Chercher dans la liste complète des articles

Les documents sont répartis entre 3 catégories, un calendrier et un blog d'actualités. Les principales informations se trouvent dans le "Coin COVID", le "Coin quotidien" et le "Coin intempéries".
Infos Locales au Japon recommande de commencer par chercher ici.

Si vous ne trouvez pas de réponse, cliquez sur l’icône en bas à droite de cet écran. Il n'est pas nécessaire d'avoir un compte Facebook si vous ne le souhaitez pas (ne pas changer de page dans ce cas).

Articles récents

Pour tous ceux qui nous lisent

Comme toujours, Infos Locales au Japon et Infos Kyushu mettent ces documents à titre d’information. Nous pouvons avoir mal compris ou traduit l’information, ou celle-ci peut avoir évolué depuis l’écriture de cet article. Nous mettons également à jour nos articles si la situation le demande, mais cela peut parfois prendre du temps. Nous encourageons donc chacun à vérifier les informations à la source, et de se tenir régulièrement informés par NHK Japon ou NHK World.

En cas d’urgence COVID

En cas d’urgence non-COVID

IMG - Numéros de téléphone en cas d'urgence
Numéros de téléphone en cas d’urgence (non COVID). Ce document contient aussi les informations pour contacter une ambassade etc. en urgence.

Pourquoi s’inscrire au Consulat ?

IMG - Ambassade & consulats

…lorsqu’on vit ou voyage à l’étranger, c’est important parce que… (lire la suite)

 

2021-06-09 Conseil consultatif sur l’immunité collective

Vous êtes ici :
< Retour

Le 9 juin 2021, le Conseil consultatif des experts du ministère japonais de la Santé, du Travail et des Affaires sociales se réunissait à la demande du ministère. La conférence de presse qui a suivi présente les prévisions des experts concernant l’évolution infectieuse, les risques pendant la tenue des J.O., et aborde le concept d’immunité collective.

Dr. Wakita

Aujourd’hui, nous avons tenu la 38ᵉ réunion de notre Conseil Consultatif. Je souhaite en présenter les conclusions.

Je commence avec la situation infectieuse dans tout le pays. Comme vous le savez déjà, le nombre de nouveaux cas reportés continue à baisser dans tout le pays.

Situation infectieuse

Je passe à la situation dans chaque région.

Okinawa

Okinawa a actuellement le plus grand nombre de cas. Cela fait maintenant 2 semaines que les mesures d’état d’urgence sont en place. Dans les régions de Naha, du Sud, du Centre, de Miyako et de Yaeyama, on continuait à observer une croissance abrupte du nombre d’infections des personnes dans la 20-30aine, c’est-à-dire de la génération active. Cependant, depuis le début du mois de juin, cette progression semble s’orienter vers une baisse.

Toutefois, même maintenant, il faut compter environ 103 cas par 100 000 habitants. Un nombre au-dessus de 100 nouveaux cas indique un niveau infectieux particulièrement élevé.

Le taux d’occupation des lits reste aussi à un niveau très élevé, mais le taux d’hospitalisations a diminué. Le nombre de personnes en observation à domicile est en train d’augmenter.

Il faut se préoccuper d’une augmentation future du nombre de cas graves, ce qui pourrait faire augmenter la charge de travail du système médical.

Parce que les flux nocturnes et diurnes de population diminuent, nous pouvons nous attendre à ce que la baisse du nombre de cas continue.

Hokkaido

Dans le cas d’Hokkaido, la baisse du nombre de nouveaux cas continue. Le niveau reste néanmoins à 25 /100 000 habitants. À Sapporo, le niveau infectieux est particulièrement élevé, mais on y observe aussi une diminution du nombre de nouveaux cas. Cependant, le niveau reste élevé.

On continue d’enregistrer un nombre important de clusters dans les installations de service social, etc.

Les flux nocturnes de populations continuent à baisser, ce qui laisse penser que l’on observera une diminution du nombre de cas dans le futur.

