Japon ou NHK World.

En cas d'urgence COVID

En cas d'urgence non-COVID

IMG - Numéros de téléphone en cas d'urgence
Numéros de téléphone en cas d'urgence (non COVID). Ce document contient aussi les informations pour contacter une ambassade etc. en urgence.

Pourquoi s’inscrire au Consulat ?

IMG - Ambassade & consulats
...lorsqu’on vit ou voyage à l’étranger, c'est important parce que... (lire la suite)

Levée des mesures le 1ᵉʳ octobre 2021 – Ce qu’il faut savoir

Vous êtes ici :
< Retour

Le 28 septembre 2021, le gouvernement japonais annonçait qu’il levait les mesures d’état d’urgence et les mesures prioritaires. Il précisait néanmoins que cela n’impliquait pas de revenir immédiatement à une vie normale.

Ci-dessous la traduction des consignes du gouvernement japonais aux particuliers et au acteurs économiques.

Points clés que le gouvernement souhaite partager avec la population

  • Le 28 septembre 2021, le gouvernement a conduit une analyse et évalué la situation infectieuse et de la charge pesant sur le système de fourniture de soins médicaux et sur le système de santé publique. Sur la base des résultats, toutes les préfectures pour lesquelles on avait défini de telles mesures n’ont plus besoin d’appliquer la déclaration de l’état d’urgence ou des mesures de prévention des pandémies et autres mesures prioritaires. Aussi, ces mesures ont pris fin le 30 septembre, période à laquelle il était prévu d’arrêter les mesures d’urgence et des mesures prioritaires.
  • Afin de prévenir une nouvelle propagation du virus dans les préfectures qui n’ont plus besoin de mesures d’état d’urgence, l’assouplissement des restrictions aura lieu par étapes. Les mesures nécessaires resteront en place jusqu’à ce que le niveau d’infection descende en dessous de l’équivalent d’un stade II. En cas de signes de nouvelle propagation du virus, le gouvernement mettra immédiatement en œuvre des mesures efficaces et fortes de contrôle des infections.
  • Le gouvernement demande à sa population de continuer à suivre les contre-mesures de base de prévention des virus. Notamment, il demande de continuer à éviter soigneusement les « trois F », de maintenir une distance de sécurité entre les personnes, de porter des masques, de se laver les mains, etc.
  • À partir de maintenant, le gouvernement s’efforce de répondre aux recommandations compilées le document du 3 septembre 2021 sur « l’approche du comité des experts dans la lutte contre le nouveau coronavirus »(1) et du document du 9 septembre 2021 sur « l’approche pour une reprise de la vie quotidienne pendant que les vaccinations progressent ». Dans ce cadre, pendant qu’il suit l’évolution concernant les vaccinations, il encourage un débat national entre la population, les entreprises et les gouvernements locaux, afin de permettre une réduction ou une révision des restrictions des activités dans les zones de mesures d’état d’urgence (etc.). Le débat concerne aussi les démonstrations techniques utilisant une « formule vaccins + tests de dépistage ».

(1) Version en japonais : 新型コロナウイルス感染症対策分科会の考え方
(2) Version en japonais : ワクチン接種が進む中における日常生活回復に向けた考え方

Autre document de référence

« Solutions futures concernant le nouveau coronavirus  » 新型コロナウイルス感染症に関する今後の取組 (Décision du 28 septembre 2021, des quartiers généraux des mesures contre le nouveau coronavirus)


Mesures pour les régions qui sortent de la déclaration de l’état d’urgence

Dans les préfectures sorties des mesures d’état d’urgence, le gouvernement invite chacun à se conformer aux mesures suivantes.

  • Se conformer aux demandes des préfectures concernant les déplacements.
    • Réduire l’activité à des petits groupes afin d’éviter foule et heures de pointe
    • Passer à des styles de travail flexibles, conformément à la campagne de promotion du travail à domicile (télétravail) pour les entreprises.
    • Gérer les horaires nocturnes compte tenu des demandes de réduction des horaires d’ouverture des établissements de restauration (etc.)
    • Autres mesures nécessaires, le cas échéant.
  • Pendant les déplacements d’une préfecture à l’autre, entre autres, lors d’un voyage de retour au pays ou d’un voyage d’affaires, l’État demande d’appliquer consciencieusement toutes les mesures de base de contrôle des infections. Parallèlement, le gouvernement appelle les voyageurs non vaccinés à se faire pour prévenir la propagation du virus à d’autres régions.
  • En plus de ce qui précède, il appelle chacun à coopérer lorsqu’un gouverneur préfectoral décide, compte tenu de la situation de l’infection dans sa région, de demander (etc.) de s’abstenir de sortir, de se déplacer, ou d’aller et venir dans les zones où le virus se propage.
  • À titre de mesure transitoire pendant le mois qui suit la levée de l’état d’urgence, les organisateurs d’événements doivent se conformer aux exigences de taille fixées par le gouvernement préfectoral. Celles-ci limitent notamment le nombre de participants à un maximum de 5 000 personnes ou une capacité de 50 %. Les organisateurs peuvent choisir le nombre le plus grand entre ces deux modes de calcul. (Par contre, le gouvernement limite le nombre de personnes à 10 000). Par ailleurs, chacun est appelé à coopérer lorsque les gouverneurs de la préfecture imposent une limite de temps pour l’événement, pour tenir compte de la situation infectieuse dans la région.
  • Chacun a besoin de coopérer alors que les restaurants ont, pour le moment, reçu des consignes de réduire leurs heures d’ouverture. Ces demandes ont pour but de gérer la situation infectieuse dans leur région. Ensuite, le gouvernement a pour objectif d’assouplir les mesures progressivement, sur une période d’un mois. Pour cela, il tiendra compte, entre autres, de la situation infectieuse dans chaque région.

    La demande de réduction des heures d’ouverture se fonde sur une approche rigoureuse des mesures de lutte contre les infections. C’est ainsi que l’on peut autoriser les magasins qui répondent à certaines exigences (telles que l’application d’un système de certification par un tiers) et qui s’engagent pleinement dans la lutte contre les infections (« magasins soumis à certification 認証等適用店 ») à ouvrir jusqu’à 21:00. Au contraire, les magasins qui ne se soumettent pas au système de certification par un tiers ne peuvent ouvrir que jusqu’à 20:00. La décision (des horaires) appartient à chaque gouverneur préfectoral, qui se fonde sur la situation infectieuse, etc.
  • Les établissements équipés d’installations de karaoké, comme les snacks de jour ou les cafés karaoké, dont l’activité principale est de fournir de la nourriture et des boissons, ont encore besoin de suivre les consignes des préfectures et de s’abstenir de les utiliser jusqu’à la fin de cette période d’un mois environ. De plus, un gouverneur préfectoral pourra décider d’assouplir les mesures. Pour cela, il basera sa décision sur
    – la situation infectieuse dans sa région,
    – les vaccinations et
    – l’application des mesures de prévention par les établissements.

    Ensuite, les établissements dont l’activité principale n’est pas de fournir de la nourriture et des boissons, qui proposent un accès à des installations de karaoké, doivent prendre des mesures rigoureuses contre les infections, y compris en demandant aux utilisateurs d’éviter de rester trop près les uns des autres.
  • Les entreprises ont pour consignes de se conformer aux directives de leur profession.
  • Le gouvernement demande de s’abstenir de boire et manger en groupe dans la rue, dans les parcs, etc.
  • Afin de gérer la présence sur le lieu de travail (etc.) et de réduire le nombre de personnes sur le lieu de travail de 70%, les entreprises ont besoin d’encourager leurs employés à travailler à domicile (télétravail) ou à prendre, entre autres, des congés. Parallèlement, afin de réduire les occasions de se trouver physiquement en contact, le gouvernement demande de fortement promouvoir le travail par rotation (etc.) pour les personnes qui ont besoin d’exercer sur le lieu professionnel.

    Le gouvernement recommande aux entreprises qui n’ont pas encore instauré le télétravail de commencer par ce qu’elles peuvent faire. Elles peuvent entre autres commencer en imposant des demi-journées de télétravail, puis passer au télétravail pendant deux jours sur les 5 jours ouvrés d’une semaine.
  • Les entrepreneurs sont invités à informer de manière proactive sur leurs progrès pour réduire de 70% la présence sur le lieu de travail en instaurant le travail à domicile (télétravail).

Mesures pour les autres préfectures

Pour les autres préfectures, se conformer aux mesures suivantes.

(1) Sorties et déplacements

  • Le gouvernement demande de continuer à éviter les endroits qui peuvent augmenter le risque infectieux, dont les « Trois F » (lieux Fermés, où la Foule, se Frôle et parle fort), et les « 5 situations qui augmentent le risque d’infection ».
  • Il est aussi essentiel de scrupuleusement « maintenir une distanciation physique entre les gens », « porter un masque », « maintenir une hygiène des mains, avec le lavage des mains, etc. », et tous les autres gestes barrières.
  • Il convient d’agir en suivant la « nouvelle façon de vivre » pour prévenir la propagation des infections.
  • Pendant tout déplacement d’une préfecture à l’autre, notamment à l’occasion d’un retour au pays ou d’un voyage, suivre consciencieusement les mesures de base pour la prévention des infections, notamment en évitant les « Trois F » et en vous abstenant particulièrement de manger avec de grands groupes de personnes. En cas de fièvre ou d’autres symptômes, s’abstenir de rentrer au pays ou de voyager.
  • S’abstenir autant que possible de faire des déplacements inutiles et non urgents de et vers les régions dans lesquelles le virus se propage.
  • Les installations ont besoin de se conformer aux directives par profession.

(2) À propos de l’organisation d’événements, etc.

  • Dans régions des préfectures pour lesquelles on a levé les mesures de prévention des pandémies et autres mesures prioritaires, les organisateurs d’événements doivent se conformer aux exigences d’échelle, etc.. Il s’agit de mesures transitoires pendant un mois. Notamment, le plafond du nombre de participants aux événements est de 5 000 personnes ou de 50 % de la capacité du site. Par contre, le plafond du nombre de participants est de 10 000 personnes. Les organisateurs peuvent choisir le plus grand nombre de personnes obtenu avec ces deux critères. Par ailleurs, l’État appelle chacun à coopérer lorsque les gouverneurs de la préfecture imposent une limite de temps, pour tenir compte de la situation infectieuse dans la région.
  • L’État encourage aussi les organisateurs dans les autres préfectures à tenir leurs événements selon les critères d’échelle définis par les préfectures. Entre autres, un événement ne peut accueillir qu’un nombre de participants plafonné à 5000 ou un taux de remplissage de 50%. Ils peuvent choisir le plus grand nombre de participants obtenu avec les deux critères.
  • Quelle que soit la taille de l’événement, les organisateurs doivent prendre des mesures de base de contrôle des infections. Celles-ci comprennent la disposition des sièges de manière à éviter les « Trois F », la garantie d’une « bonne distance entre les personnes », le « port du masque » et la gestion du comportement des athlètes, des artistes et des participants avant et après l’événement, etc. Parallèlement, les organisateurs ont besoin de pouvoir identifier les participants en créant une liste de leurs coordonnées, etc. L’État leur demande aussi d’encourager les artistes et les participants, etc. à utiliser les applications telles que celle de traçage des cas contacts (COCOA).
  • Si le virus a tendance à se propager, selon les conditions locales, il sera peut-être nécessaire de demander aux établissements de restauration de réduire leurs horaires. C’est pourquoi le gouvernement appelle chacun à coopérer. Dans ce cas, le principe de base reposera sur une fermeture au plus tard à 21 : 00 pour les établissements ayant reçu une certification, etc. et à 20 : 00 pour ceux qui ne font pas partie des établissements éligibles au système de certification par une entité tierce.
  • En cas de signes de propagation du virus ou d’apparition de clusters pendant des événements, etc., le gouvernement appellera à coopérer aux demandes des gouvernements locaux et autres entités pour renforcer les restrictions du nombre de personnes, tenir l’événement sans spectateurs, l’annuler ou le reporter.

(3) À propos de la présence sur le lieu professionnel, etc.

  • Le gouvernement appelle à choisir des solutions pour réduire les contacts en présentiel entre les gens, à l’aide du travail à domicile (télétravail), des horaires décalés, ou en se rendant à vélo au travail, notamment. Les entreprises qui n’ont pas encore instauré le télétravail sont invitées à commencer par ce qu’elles peuvent faire. Elles peuvent entre autres commencer en imposant des demi-journées de télétravail, puis passer au télétravail pendant deux jours sur les 5 jours ouvrés d’une semaine.
  • Les entrepreneurs sont invités à annoncer de manière proactive leurs progrès pour réduire la présence sur le lieu de travail en instaurant le travail à domicile (télétravail).
  • Sur le lieu de travail, encourager de manière exhaustive, les mesures pour la prévention des infections par des exemples concrets et l’application des règles qui consistent à éviter les « Trois F », les « 5 situations qui augmentent le risque infectieux », etc. En particulier, les consignes sont :
    • le lavage et désinfection des mains,
    • les bonnes manières concernant la toux,
    • le maintien d’une distance entre les travailleurs,
    • la ventilation du lieu de travail,
    • la désinfection des endroits touchés par plusieurs personnes,
    • encourager les employés qui ont de la fièvre à s’abstenir de se rendre sur le lieu de travail,
    • utiliser les kits de test de dépistage des antigènes pour les personnes qui ont des symptômes bénins, etc.,
    • limiter les déplacements professionnels des employés en utilisant des outils de visioconférence, décalage des horaires de pause de déjeuner et
    • appliquer des mesures sur les lieux de vie commune tels que les dortoirs pour les employés, etc.

      Sur le lieu professionnel, il faut tout particulièrement faire attention au « changement de lieu » (Ex. les vestiaires, les salles de repos, les fumoirs), et vérifier l’état de l’aération des installations avec l’aide d’appareils de mesure de la concentration en dioxyde de carbone. Finalement, le gouvernement demande de mettre en œuvre les directives spécifiques à votre industrie aussi bien sur le lieu de travail que dans les établissements.

(4) À propos de l’utilisation des installations, etc.

  • L’État demande de se conformer aux demandes des préfectures lorsqu’elles appellent à une coopération nécessaire pour restreindre l’utilisation des installations, etc.
  • Les installations dans lesquelles des clusters se sont formés jusqu’à présent, ou celles dans lesquelles on peut constater les « Trois F » ont besoin de coopérer aux demandes des gouvernements locaux quand elles sont nécessaires face à la situation infectieuse locale, etc.

Pour comprendre ce qu’on appelle le stade II

Autres articles utiles

Partager cet article :
Cet article a-t-il répondu à votre question?
Que pouvons-nous faire pour améliorer cet article?
Please submit the reason for your vote so that we can improve the article.
Suivant Mesures prioritaires (13 au 30 sept 2021) – ce qu’il faut savoir
Sommaire
error: