Chercher dans la liste complète des articles

Les documents sont répartis entre le "Coin COVID", le "Coin quotidien" et le "Coin intempéries".
Infos Locales au Japon recommande de commencer par chercher ici.

Si vous ne trouvez pas de réponse, cliquer sur l’icône en bas à droite de cet écran.
Il n'y a pas besoin d'avoir un compte Facebook si vous ne le souhaitez pas (ne pas changer de page dans ce cas).

Articles récents

Pour tous ceux qui nous lisent

Comme toujours, Infos Locales au Japon et Infos Kyushu mettent ces documents à titre d’information. Nous pouvons avoir mal compris ou traduit l’information, ou celle-ci peut avoir évolué depuis l’écriture de cet article. Nous mettons également à jour nos articles si la situation le demande, mais cela peut parfois prendre du temps. Nous encourageons donc chacun à vérifier les informations à la source, et de se tenir régulièrement informés par NHK Japon ou NHK World.

En cas d’urgence COVID

En cas d’urgence non-COVID

IMG - Numéros de téléphone en cas d'urgence
Numéros de téléphone en cas d’urgence (non COVID). Ce document contient aussi les informations pour contacter une ambassade etc. en urgence.

Pourquoi s’inscrire au Consulat ?

IMG - Ambassade & consulats

…lorsqu’on vit ou voyage à l’étranger, c’est important parce que… (lire la suite)

 

2021-1-7 – Consignes pour l’état d’urgence

Vous êtes ici :
< Retour

Le Premier ministre Suga a décidé de déclarer l’état d’urgence lors de la réunion des quartiers généraux pour la lutte contre le nouveau coronavirus. Cela s’est passé aujourd’hui.

À compter du 8 janvier, jusqu’au 7 février, les préfectures de Tokyo, Saitama, Chiba et Kanagawa tombent sous des mesures de cette déclaration.

Stratégie de base (extrait)

Ces points font partie de notre stratégie de base jusqu’à présent. Nous construisons des mesures de prévention effectives en utilisant les connaissances et expériences acquises jusqu’à présent.

Ensuite, cette fois, nous n’allons pas arrêter un nombre important d’activités socio-économiques comme nous l’avions fait comme l’année dernière. Nous allons appliquer intensivement des mesures effectives sur les situations qui présentent des risques importants de propagation du virus. C’est-à-dire, que nous allons deviser des mesures autour de la prise de repas et de boissons. C’est ce que le Premier Ministre Suga et le Dr. Omi ont expliqué lors de leur conférence de presse aujourd’hui.

En revanche, il faut comprendre qu’il ne s’agira pas seulement de mesures concernant les repas et la boisson. Pour augmenter l’efficacité des mesures, nous allons aussi limiter les flux de personnes qui sortent manger et boire.

C’est pourquoi nous demandons une réduction des horaires d’ouverture des établissements de restauration. Parallèlement, nous demandons en particulier de s’abstenir de sortir après 20:00. Ensuite, pour limiter les sorties, afin de limiter les sorties, nous mettons en place des mesures équivalentes en demandant de passer au télétravail.

Détails des mesures

1. S’abstenir de sortir

Il s’agit d’une demande de s’abstenir les sorties non essentielles et non urgentes et les déplacements. Cela a été beaucoup discuté en comité consultatif. Dans tous les cas, s’abstenir les sorties et déplacements inutiles et non urgents.

En revanche, dans le cas des travailleurs essentiels, par exemple quand on doit se rendre à l’usine pour une raison spécifique, ou quand il faut aller à l’hôpital ou à l’école, on peut se déplacer. Dans tous les cas, nous demandons de s’abstenir les sorties inutiles et non urgentes. En particulier, le gouvernement demande de s’abstenir systématiquement de sortir après 20:00.

Donc le but est de limiter les flux de personnes.
Dans la journée aussi, il faut éviter de sortir et de se déplacer quand cela n’est ni urgent ni essentiel.

2. Limiter l’usage des établissements

Au centre de ces limites, il y a les établissements de restauration. Ceux-ci doivent s’arrêter à 20:00. Pour ce qui est de l’alcool, l’État demande de n’en proposer qu’entre 11:00 et 19:00. La livraison de repas et la vente à emporter ne sont pas concernés.

Cette demande va être appuyée sur un texte de loi.

D’autre part, les établissements qui sont définis dans l’article 11 de la Loi sur les mesures spéciales tombent sous les mêmes restrictions. Ces demandes ne sont pas appuyées par la loi, mais ces établissements sont aussi appelées à fermer à 20:00.

Ensuite, le Premier Ministre l’a évoqué toute à l’heure, le budget de la subvention pour la revitalisation des régions est élargi, et les primes de coopération passeront à 1,8 million de yens pour ce mois d’état d’urgence.

En conséquence, j’aimerais insister pour que les établissements de restauration installent des panneaux en acrylique, s’équipent de matériel pour l’aération (comme des détecteurs de concentration de CO2) pendant les horaires d’ouverture.

Pour cela, nous leur demandons d’utiliser les prestations d’aide à la durabilité (pour l’ensemble du pays, voir le site du METI 持続化補助金). Ces prestations peuvent monter à un montant maximum de 2 millions de yens. On peut les demander à n’importe quel guichet des Chambres de Commerce et Industries du Japon. En ce moment, elles offrent cette possibilité. Aussi, pendant la réduction des horaires, en profiter pour prendre un peu de temps pour faire cela. Nous souhaitons aider dans ce sens.

(NdT : pour trouver les coordonnées de la CCI de sa région, Bureaux de consultation pour les PME, petites entreprises touchées par la COVID-19. Saisir dans la barre de recherche le nom de sa ville ou province et « commerce », et voilà).

Donc, utilisez ces aides, appliquez les mesures de prévention, suivez les directives. Une fois que nous aurons contenu la propagation du virus, nous reprendrons la campagne Go To Eat, et nous reprendrons Go To Travel. Quand nous les remettrons, les entreprises auront déjà les panneaux en acrylique, et une bonne aération. Comme il s’agit d’une condition pour pouvoir participer à la campagne, autant profiter de cette occasion.

3. Lieu de travail et se rendre sur le lieu de travail

Je souhaite renouveler ma demande aux acteurs économiques de mettre en place le télétravail. J’ai déjà rencontré le président Keidanren hier qui a dit souhaiter aider. Je contacterai aussi les autres groupes économiques.

Nous devons nous orienter vers une diminution de 70% du nombre de personnes qui se rendent sur leur lieu de travail. C’est exactement avec ces demandes, au mois d’avril 2020 que le nombre d’interactions en présentiel, avec les clients, etc., a diminué de plus de 70%.

Les entreprises ressentent surement beaucoup d’anxiété sur ce point. Il y a aussi des travailleurs essentiels, qui ne peuvent pas passer au télétravail. Cependant, je souhaite recommander de trouver des aménagements de manière à rendre possible le télétravail.

Il y a pour cela une prestation financière pour l’introduction des technologies de l’information IT導入補助金 (traduction en français à venir). Il s’agit d’une prestation d’un maximum de 4,5 millions de yens. En outre, les préfectures ont aussi un budget pour ces aides grâce aux subventions de revitalisation des régions (10 billions de yens). Nous souhaitons aider de cette façon.

Parallèlement, en dehors des travailleurs essentiels doivent continuer à travailler, les autres employés sont soumis aux restrictions et sont appelés à s’abstenir, dans la mesure du possible, de travailler après 20:00. Eux aussi reçoivent une demande de s’abstenir de sortir après 20:00.

4. Écoles, etc.

Les explications ont déjà été données. En ce qui concerne les écoles, nous ne demandons pas une fermeture uniforme des écoles. En revanche nous demandons de suivre à la lettre les consignes de prévention du virus.

Le Premier Ministre l’a expliqué dans sa conférence de presse. Selon les analyses des experts, il n’y a pas de grand risques que la propagation se fasse à partir d’une infection dans une école.

Pour les universités, il s’agit de combiner de manière efficace des cours en ligne et en présentiel. Dans tous les cas, il s’agit de préserver l’éducation des étudiants.

En ce qui concerne les activités de clubs, les experts ont communiqué, via le ministère de l’Éducation, un document sur les risques. Celles qui impliquent de crier, de toucher d’autres personnes physiquement, etc., font l’objet d’un certain nombre de limitations. Le ministre de l’Éducation va donner ces informations.

Comment réfléchir la levée de l’état d’urgence

Cela a déjà été expliqué. Nous déclarons l’état d’urgence quand une région est au stade 4. Si la région redescend à un stade équivalent à 3, on peut en principe lever l’état d’urgence.

Cependant, l’un des sujets de débats concerne les assouplissements après la levée de l’état d’urgence. Il s’agit d’assouplir les mesures par étapes, et de continuer les mesures nécessaires jusqu’à ce que le niveau infectieux retombe au stade 2 ou plus bas.

Cette façon de penser faisait partie de la stratégie de base, et nous l’avions écrit précédemment. Aussi, cette information est disponible dans deux endroits. Je pense que tout le monde se souvient que nous avions assoupli les mesures progressivement au printemps 2020. Il est évident que si nous relevons toutes les mesures en une seule fois, le virus recommencera à se propager.

Donc, nous allons surveiller la situation infectieuse et assouplir une après l’autre chaque mesure.

Lorsque nous arriverons au stade 3, il ne sera pas question d’annuler toutes les mesures. Les experts nous demandent de continuer les mesures jusqu’à ce que l’on redescende au stade 2.

Autres stratégies de base

Il y a déjà des mesures proactives et intensives de tests de dépistage dans les établissements médicaux et les institutions pour personnes âgées, etc.

Des mesures sont aussi inscrites dans les stratégies de base pour gérer la discrimination et le préjudice.

Événements et utilisation d’établissements pendant la déclaration de l’état d’urgence

(Principes de base)

Pour les régions dans lesquelles il faut appliquer une déclaration de l’état d’urgence, il est nécessaire de systématiser les mesures effectives pour les situations à fort risque de contamination.

Il s’agit de deviser des mesures autour de la prise de repas et de boissons. Cependant, les mesures ne sont pas seulement à propos des repas et de la boisson. Pour augmenter l’efficacité des mesures, nous allons aussi limiter les flux de personnes qui sortent manger et boire.

Pour beaucoup d’entreprises, cela va poser des problèmes, mais nous devons saisir l’occasion d’enrayer la progression du virus.

Établissements faisant l’objet de restrictions d’ouverture
Type d'établissementCe dont il s'agitMesures pour cette déclaration de l'état d'urgence
Établissements de restauration et de boissonRestaurants, y compris les izakayas, etc., cafés, salons de thé, etc. (sauf service de livraison à domicile ou de vente à emporter.)Demande de réduction des horaires pour une fermeture à 20:00. Demande de limiter la vente d'alcool entre 11:00 et 19:00
Établissements de divertissement, etc. Bars, Karaoke box, etc. Établissements qui ont une licence pour vendre de la nourriture et des boissons selon la loi sur l'hygiène alimentaire

Les livraisons et la vente à emporter sont naturellement exclus, mais pour tous les établissements qui ont une licence d’exploitation pour vendre de la nourriture et de l’alcool selon la loi sur l’hygiène alimentaire reçoivent une demande de fermer à 20:00 et de ne servir de l’alcool qu’entre 11:00 et 19:00.

Événements

Il est demandé aux organisateurs de limiter les événements à un maximum de 5000 participants, et de ne pas remplir la salle à plus de la moitié de sa capacité. En outre, comme je l’ai déjà mentionné, ils font également l’objet de demande de ne pas continuer après 20:00.

Je donnerai des détails ultérieurement. Cependant, il peut être difficile de fermer à 20:00 dans le cas des concerts et pièces de théâtre pour différents types d’événements. Il y a aussi les billets qui ont déjà été achetés.

Pour les billets déjà vendus, nous ne demandons pas d’annuler les représentations. En revanche, pour les nouvelles ventes, nous demandons de se plier aux demandes d’un maximum de 5000 participants, et de ne pas remplir la salle à plus de la moitié de sa capacité. Pour ce qui dépasse ces normes, il faut annuler ces places. Nous souhaitons éviter la confusion sur le terrain.

Par ailleurs, j’ai parlé tout à l’heure des abstentions de sortie non essentielle et non urgente. On peut aller travailler. Il faut vérifier à chaque fois si la sortie est nécessaire ou urgente.

En fait, les troupes d’artistes ou théâtrales font des performances régionales. Des artistes font aussi des tournées en province. Je souhaite qu’ils réfléchissent aussi à ce point. S’ils y vont pour le travail, c’est un travail comme un autre, et naturellement, ils ne peuvent pas l’éviter. Toutefois, il faut savoir que les gouvernements de province vont aussi prendre des mesures en concertation avec nous. Il est donc important de prendre des décisions après avoir vérifié ce genre de mesures.

Je pense que l’heure limite de 20:00 est assez difficile à respecter, mais il faut faire de son possible. Je vous remercie de comprendre et de suivre ces consignes.

Note pendant les questions de la presse : Les cinémas et salles de spectacle sont aussi appelés à fonctionner à moitié de leur capacité, même si ce n’est pas une demande.

Institutions qui n’entrent pas dans les mesures de déclaration de l’état d’urgence

Ensuite, il y a des établissements et institutions qui ne rentrent pas dans l’ordonnance 11 de l’article 45 de la loi sur les mesures spéciales.

Il y a d’autres institutions définies dans cet article 45 de la loi sur les mesures spéciales. Ce sont les établissements de divertissement, théâtres, les sites à visiter, les cinémas ou lieux de représentation, les salles de réunions ou de réception, les salles d’exhibition, les magasins qui présentent des stands de vente de produits (de plus de 1000 mètres carrés, sauf ceux sans personnel), les hôtels et ryokans (les salons de réception), les salles de sport (y compris les bowlings, pachinkos ou similaire), ou les parcs d’attraction, et les musées, les librairies, les autres entreprises de service.

Ceux-ci sont aussi appelés à fermer avant 20:00, et s’arrêter de servir de l’alcool à 19:00. Il ne s’agit pas d’une demande appuyée sur la loi. Bien entendu, il y a des endroits qui ne servent pas d’alcool, comme les bibliothèques. Certaines préfectures ont fermé les bibliothèques et musées.

Je souhaite les appeler à suivre ces consignes, et naturellement à limiter les entrées à 50%, et au maximum à 5000 personnes. Bien entendu, les tailles varient.

Dans tous les cas, ces événements et institutions bénéficient de 4 jours pour se préparer depuis l’annonce du 7 janvier. Ils sont donc appelés commencer le 11 janvier à suivre ces consignes.

Ce qui a été discuté à la Diète

Ensuite, je dois parler de plus points qui ont été discutés à la Diète aujourd’hui.

Une question qui m’a été posée concernait l’efficacité de faire descendre les horaires d’ouverture à 20:00. Est-ce efficace ?

Comme je viens de l’expliquer, nous allons soutenir les fermetures à 20:00 par des primes de coopération. Ce ne sont pas les seules mesures. Nous faisons une très forte demande de passer au télétravail. Il s’agit de faire baisser le flux de la population. En plus de cela, nous venons de voir qu’il y a un appel pour que les événements et institutions réduisent leurs horaires également. Pour les événements, c’est une demande de les tenir à moins de 5000 personnes et remplir le site de moins de 50%.

En faisant cela, on limitera le flux des gens, et limitera le risque de propagation. Donc, la limitation à 20:00 n’est pas la seule mesure.

Flux de personnes et nouveaux cas

Cependant, si par exemple, on regarde les courbes de flux de personnes à Osaka l’an dernier, on peut voir comment une fermeture à 20:00 a fait baisser le nombre de cas.

IMG - Évolution des cas et flux de personnes à Osaka
Évolution des cas et flux de personnes à Osaka

Lors de la déclaration de l’état d’urgence (courbe bleue), le nombre de personnes qui sont sorties est tombé brutalement. Elle est passée de 60 000 à 10 000 personnes très rapidement. En réponse, le nombre de personnes infectées est descendu de 59 personnes à 3 (courbe rouge).

Pendant l’été, la baisse n’a pas été aussi forte. Elle est quand même passée de 50 000 à 20 000 personnes. En l’espace de deux semaines, le nombre de cas est alors tombé de 225 à 132 personnes. Ensuite, pendant l’hiver, la limite est passée à 21:00 ce qui est un peu plus léger. Cependant, le nombre de cas est quand même tombé de 383 à 233 personnes par jour. En faisant baisser le flux d’environ 10 000 personnes, le nombre de cas est tombé.

Si on demande une coopération à 20:00, le flux de personnes va baisser considérablement. Bien entendu, le télétravail a aussi un effet positif, et on peut s’attendre à un effet équivalent.

IMG - Évolution des cas et flux de personnes dans la préfecture de Aichi
Évolution des cas et flux de personnes dans la préfecture de Aichi

Nous obtenons le même résultat dans la préfecture de Aichi. Si on parle par niveau, il s’agit d’un passage de 10 personnes à 0. En été, en l’espace de 2 semaines, la préfecture est passée de 149 cas à 43. Cet hiver, après une diminution, la courbe est remontée, et il est difficile de s’y référer.

Toutefois, on peut bien voir l’effet de restrictions à 20:00.

Pour Tokyo, les mesures de l’an dernier à 20:00 et le télétravail ont permis de faire tomber le nombre de cas de 198 à 15. Pendant quelque temps, j’avais parlé de 200 personnes à environ 20. J’avais dit que cela faisait environ 1/10ème. La moitié en deux semaines, et ensuite, on a pu passer à un 1/10ème.

IMG - Tokyo evolution des nouveaux cas et flux de personnes
Tokyo évolution des nouveaux cas et flux de personnes

Pendant l’été, en fait, la limite était à 22:00. Cela avait fait un peu baisser la courbe. Cependant, cet hiver, les flux de personnes n’ont pas baissé en novembre et décembre. Ils se sont un peu calmé pendant le Nouvel An.

Pourquoi un mois

Il faut néanmoins se souvenir que les données que nous voyons aujourd’hui correspondent à l’état infectieux d’il y a 2 semaines. Donc, nous voyons Noël, autour du 24, 25 et 26 décembre. À l’époque, il y avait beaucoup d’activité, et on en voit les résultats maintenant, 2 semaines plus tard.

Si nous prenons des mesures pour les prochaines 2 semaines, nous en verrons les résultats dans 2 semaines. Il faut donc prendre 2 semaines de mesures, et 2 semaines pour voir les effets, ce qui correspond à 4 semaines. Il faut donc 1 mois. C’est ce que nous appellerions une session de mesures.

Il m’est arrivé de dire 3 semaines. L’idée était de prendre des mesures pendant 2 semaines puis de voir les résultats. Cependant, nous avons cette fois la déclaration et les expériences du printemps 2020. Sur consultation des experts, nous avons décidé de prendre des mesures strictes pendant 2 semaines, et de prendre 2 semaines pour en observer les effets.

Pendant les 2 semaines d’observation, nous continuerons l’observation de la situation. Nous ne nous arrêterons pas après deux semaines. Pour le moment, nous allons continuer pendant un mois les mesures, et cela va poser des problèmes à tous. Cependant, si nous le faisons bien, nous arriverons surement à revenir à un état similaire à l’an dernier au printemps et en été.

Le Dr. Omi a dit la même chose pendant la conférence de presse de tout à l’heure. C’est difficile, mais si l’État, les provinces et la population travaillent ensemble dans ce sens, nous y arriverons. C’est pourquoi nous vous demandons avec insistance de coopérer.

La simulation du Pr. Nishiura

Cette courbe a aussi été discutée à la Diète. Il s’agit d’une courbe produite par le Pr. Nishiura (Kyoto University).

IMG - Pourquoi il faut diminuer les contacts de 80%
Pourquoi il faut diminuer les contacts de 80%

Cette courbe est calculée à partir des nombres de reproductions effectives. La question est de savoir comment il faut limiter les contacts en présentiel.

Au point ①, nous regardons les données d’il y a environ 1 semaine. On regarde de ce point comment les choses vont évoluer. Si on a une diminution de 80% des contacts en présentiels, la courbe des cas va ressembler à la courbe rouge. Si on les diminue de 70%, cela prend plus de temps (courbe bleue).

Ensuite, si on se positionnait dans une situation similaire à ce qui s’est passé au printemps 2020, une diminution des contacts en présentiels de 40% continuerait à faire monter le nombre de cas. Toutefois, parce que la courbe monte, il y a l’effet des informations qui joue, et la diminution du nombre de contacts passe à 60%. On arrive ainsi au point ②. Ensuite, avec l’effet de la déclaration de l’état d’urgence, on arrive à une diminution de 80% à partir du point ③. Dans ce cas, en l’espace de 1 mois, on devrait pouvoir passer sous la barre des 300 cas par jour.

Ce sont les simulations que nous avons obtenues.

Aujourd’hui, les chiffres de Tokyo sont particulièrement importants. La moyenne hebdomadaire jusqu’hier tournait autour de 1800 cas environ.

Je me répète, mais nous voyons maintenant les effets des 24, 25 et 26 décembre autour de Noël. Il s’agit d’une période très active autour de repas. On en voit les résultats 2 semaines plus tard.

Objectifs pour une baisse de la courbe

Ces chiffres sont élevés, mais si on regarde ceux de la semaine d’avant, il y en avait 1200. Si en l’espace d’un mois on pouvait faire tomber de 50% ce chiffre, on devrait pouvoir faire redescendre le nombre de cas à 500.

Je l’avais expliqué aujourd’hui pendant les questions et réponses de la Diète. Il y a plusieurs indicateurs pour passer du stade 4 à 3.

Je dois le répéter. On ne peut pas les appliquer de manière automatique. On ne peut pas fonctionner par un « ok »/ »pas ok ». Cependant, parmi les indicateurs, il y a celui qui donne le nombre hebdomadaire de personnes infectées par 100 000 personnes.

Un bon objectif est de voir si on arrive à descendre jusque-là ou pas.

Je me répète. Ce sont les mesures où l’État, les gouvernements locaux et la population travaillent ensemble qui permettront de réaliser ces objectifs chiffrés. C’est également ce que le Dr. Omi nous a dit. Je vous remercie de nous comprendre sur ce point.

On me demande si on peut le faire en un mois. On me demande si on peut le faire seulement en touchant aux repas et à la boisson. Les opinions peuvent varier, mais comme je viens de le montrer, il s’agit d’un problème autour des repas et de la boisson.

Il s’agit de limiter les flux de personnes. Nous souhaitons demander votre coopération pour le télétravail, les événements, l’abstention des sorties. Ce sont ces mesures qui nous permettront d’avoir des résultats équivalents à l’an dernier. Nous avons appris de cette expérience.

Le taux de port du masque est bien naturellement beaucoup plus élevé. Nous avons mis en place de nombreuses mesures. Nous vous appelons à comprendre cela et faire ce qu’il faut pour que nous arrivions à redescendre au moins au stade 3.

À propos des indices économiques et du nombre de cas

Le graphe suivant montre le montant de la consommation individuelle par semaine.

Comme j’en parle depuis pas un certain temps, la consommation était très importante en janvier 2020 en raison de l’augmentation de la TVA. Ensuite, la consommation avait repris à un niveau élevé en janvier et février. Malheureusement, après la déclaration de l’état d’urgence en avril et mai, elle était largement tombée. En temps normal, la consommation autour de la Golden Week est très importante (ligne grise qui présente les montants sur les trois années précédentes). La ligne montre combien ce niveau de consommation avait baissé.

De la même manière, nous avons pu constater en août, alors que le virus se propageait à nouveau, une baisse de la consommation. Les gens se retenaient de consommer pendant les vacances du Obon. L’économie reprenait difficilement, mais parce que les gens consommaient moins, le virus s’est moins propagé et la courbe est retombée.

IMG - consommation individuelle par semaine
2020-01-07- consommation individuelle par semaine

En septembre, l’économie a repris, et on peut voir l’effet positif de Go To Travel. Il s’agit d’une période où le virus ne s’est pas beaucoup propagé. Cependant, quand il a commencé à faire froid à Hokkaido fin octobre, le virus a commencé à se propager. Pourtant, la consommation restait dans la moyenne basse des trois années précédentes. À la fin de l’année, la consommation a de nouveau augmenté.

Naturellement, les années précédentes, la consommation est particulièrement élevée en cette saison. Les chiffres de cette année sont plus faibles, mais si on ne contient pas la consommation et les comportements de consommation, on ne peut pas contenir le virus. C’est le revers de la médaille.

Nous regardons les données jusqu’au 30 décembre. Aussi, comme je le disais tout à l’heure. Depuis Noël, l’économie était particulièrement active. C’est une bonne chose du point de vue économique, mais du point de vue du contrôle des infections, nos appels concernant les célébrations de fin d’année, les restaurants servant de l’alcool, les restrictions d’horaires, n’ont pas induit une baisse du flux de personnes. On peut le voir dans les données détaillées.

Si on ne contient pas cela maintenant, le système médical va vraiment avoir du mal à fonctionner. Je vous remercie de bien comprendre cela.

Les autres indicateurs

Pour les questions sur les autres indicateurs, notamment pour les stades 3 et 4, nous regardons le tout de manière globale.

Maintenant, nous sommes au stade 4 pour les préfectures concernées sont celles de Tokyo. Tous les indicateurs y sont au stade 4. C’est une opinion que l’on se fait de manière globale, mais les chiffres le montrent aussi.

Osaka a un taux de positivité de 8,2%, qui est en dessous de 10%. Cependant, on voit qu’il y a 26,4 cas pour 100 000 personnes. Aujourd’hui on m’a annoncé un grand nombre de cas.

Le taux de reproductions effectives est extrapollé. En fait, ce nombre montre combien de personnes une personne a infecté d’autres personnes à un moment donné. On ne sait pas aujourd’hui à combien il est. Il faut voir les données dans 2 semaines pour le nombre d’aujourd’hui. Le calcul est donc fait à partir des données d’il y a 2 semaines. Donc, nous ne savons pas quel est le nombre de reproductions effectives pour aujourd’hui.

Donc, le chiffre que nous avons aujourd’hui est calculé en regardant la différence entre le nombre de cas de cette semaine et de la semaine dernière. À Osaka, il est de 1,24.

En fait, le comité consultatif du ministère de la Santé disait que ce nombre était de 1,1 il y a deux semaines. Cependant, selon la personne qui faisait ces calculs, la méthode était légèrement différente et les résultats différents.

Ensuite, le nombre varie beaucoup en fonction du nombre de cas annoncés chaque jour. Il faut donc être prudent. En d’autres termes, quand ce nombre est faible tout le temps, et il apparait un cluster, il se met à monter d’un coup. Ce chiffre peut bouger beaucoup trop entre les jours.

Le taux de reproductions effectives

Donc, aujourd’hui, on m’a posé des questions sur le nombre de reproductions effectives. En fait, le comité des experts n’en tient pas compte parmi les indicateurs pour prendre des décisions. Néanmoins, nous l’utilisons pour une évaluation approximative de l’évolution entre cette semaine et la semaine dernière. Il s’agit de chiffres d’il y a deux semaines, mais ce chiffre est vérifié dans le conseil consultatif. Cela donne une idée de combien de personnes sont en moyenne infectées par d’autres patients positifs.

En tout cas, pour les préfectures au stade équivalent à 4, tous les indicateurs ne sont pas nécessairement à 4. Par exemple, pou la préfecture de Saitama, il y a des tensions concernant les hospitalisations, mais le taux de positivité est de 8,5. Il n’est pas au stade 4. Pourtant, quand on considère qu’il s’agit de région du Grand Tokyo, il faut s’en inquiéter. Pour cette préfecture en particulier, il faut se soucier de la pression sur le système de soins médicaux.

C’est pour cela que nous devons déclarer l’état d’urgence pour cette préfecture. Je vous remercie de le comprendre.

Un oubli concernant les événements

Comme je l’ai dit tout à l’heure, nous demandons de réduire l’utilisation des sites à 50% de la capacité et à 5000 participants maximum. Ensuite, bien que cela ne soit pas requis légalement, nous appelons à finir à 20:00.

Comme je le disais, il faut penser aux concerts, et autres événements. Pour ce qui est des billets et réservations, le secrétariat du ministère l’expliquera.

Parallèlement, je dois le répéter, nous demandons à tous de s’abstenir de faire la tournée des gens pour les salutations de début d’année. Nous demandons aussi de s’abstenir de célébrer le début d’année et fêtes d’échanges de vœux, ainsi que tout ce qui y ressemble.

Pour les célébrations de la majorité, nous appelons à les faire en ligne ou les reporter. En particulier c’est une occasion pour les jeunes personnes d’aller boire et manger après. Donc, nous les invitons à les reporter ou le faire en ligne.

Le maire de Shinjuku m’a contacté pour savoir quoi faire, et je lui ai demandé de tenir ces événements en ligne ou de les reporter. Le maire a accepté cette demande. Je pense que le maire fera de lui-même une annonce, sinon, on peut les contacter. Dans tous les cas, il s’agit de limiter les flux de personnes.

Pour tout ce qui est des célébrations avec repas et des boissons, nous appelons à les reporter ou les faire en ligne.

Personnellement, j’aimerais y aller, et les gouverneurs locaux aussi, mais nous devons faire cet appel.

Examens d’entrée en université, etc.

À la Diète, on m’a posé d’autres questions auxquelles je n’ai pas pu répondre en détail.

Les examens d’entrée à l’université jouent un rôle prédéterminant dans la vie. Il s’agit d’un événement important. Je souhaite que nous mettions en place ce qui permettra de protéger ces étudiants. Le ministre de l’Éducation s’est déjà organisé dans ce sens.

D’abord, en ce qui concerne les examens communs à toutes les universités, pendant le comité des experts du 15 octobre de l’an dernier nous avions présenté un projet qui a été examiné et approuvé.

Nous avions décidé que chaque université procéderait aux sélections des étudiants et feraient des examens en prenant toutes les mesures nécessaires de protection contre le virus.

Pour ce qui est du format des examens, si des étudiants ne peuvent pas passer l’examen commun pour en raison de maladie, etc., il y aura plusieurs dates d’examens pour les remplacer. Nous avons aussi fait en sorte que le nombre d’endroits et le nombre de lieux d’examens soient largement plus importants.

Je m’étais peut-être trompé dans ma façon de le présenter à la Diète. Nous avons défini des dates des examens de remplacement. Le nombre d’endroits où ces examens auront lieu augmentera aussi.

Le ministère de l’Éducation a aussi donné des directives pour les examens individuels. De la même manière, il a expliqué comment les examens doivent se dérouler et comment fixer des dates de remplacement pour les examens à rattraper. Le ministère a formulé cette forte demande et plus de 90% des universités ont répondu positivement.

Nous souhaitons ainsi que les étudiants soient rassurés et se préparent pour leurs examens.

Source : Conférence écoutée en direct. On peut la réécouter en japonais ici.

Précédent 2021-1-7 – Déclaration de l’état d’urgence et questions de la presse
Suivant À propos des rumeurs, et des clusters…
Cet article a-t-il répondu à votre question?
Que pouvons-nous faire pour améliorer cet article?
Table des matières