Kansai

Dans le Kansai, c’est-à-dire les préfectures d’Osaka, Hyogo et Kyoto, la baisse du nombre de nouveaux cas continue. En revanche, les flux de population à Osaka commencent à remonter, même si le niveau reste encore relativement faible. Aussi, nous pensons que la tendance à la diminution du nombre de cas pourrait continuer.

Région de la capitale

Je passe à la région de la capitale. Sur ce point, il s’agit des préfectures de Tokyo, Saitama, Kanagawa et Chiba. Si on se base sur le nombre de nouveaux cas par date de déclaration, la baisse continue. Cependant, à Tokyo, les flux nocturnes et diurnes augmentent continuellement depuis quatre semaines. Il n’y a aucun doute que cela augmente, ce qui signifie qu’à l’avenir, il va y avoir un rebond. En fait, il y a une forte probabilité que la progression commence par stagner, puis rebondir.

Région du Chukyô

Dans la région du Chukyô, c’est-à-dire dans la préfecture d’Aichi, le nombre de nouveaux cas continue à diminuer. En revanche, il y a une légère augmentation des flux de population. Par conséquent, nous ne savons pas exactement si on pourra maintenir une baisse du nombre de cas.

Kyushu

Pour le Kyushu, il s’agit de Fukuoka. À Fukuoka, le nombre de nouveaux cas continue à diminuer. Les flux nocturnes de population sont maintenus à un niveau bas, ce qui nous laisse penser que la baisse pourrait continuer.

La baisse du nombre de nouveaux cas dans la préfecture de Kumamoto continue aussi. En général, le nombre de cas continue à baisser dans le Kyushu.

Okayama et Hiroshima

Le nombre de cas continue aussi à baisser dans les préfectures d’Okayama et de Hiroshima. Les deux préfectures maintiennent aussi le flux de population à un niveau bas. Il faut donc s’attendre à ce que la diminution continue.

Gunma et Ishikawa

Ensuite, pour les préfectures de Gunma et Ishikawa, là aussi, le nombre de cas continue à diminuer.

Yamanashi et Kôchi

Concernant les préfectures de Yamanashi et Kôchi, on y observait une tendance à l’augmentation du nombre de cas. Kôchi a renversé la courbe. En revanche, dans ces deux préfectures, le nombre de nouveaux clusters augmente. Il va donc falloir surveiller la tendance future.

Prévisions et mesures

Je passe aux prévisions et mesures. Dans les régions qui appliquent des mesures d’état d’urgence ou des mesures prioritaires, on peut constater qu’il y a généralement une diminution du nombre de nouveaux cas. Toutefois, parmi elles, Hokkaido et Okinawa…

Okinawa est toujours à un niveau infectieux élevé, et il s’agit d’un niveau équivalent à un stade 4, du point de vue du nombre de nouveaux cas. Le nombre de nouveaux cas baissant, la charge de travail du système médical s’améliore, mais reste toujours difficile à gérer.

Le point suivant a fait l’objet de discussions plus longues. À Tokyo, les flux de population continuent à augmenter. Si cette tendance continue, comme je viens de le dire, il faut s’attendre à un arrêt de la baisse du nombre de cas, puis à un rebond.

Les vaccinations ont progressé. Pour le moment, ce sont principalement les personnes âgées qui en bénéficient. Cependant, une fois que ces vaccinations auront progressé, nous devrions pouvoir contrôler le nombre d’aggravations des cas.

En revanche, avec un rebond, le nombre de nouveaux cas pourrait augmenter brusquement, ce qui amènerait une augmentation du nombre de cas graves, et de nouvelles tensions dans le système médical.

Cette fois, pendant nos discussions, nous avons essayé de prévoir plusieurs aspects et ces prévisions en font partie.

Les professionnels de la santé ont actuellement besoin de gérer les cas de COVID, les vaccinations. Dès que nous entrerons dans l’été, il faudra aussi gérer les maux liés à l’été, tels que les insolations. Le système de soins médicaux aura donc à faire face à de nombreux types de charge de travail. Dans ce contexte, il faut continuer à mettre en place des solutions qui font baisser le niveau infectieux.

Réflexions sur cette quatrième vague d’infection

Je passe aux réflexions concernant la vague actuelle, que nous appelons maintenant 4ᵉ vague d’épidémie.

Elle se caractérise par son niveau de propagation, le fait que la propagation diffère d’une région à l’autre et la façon de diminuer. Il n’y a aucun doute qu’il y a des différences. De plus, il y a bien entendu l’effet des souches mutantes. Les mesures ont changé de contenu selon les régions, en fonction du moment de l’implémentation, etc.

La propagation a surtout lieu au moment du changement d’année, pendant la Golden Week, avec les déplacements, et lors de rencontres entre des gens qui ne sont pas en contact habituellement. Nous pensons que c’est ce qui influence la progression.

De même, la vitesse de propagation dépend de la tranche d’âge infectée. Cela influence aussi la vitesse de réduction du nombre de cas.

Il y avait donc des facteurs variés, et nous pensons qu’il faut étudier cela un peu plus.

Questions de la presse

Q : La déclaration de l’état d’urgence est prévue pour le 20 juin 2021. La levée est-elle envisageable quand on se base sur la situation infectieuse ? Ensuite, il faut probablement s’inquiéter des souches mutantes. Pensez-vous qu’il faudra continuer à appliquer des mesures prioritaires après la levée de l’état d’urgence ?

Entre les experts, il y a des débats concernant les mesures pour la tenue de Jeux Olympiques et Paralympiques. Pouvez-vous nous dire où vous en êtes en ce moment ? Ensuite, le gouverneur de Saitama a annoncé renoncer à la projection pour le visionnement public des Jeux dans la préfecture. Le Dr. Omi a également recommandé de suspendre les visionnements publics. Pouvez-vous nous donner votre opinion du point de vue de la prévention du virus ?

Le troisième groupe concerne les vaccinations. Les inoculations progressent, mais le Dr. Omi a déjà annoncé qu’il serait impossible d’arriver à une immunité collective en août. Avec la vitesse de vaccination, dans combien de temps évaluez-vous que nous arriverons à une immunité collective ou à un niveau infectieux contrôlé par les vaccins ?

La levée des mesures d’état d’urgence et des mesures prioritaires est-elle envisageable ?

Je réponds d’abord sur la levée des mesures. Les mesures prioritaires dans les préfectures de Gunma, Ishikawa et Kumamoto doivent prendre fin le 13 juin 2021. Pour les autres régions, ces mesures devraient prendre fin le 20 juin 2021. Il s’agit de la date prévue pour mettre fin aux mesures.

Quand on regarde la situation dans les préfectures de Gunma, Ishikawa et Kumamoto, on peut constater que la situation infectieuse s’améliore considérablement. Pour une partie de ces régions, le niveau de stress sur le système médical, l’occupation des lits d’hôpitaux, etc. équivaut à un stade 3. Il y a une amélioration importante.

Pour les autres régions également, nous pensons qu’il y a une amélioration. Par contre, Hokkaido et Okinawa restent à un stade 4, aussi bien du point de vue du nombre de nouveaux cas que de l’occupation des lits d’hôpitaux. La charge de travail est donc lourde. Ce n’est pas le rôle du Conseil consultatif de décider de la lever. Simplement, sur la base de la situation actuelle, c’est ce qui se passe.

Dans les régions de déclaration de l’état d’urgence aussi, il y a des disparités concernant le niveau infectieux et la charge sur le système médical. Je suppose que la décision sera prise en tenant compte de ces informations.

De plus, comme vous le pointez, après la levée, il faudra considérer des mesures, qu’elles soient prioritaires ou pas. Il sera nécessaire de décider ce dont on a besoin. Comme je l’ai dit tout à l’heure, s’il y a un rebond dans le futur, cela a un impact sur le charge du système médical. Même si les inoculations du vaccin augmentent, même en contrôlant le nombre d’aggravations de cas parmi les personnes âgées, un rebond pourrait se traduire par de nouvelles tensions sur le système de soins médicaux.

Il est donc nécessaire de continuer à mettre en place des mesures pour empêcher une reprise des infections. C’est ce dont nous avons discuté.

En prévision de la tenue des Jeux Olympiques

Je passe à la question sur les mesures pendant la tenue des Jeux Olympiques et Paralympiques. Pendant notre session du Conseil consultatif de ce jour, nous n’avons pas pris beaucoup de temps pour discuter la tenue des Jeux, mais nous n’avons pas non plus ignoré ou laissé de côté les points importants. Au contraire, comme vous l’avez dit tout à l’heure, la question était d’évaluer les prévisions infectieuses de l’après le 20 juin.

Que ce soient selon les simulations des Pr. Nishiura ou du Pr. Suzuki, même si les vaccinations avancent suffisamment, une progression du nombre de cas entraînerait des tensions sur le système médical. En conséquence, il faudra continuer à appliquer des mesures même après la levée des mesures d’état d’urgence et les mesures prioritaires.

Par exemple, pendant les vacances de l’Obon ou pendant les vacances d’été, il y a suffisamment de facteurs pour que le niveau infectieux s’oriente vers une augmentation des cas. Si en plus, on doit tenir les Jeux Olympiques et Paralympiques, il sera difficile d’empêcher une augmentation des cas.

Quand arrivera-t-on à une immunité collective ?

Ensuite, la vaccination progresse. Vous parliez d’immunité collective avec les vaccinations de masse en juillet. En fait, la définition du terme “immunité collective” n’est pas simple.

En fait, avec la progression des vaccinations, une grande partie de la population commencerait à résister au virus, et cela pourrait protéger les personnes qui ne sont pas vaccinées, tout en menant au contrôle (du virus). C’est ce que l’on envisagerait.

Je prends l’exemple de ce qui se passe à l’étranger. Environ 70% des personnes âgées ont été vaccinées. En revanche, pour les tranches plus jeunes, on arrive tant bien que mal à 50% de vaccinations. On nous a expliqué que pour avoir un taux de vaccination plus important, il faudra faire des efforts à partir de ce niveau.

Par conséquent, le gouvernement japonais fait des efforts pour terminer les vaccinations des personnes âgées d’ici fin juillet. L’État fait tout ce qu’il peut pour atteindre cet objectif.

Donc, de ce point de vue, en contrôlant les infections des personnes âgées, on pense pouvoir limiter le nombre d’aggravations des cas. Ces efforts avancent dans ce sens, mais si vous nous demandez quand on atteindra une immunité collective, la situation actuelle ne permet pas de le dire facilement.

La question est d’ailleurs de savoir si nous pourrions vraiment arriver à une immunité collective contre le nouveau coronavirus. Il n’y a rien qui puisse le prouver. Actuellement, les vaccinations ont considérablement progressé en Israël et en Grande-Bretagne, ce qui a entraîné une amélioration certaine du niveau infectieux.

Pourtant, ces derniers temps, le nombre de nouveaux cas recommence à augmenter.

Par conséquent, nous pensons qu’il est essentiel de faire avancer les vaccinations parce que cela empêche une augmentation du nombre de cas grave. En revanche, si on nous demande si on peut arrêter les épidémies de cette manière, nous ne sommes pas dans cette situation pour le moment. Selon nous, il sera nécessaire de continuer à mettre en place des mesures.

Autres articles

Partager cet article :
Cet article a-t-il répondu à votre question?
Que pouvons-nous faire pour améliorer cet article?
Suivant 2021-04-14 Experts du Conseil Consultatif du MHLW
Table des matières
error: