Chercher dans la liste complète des articles

Les documents sont répartis entre 3 catégories, un calendrier et un blog d'actualités. Les principales informations se trouvent dans le "Coin COVID", le "Coin quotidien" et le "Coin intempéries".
Infos Locales au Japon recommande de commencer par chercher ici.

Si vous ne trouvez pas de réponse, cliquez sur l’icône en bas à droite de cet écran. Il n'est pas nécessaire d'avoir un compte Facebook si vous ne le souhaitez pas (ne pas changer de page dans ce cas).

Articles récents

Pour tous ceux qui nous lisent

Comme toujours, Infos Locales au Japon et Infos Kyushu mettent ces documents à titre d’information. Nous pouvons avoir mal compris ou traduit l’information, ou celle-ci peut avoir évolué depuis l’écriture de cet article. Nous mettons également à jour nos articles si la situation le demande, mais cela peut parfois prendre du temps. Nous encourageons donc chacun à vérifier les informations à la source, et de se tenir régulièrement informés par NHK Japon ou NHK World.

En cas d’urgence COVID

En cas d’urgence non-COVID

IMG - Numéros de téléphone en cas d'urgence
Numéros de téléphone en cas d’urgence (non COVID). Ce document contient aussi les informations pour contacter une ambassade etc. en urgence.

Pourquoi s’inscrire au Consulat ?

IMG - Ambassade & consulats

…lorsqu’on vit ou voyage à l’étranger, c’est important parce que… (lire la suite)

 

2021-05-28 – Premier Ministre Suga sur les J.O. et la vaccination

Vous êtes ici :
< Retour

Le 28 mai 2021, le Premier ministre Suga annonce le prolongement de l’état d’urgence et des mesures prioritaires pour plusieurs préfectures. Il annonce également des nouvelles aides, comment les athlètes et la presse seront contrôlés à leur arrivée au Japon, la position du Japon concernant le passeport vaccinal, les effets de la vaccination sur l’état d’urgence et le port du masque, les écoliers et la tenue des J.O., et encore beaucoup d’autres choses encore.

Discours du Premier ministre Suga

Nous venons de tenir une réunion des quartiers généraux des mesures contre le nouveau coronavirus, pendant laquelle j’ai décidé de prolonger jusqu’au 20 juin 2021 la déclaration de l’état d’urgence pour les préfectures d’Hokkaido, Tokyo, Aichi, Kyoto, Osaka, Hyōgo, Okayama, Hiroshima, et Fukuoka. Par ailleurs, j’ai également décidé de prolonger la durée des mesures pour la prévention des pandémies et autres mesures prioritaires jusqu’à la même date du 20 juin, pour les préfectures de Saitama, Chiba, Kanagawa, Gifu et Mie.

D’une part, le nombre de nouveaux patients infectés à l’échelle nationale commence à diminuer dans son ensemble, mais d’autre part, certaines régions continuent aussi à faire face à une tendance à la hausse. Il s’agit d’une situation très imprévisible. Dans le Kansai, le nombre de personnes infectées continue à diminuer. Cependant, dans les préfectures d’Osaka et de Hyōgo, principalement, il y a des tensions concernant les lits d’hôpitaux et la situation est particulièrement difficile.

Dans la capitale et sa région, nombre de personnes infectées est passé d’une stagnation à une tendance à la diminution. Cependant, Tokyo reste à un niveau de stade 4. Dans les autres régions gérées par la déclaration, le niveau infectieux reste élevé. De plus, nous continuons à faire face à un nombre constamment élevé de cas gravement malades, et de décès dans le pays. C’est dans ce contexte que j’ai décidé de prolonger les mesures jusqu’au 20 juin.

Ce qu’il faut surveiller, ce sont les conséquences des souches mutantes. Dans tout le pays, la proportion de cas liés à ce que l’on appelle la souche britannique dépasse 80% des cas. De plus, nous avons pu aussi confirmer des cas de souche indienne parmi les personnes qui n’ont pas d’historique de voyage à l’étranger. Dans un contexte où ces souches mutantes sont très contagieuses et remplacent celles qui existent déjà, les mesures que nous mettons en place ont besoin de plus de temps pour déboucher sur une diminution du nombre de personnes infectées.

La déclaration de l’état d’urgence devait prendre fin à la fin de ce mois (mai 2021), et nous avions pris des mesures en nous appuyant sur la coopération de tous. Cependant, même si nous constatons une baisse du nombre de nouveaux patients infectés, nous ne sommes pas revenus à un niveau qui permette de lever l’état d’urgence. Il est donc nécessaire, pour le moment, d’approfondir les mesures pour contenir ce virus en même temps que nous accélérons les vaccinations. Il m’est très douloureux d’avoir à répéter ces prolongations. Néanmoins, je pense que cette période de trois semaines est extrêmement importante pour obtenir des résultats probants de cette stratégie à deux fronts de vaccination et de prévention du virus. J’appelle du fond du cœur chacun de vous à comprendre cela et à coopérer.

Pour ce qui est des mesures spécifiques de prévention des épidémies, nous allons continuer à coopérer avec chaque préfecture, et je renouvelle ma forte demande de réduire les horaires d’ouverture des établissements de restauration et de boissons, et de suspendre le service d’alcool et de karaoké. Depuis maintenant un certain temps, les experts soulignent qu’un point clé des mesures consiste à faire baisser le risque infectieux en agissant sur les établissements de restauration et sur les réunions avec de l’alcool. Je tiens à exprimer ma sincère gratitude à tous ceux qui ont coopéré avec nous pendant tout ce temps, et nous apprécions sincèrement tous ces efforts continus.

Nous mettrons progressivement en œuvre des mesures de soutien jusqu’à ce que beaucoup de personnes se fassent vacciner, jusqu’à ce que le virus commence à perdre du terrain et jusqu’à ce que la restauration et l’hébergement puissent retrouver le niveau d’activité d’antan. De plus, nous continuerons à écouter les opinions et appels de chacun. Avec le prolongement de la déclaration en cours, nous maintiendrons également en juillet les mesures exceptionnelles concernant les subventions d’ajustement de l’emploi et nous protégerons l’emploi. Ensuite, les prêts pratiquement sans intérêts et non garantis de la Japan Finance Corporation seront prolongés jusqu’à la fin de l’année pour le moment et nous mettrons tout en œuvre pour soutenir la trésorerie des entreprises.

Nous renforcerons le suivi des souches mutantes. Les mesures aux frontières sont également plus strictes. Par exemple, les personnes qui arrivent d’Inde, du Pakistan et du Népal devaient jusqu’à présent passer 6 jours en quarantaine. À compter d’aujourd’hui, cette règle et renforcée et ils doivent rester dans les services de quarantaine pendant 10 jours.

Certaines régions contiennent le virus avec des mesures et des enquêtes/dépistages efficaces. La préfecture de Fukui a pu identifier les causes d’infection pour 98% des personnes qui testaient positif pour le virus en avril. Selon son analyse, les conversations sans masques en sont la cause dans 85% des cas. Sur cette base, elle contient le virus à un niveau très faible en faisant appliquer strictement le port du masque pendant les conversations dans les établissements de restauration, etc. Si on se réfère aux résultats obtenus dans de telles régions, les mesures de base qui consistent à porter un masque pendant les conversations sont efficaces, y compris lorsqu’on mange ou boit.

Je demande donc à tous, encore une fois, de bien être attentifs au respect des gestes barrières, tels que le port du masque, le lavage des mains, éviter les « Trois F », de se souvenir de l’importance du port du masque pendant les conversations, et de les appliquer rigoureusement. Même s’il y a des variants, les mesures ne changent pas.

Les vaccins sont déterminants pour prévenir et étouffer le virus. On peut clairement en voir les résultats dans les différents pays du monde. En plus des inoculations des professionnels de la santé, presque toutes les municipalités du pays ont commencé les vaccinations des personnes âgées. Jusqu’à présent, nous menons 400 000 à 500 000 par jour, soit un total de plus de 11 millions d’injections. Dans toutes les municipalités du Japon, celles-ci ont lieu dans de nombreux centres de vaccination groupée et dans des institutions médicales. De plus, trois préfectures ont déjà mis en place des centres pour les vaccinations de masse, en plus de celui que j’ai pu visiter l’autre jour et qui est géré par le JSDF.

C’est grâce à la coopération de toutes les personnes concernées que nous prévoyons de finir d’ici fin juillet les inoculations des personnes âgées dans la grande majorité des municipalités du pays. Je souhaite en exprimer ma gratitude à tous les gouvernements locaux et tous les professionnels de la santé du pays.

De plus, nous observons des efforts pour ajouter de nombreux établissements médicaux et centres de vaccination, ainsi que pour ouvrir dans beaucoup de préfecture des centres de vaccination à grande échelle. Par ailleurs, il nous faut aussi remercier beaucoup d’entreprises, d’installations telles que celles du J-League, du baseball professionnel, ainsi que des universités de l’ensemble du pays qui nous offrent d’utiliser leur site. Il s’agit d’inoculer le plus rapidement possible pour surmonter le nouveau coronavirus. Je ressens vraiment un élan de coopération qui s’étend à l’échelle nationale pour aller dans ce sens. Encore une fois, je tiens à remercier tout le monde pour cela.

En revanche, on m’informe que dans tout le pays, sur le terrain, nous manquons encore de personnel pour faire ces inoculations. Certains ont exprimé l’opinion qu’il faudrait augmenter les aides financières pour l’inoculation. Les dentistes sont venus en renfort des médecins et infirmiers pour les vaccinations. À cela, nous nous organisons pour permettre aux ambulanciers et aux techniciens de laboratoire clinique de faire les inoculations, et demanderons la coopération des pharmaciens pour les diagnostics. L’État fournira des aides financières consistantes. Il fera tout ce qu’il peut.

Le nombre d’inoculations quotidiennes augmentera afin d’atteindre 1 million de vaccinations par jour et de finaliser d’abord la vaccination des personnes âgées qui la désirent. Ensuite, à partir du milieu du mois prochain, en fonction des réservations, les municipalités qui auront une bonne vision des inoculations concernant les personnes âgées pourront commencer à proposer de vacciner le grand public, y compris les personnes souffrant de comorbidité (maladies chroniques). Dans la foulée, nous procéderons aux vaccinations sur le lieu professionnel et dans les universités. Nous avons déjà sécurisé une quantité suffisante de vaccin. Nous recevrons d’ici fin juin 100 millions de doses, et nous prévoyons de sécuriser encore 100 millions d’ici septembre.

Je suis conscient que beaucoup de gens sont anxieux et craignent la tenue des Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo. Leur opinion n’est pas perdue et, tout en coopérant avec les organisateurs, nous redoublons nos efforts pour que les rencontres se tiennent de manière sûre et sécurisée.

Parmi les mesures concrètes, nous commencerons par réduire le nombre de personnes qui pourront entrer au Japon. Nous réduisons le nombre initialement prévu de 180 000 personnes de moitié, et n’accepterons que 78 000 personnes. De plus, nous rationaliserons encore plus le travail. En outre, les athlètes qui participeront aux épreuves et les personnes concernées feront l’objet de tests de dépistage systématiques et seront vaccinés. De plus, nous limiterons les lieux d’hébergement et n’utiliserons que des modes de transports réservés pour leurs déplacements. Nous ferons en sorte qu’ils ne soient pas en contact avec la population, et en cas de violations intentionnelles, nous gérerons de manière rigoureuse leur comportement, y compris en les disqualifiant.

Des épreuves de test sont également organisées pour assurer une prévention approfondie des infections. Le CIO (Comité International Olympique), le CIP (Comité International Paralympique), le Comité d’organisation des Jeux, et Tokyo continuent leurs préparatifs. L’État coopèrera pleinement afin de protéger la vie de sa population.

En essayant de contrôler le virus tout en accélérant les vaccinations, nous relevons un nouveau défi comme jamais auparavant et mon gouvernement fait tout sont possible pour rétablir rapidement et dans les meilleurs délais un quotidien sûr et sécurisé. Nous arriverons sûrement à vaincre ce virus si nous unissons nos efforts. Je prends moi-même l’initiative pour accomplir cela. Encore une fois, j’appelle chacun à comprendre et coopérer dans ce sens.

Merci.

Questions de la presse

Journaliste

Cela fait presque un mois que vous avez annoncé la troisième déclaration de l’état d’urgence pour Tokyo et la région du Kansai. La prolongation de la période de déclaration a de nouveau été prolongée jusqu’au 20 juin. Monsieur le Premier Ministre, pouvez-vous nous expliquer les raisons de cette nouvelle prolongation ? En même temps, pouvez-vous nous dire si, dans le futur, quand la situation infectieuse se sera améliorée et la déclaration levée, il se pourrait que l’on passe à des mesures de prévention des pandémies et autres mesures prioritaires ?

Pourquoi la prolongation ?

Premier Ministre Suga

La déclaration de l’état d’urgence de cette fois a fait baisser la courbe des infections dans de nombreuses préfectures, et je pense que nous en voyons l’efficacité. Néanmoins, le nombre de personnes infectées à Tokyo dépasse les normes d’un stade 4 qui sont considérées comme justifiant une déclaration de l’état d’urgence. En outre, il y a des tensions concernant les lits d’hôpitaux à Osaka, etc. C’est pour cela que j’ai jugé qu’il faut encore attendre pour lever la déclaration.

Dans ce contexte, il y a aussi les variants dont la contagiosité est forte. Il faut également tenir compte de leur impact, j’ai donc pris suffisamment de temps pour décider ce prolongement, à la demande des gouverneurs, et en tenant compte de l’opinion des experts. En tant que gouvernement, pour les régions concernées par la déclaration, je souhaite continuer à systématiser les mesures qui consistent à suspendre le service de boissons alcoolisées et de karaoké dans les restaurants, et à promouvoir le télétravail, etc. En outre, pour ce qui se passera dans le futur, cela dépendra de la situation infectieuse, et nous prendrons les décisions au moment opportun. C’est ce que je pense.

Dr. Omi, pouvez-vous ajouter quelque chose ?

Dr. Omi

Pour répondre à la question sur la raison de cette nouvelle prolongation de l’état d’urgence, je pense que le Premier ministre a bien expliqué ce qui se passe. Je pense qu’en arrière-plan, il y a trois points à retenir.

Le processus est encore trop lourd

Le premier, c’est qu’avec une troisième déclaration de l’état d’urgence, les gens s’habituent, et nous avons du mal à obtenir leur coopération. C’est une première réalité.

Ensuite, le deuxième point concerne, selon moi, les conséquences des variants, ce qui est normal.

Enfin j’aimerais insister un peu sur le troisième point. Le temps pour passer des stades où on considère une réduction des horaires ou des mesures prioritaires à la demande puis la mise en œuvre est un peu trop long. Je profite de l’occasion de cette conférence de presse avec le Premier ministre pour en parler, et en fait, c’est ce processus de déclaration des mesures prioritaires dont je parle. Le système est particulièrement lourd, et nous gagnerions à le simplifier. Ce sont, selon moi, à peu près les trois raisons pour cette fois.

Y aura-t-il vraiment des Jeux Olympiques et Paralympiques pendant une déclaration de l’état d’urgence ?

Journaliste

Ma question concerne les Jeux Olympiques et Paralympiques. Le directeur de la coordination du CIO, Mr. John Dowling Coates a annoncé que les Jeux Olympiques auraient lieu même en cas de déclaration de l’état d’urgence. En tant que Premier ministre du pays d’accueil, pensez-vous que l’on puisse tenir les Jeux Olympiques même sous déclaration de l’état d’urgence ?

Ensuite, selon différents sondages d’opinion, la majorité de gens sont contre la tenue des Jeux Olympiques cet été. Ce n’est pas le CIO qui a la responsabilité de protéger la vie de la population, mais le gouvernement japonais. Aussi, pourriez-vous nous dire précisément quelles sont les normes pour décider, en fonction de la situation infectieuse, quand les Jeux auront lieu ou pas. Merci de nous dire ce que vous pensez.

Ensuite, dans vos conférences de presse, vos réponses sont souvent élusives ou ambiguës, ce qui rend la population mécontente. Pourriez-vous nous répondre clairement, s’il vous plait ?

Premier Ministre Suga

Pour commencer, la responsabilité de protéger la santé et la vie des gens incombe au gouvernement, bien entendu.

Diviser par deux le nombre de personnes autorisées à entrer au Japon

Je suis conscient des différentes options concernant les Jeux Olympiques. Nous prenons des mesures tout en écoutant les suggestions. Pour le moment, je souhaite d’abord faire en sorte de levée de l’état d’urgence. Dans ce contexte, notre prémisse est de pouvoir à la fois implémenter des mesures contre les infections qui permettent aux athlètes et personnes en charge des épreuves de participer sans inquiétude, et protéger la santé et la vie de la population.

En conséquence, nous prenons trois mesures précises. La première est de limiter le nombre de personnes en charge des épreuves qui peuvent entrer au Japon. Initialement, ils devaient être environ 180 000. Nous les limitons à 59 000 pour les Jeux Olympiques, et 19 000 pour les Jeux Paralympiques. Nous demandons une réduction supplémentaire.

Vacciner les athlètes et personnes qui entrent au Japon pour les épreuves

Ensuite, il y a les vaccinations. La plupart des athlètes et personnes en charge des épreuves qui entrent au Japon seront vaccinées et grâce aux ajustements entrepris par le gouvernement japonais pour que les vaccinations soient largement dispensées, Pfizer fournira ces vaccinations par le biais du CIO et gratuitement, à tous les groupes d’athlètes, y compris japonais.

Mettre en place des mesures de prévention spécifiques pendant leur séjour

De plus, nous empêcherons les contacts en présentiel avec la population du Japon. Les personnes en relation avec les épreuves, y compris les membres de la presse étrangère, seront hébergées dans des hôtels préalablement réservés par le Comité d’organisation. Leurs déplacements seront limités aux destinations qu’ils auront enregistrées, et pour se déplacer, ils ne pourront utiliser que des bus prévus à cet effet ou des taxis for hire.

De plus, avant d’entrer au Japon, ils devront faire deux tests de dépistage, puis, en plus du test de dépistage à l’arrivée au Japon, ils devront tous s’y soumettre tous les jours jusqu’au 3ᵉ jour qui suit leur entrée au Japon. Après cela, ils seront testés régulièrement. Nous séparerons complètement leurs activités afin que ces personnes n’interagissent pas avec le grand public. Ils ne sortiront pas faire du tourisme et ne feront pas d’allers-venues librement. Avec de telles mesures, nous avons déjà organisé quatre compétitions à l’essai au Japon. Nous demanderons de quitter le pays aux personnes qui enfreignent volontairement ces règles pendant les épreuves.

Ces trois mesures, je souhaite que Comité d’organisation, Tokyo et le gouvernement coopèrent pleinement sur ces trois mesures dans l’optique du maintien de la sécurité de la population, à commencer par les mesures aux frontières.

Journaliste

Pensez-vous que cela soit possible même pendant la déclaration de l’état d’urgence ?

Premier Ministre Suga

Nous avons déjà tenu quatre compétitions de test dans le pays. Comme je viens de le dire, en ce moment, nous nous préparons en tenant compte de tout cela.

Quelles preuves scientifiques pour expliquer que ces Jeux ne comportent pas de risques ?

Journaliste

Bonjour.
Ma question porte aussi sur les Jeux Olympiques. Avec le prolongement de la déclaration de l’état d’urgence, la communauté internationale craint que l’on ne puisse pas organiser les Jeux Olympiques au Japon. Dans ce contexte, vous venez de donner des exemples de mesures concrètes que l’on prendra pour les Jeux Olympiques. Néanmoins, quelles sont selon vous les preuves scientifiques qui permettent de dire que la situation infectieuse s’est stabilisée ou qu’elle va se stabiliser ? Par exemple, je suppose que le mois prochain, vous participerez au sommet du G7 qui doit se tenir en Grande-Bretagne. Dans de tels endroits, quelles preuves allez-vous présenter à chacun des dirigeants de la communauté internationale ?

Premier Ministre Suga

Comme je viens de le dire, la tenue des Jeux de Tokyo s’accompagnera de mesures concrètes de prévention du virus, et je souhaite faire en sorte de les appliquer strictement. Je prévois d’expliquer aux pays étrangers combien les mesures seront strictes, que nous n’accepterons pas les spectateurs de l’étranger et je leur demanderai de les accepter.

Au moment de la formulation de telles mesures, nous avons multiplié les discussions en tenant aussi compte du point de vue des experts. Depuis le mois de septembre de l’an dernier, nous avons tenu des réunions de coordination entre Tokyo, le Comité d’organisation et chaque ministère. Deux experts en maladies infectieuses ont participé à chacune d’elles et nous prévoyons de continuer à rester transparents en expliquant correctement ce qui se passe. C’est ce que je pense.

Combien de temps faut-il pour vacciner 50% de la population ?

Journaliste

Bonjour monsieur le Premier Ministre.

Monsieur le Premier Ministre, tout à l’heure, vous avez dit que les vaccins sont clairement efficaces. Si je prends aussi l’exemple des pays étrangers, par exemple, en Grande-Bretagne et en Israël, on peut voir une corrélation entre la hausse du taux de vaccination et la baisse progressive du taux d’infection. De ce point de vue, par exemple, si on voulait inoculer la moitié de la population du Japon, combien de temps pensez-vous que cela prendrait pour finir ces vaccinations ? Monsieur le Premier Ministre, vous avez donné l’objectif extrêmement ambitieux de fin juillet pour terminer les vaccinations des personnes âgées. J’aimerais que vous fixiez également une échéance claire pour atteindre cet objectif de 50%.

Je souhaite aussi poser une question au Dr. Omi. Du point de vue de l’immunité collective, à partir de quel taux de vaccination peut-on s’attendre à une diminution du taux de contamination. Qu’en sera-t-il pour le Japon, et pouvez-vous nous donner des explications en tant qu’expert ? Merci.

Premier Ministre Suga

Je réponds d’abord.

Premièrement, nous allons commencer par accélérer les vaccinations de façon à terminer d’ici fin juillet les rappels de vaccination des personnes âgées. Le ministère des Affaires intérieures et des Communications m’a également informé qu’un grand nombre, une majorité des municipalités du pays devraient terminer les rappels à temps.

Dates clefs de la vaccinations

De plus, d’ici mi-juin, les municipalités devraient avoir une bonne vue d’ensemble sur les inoculations des personnes âgées. Je pense qu’elles pourront commencer les vaccinations du reste de la population, y compris des personnes qui souffrent de comorbidité. Pour ce qui est de la période précise pour les débuter, je pense que cela se décidera en fonction de l’état des inoculations des personnes âgées. Quoi qu’il en soit, je pense que ces inoculations contribuent largement à diminuer le risque d’aggravation des symptômes.

Ensuite, vous parlez de 50%, mais en fait, il y a 36 millions de personnes âgées. Je dis que je souhaite que leur rappel de vaccination se termine d’ici à la fin du mois de juillet. En outre, il faut se souvenir qu’il y a de plus en plus de demandes d’un peu partout dans le pays, afin de multiplier les centres de vaccinations à grande échelle. De même, les universités le demandent et les entreprises également. Je souhaite que nous y répondions correctement.

Actuellement, le gouvernement va mettre à dispositions de quoi faire 100 millions d’inoculations d’ici fin juin 2021. Ensuite, il prévoit d’y ajouter 100 millions de doses jusqu’en septembre.

Dans de telles circonstances, à l’étranger, les gens ont rapidement reçu une première inoculation. C’est le cas en Grande-Bretagne, où l’on a enregistré des résultats impressionnant une fois que 50% eut reçu leur première inoculation. Depuis, ils n’ont maintenant plus besoin de porter un masque. Néanmoins, au Japon, nous voulons d’abord nous assurer que les personnes âgées  reçoivent bien ce deuxième rappel. Nous faisons ainsi après avoir consulté avec le comité des experts, y compris le Dr. Omi. Je pense que c’est en cela qu’il y a une différence. Je m’abstiens d’en parler ici en détail, mais je pense que cette deuxième inoculation apportera un plus non négligeable aux personnes âgées.

Combien de temps pour une immunité collective ?

Dr. Omi

Vous me posiez aussi une question, pour quand nous pourrions atteindre une immunité collective. En fait, ces derniers temps, quand on regarde les données, notamment sur les pays du monde occidental où le taux de vaccination est élevé, on peut voir que la courbe des cas d’infection diminue au fur et à mesure que le taux d’inoculations augmente. On pourrait croire que le nombre de cas diminue déjà quand le taux d’inoculation est comparativement encore faible. Néanmoins, en fait, dans les pays occidentaux tels que ceux dont je parle… En fait, les vaccinations ont commencé pendant qu’ils étaient en lockdown ou juste après. De plus, dans ces pays, beaucoup de monde a déjà été infecté, ce qui rend difficile de comparer le Japon directement aux autres pays.

De plus, pour ce qui est du « combien », les données scientifiques sont insuffisantes pour donner un pourcentage pour le Japon. Je ne peux donc pas répondre. En revanche, en fait, sur ce vaccin, l’an dernier, le comité des experts avait au départ recommandé un ordre de priorités pendant ses débats. Celui-ci était à la base de prévenir l’apparition des symptômes, puis l’aggravation des symptômes, essentiellement. Nous en parlions sur ces prémisses, mais maintenant que nous avons les données des pays étrangers, nous pouvons ajouter la protection contre le virus à la prévention de l’apparition des symptômes.

Pourquoi la vaccination pourrait changer quelque chose

Sur ce point, on nous indique que ce vaccin serait assez efficace dans ce sens.

Dans ce cas, maintenant, après avoir progressé concernant la vaccination des personnes âgées qui le désirent, il convient de continuer le plus rapidement possible avec les inoculations des personnes de moins de 65 ans. Le vaccin permettrait d’empêcher l’aggravation des symptômes chez les personnes âgées, mais en plus de cela, ce vaccin dépasserait nos attentes et préviendrait les contaminations.

Dans ce cas, il vaut mieux faire au plus vite, et dès qu’on aura atteint un certain niveau de vaccination pour les personnes âgées, il faudra augmenter avec flexibilité les moyens d’inoculation. Cette augmentation des réseaux de vaccination est particulièrement importante, tout comme la vaccination au plus tôt des jeunes.

Pour l’immunité collective, dans la situation infectieuse au Japon, actuellement, ce dont on a besoin et quand… En fait, on devrait commencer à voir des résultats à partir de la moitié. Quoi qu’il en soit, quand on parle de vacciner rapidement les jeunes, les personnes de moins de 65 ans, la chose la plus importante pour y arriver, c’est de diversifier les moyens d’accéder aux inoculations. C’est extrêmement important, et quand on parle d’une situation d’immunité collective, c’est de ce type de situation dont on parle. Pour créer une situation ou le virus disparait progressivement pour que cela arrive le plus tôt possible, il faut que tout le Japon fasse un effort, et je pense que c’est le moment.

Quand le Japon pourra-t-il vacciner 1 million de personnes par jour ?

Journaliste

Ma question concerne les vaccinations.

Monsieur le Premier Ministre, tout à l’heure, vous avez donné pour objectif de vacciner 1 million de personnes par jour. Actuellement, on crée de plus en plus de centres de vaccinations de masse. À votre avis, dans combien de temps arriverons-nous à 1 million d’inoculations par jour ? Merci.

Premier Ministre Suga

Pour commencer, je pense que selon ce que l’on peut voir à l’étranger, ce vaccin est indubitablement un moyen décisif pour la prévention des épidémies. C’est pourquoi le gouvernement redouble d’efforts pour apporter un renfort aux inoculations.

Dans les circonstances actuelles, nous manquons de personnel pour les inoculations. Pour résoudre ce point bloquant, le gouvernement vient d’aider les gouvernements locaux.

Actuellement, on inocule 400 à 500 000 personnes par jour. Normalement, à partir de mi-juin, nous devrions pouvoir compléter le système pour arriver à 1 million d’inoculations par jour, y compris en utilisant des auxiliaires pour ces vaccinations. Un tel système sera mis en place d’ici au milieu de du mois. C’est ce que je pense.

Quoi qu’il en soit, nous devons mettre tous nos efforts pour ces vaccinations. Je prends moi-même la direction de la lutte contre le coronavirus en même temps que ces mesures contre les infections. Je souhaite faire tout mon possible rétablir un mode de vie sécurisé et sûr pour toute la population du pays.

Quelles mesures pour la gestion des déplacements dans le Japon pendant les Jeux

Journaliste

J’ai moi aussi une question concernant les Jeux Olympiques. Avec leur tenue, même en limitant le nombre, ce sont quand même plusieurs dizaines de milliers de personnes qui viendront au Japon. De plus, si les jeux devaient se tenir avec des spectateurs, il faudrait s’attendre à ce que beaucoup de monde se rende à Tokyo, ce qui va accélérer les flux de personnes. Dans ce cas, comment le gouvernement analyse-t-il le risque de propagation du nouveau coronavirus ?

Ensuite, monsieur le Premier Ministre, vous venez d’expliquer les mesures de prévention pour les personnes qui viennent de l’étranger, mais quelles sont les mesures pour les flux de personnes dans le pays ?

Premier Ministre Suga

Pour le moment, notre pays applique la déclaration de l’état d’urgence, et on tient déjà des matchs de baseball, de football, etc. sous condition d’organiser rigoureusement et d’atteindre un niveau défini de prévention de la propagation du virus. C’est un fait, je pense. Le gouvernement a déjà bien expérimenté sur ce point, et je pense que nous pourrons gérer cette situation dans ce contexte. C’est pourquoi, si on parle du nombre d’entrées, à l’heure actuelle, même pendant la déclaration de l’état d’urgence, il y a des événements de taille à réunir 5000 personnes. C’est en nous référant à ces expériences variées que nous considérons que cela devrait être possible, à mon avis. Je pense que nous pourrons les gérer.

Pourrait-on ouvrir le Japon aux étudiants qui ont un passeport vaccinal ?

Journaliste

Ma question concerne l’ouverture des frontières du Japon pour les immigrants étrangers. Dans la situation actuelle, il me semble que le Japon ferme ses frontières à l’immigration au Japon depuis la plupart des pays du monde. Néanmoins, beaucoup de gens souhaitent, par exemple, venir étudier et vivre au Japon, que ces personnes vivent en Chine ou dans de nombreux autres pays étrangers. Dans ce contexte, pour les pays étrangers dans lesquels les vaccinations progressent, ne serait-il pas possible de, par exemple, les autoriser prioritairement à entrer au Japon ? J’ai appris que vous considériez la possibilité d’un passeport vaccinal. Monsieur le Premier Ministre, pouvez-vous nous donner votre opinion ? Ensuite, si le passeport vaccinal devait devenir une réalité, pour quand le prévoyez-vous ?

Premier Ministre Suga

Bien entendu, je suis conscient que les pays étrangers débattent sur l’introduction de ce que l’on appelle un passeport vaccinal et qu’ils s’orientent dans cette direction. Pour l’introduire, il faut des données scientifiques concernant l’efficacité des vaccins pour prévenir les contaminations et savoir combien de temps ils protègent. En outre, il faut s’assurer que cela ne débouchera pas sur des discriminations envers les personnes qui ne sont pas vaccinées. Je pense qu’il faut discuter de tous ces points. C’est pourquoi, le gouvernement prépare, sous la direction du Secrétaire d’État, un système qui tient compte de l’ensemble des problèmes. Nous continuerons à étudier les solutions en rassemblant les données sur les discussions dans et hors du pays et sur la situation infectieuse de chaque pays. C’est ce que je pense.

La vaccination pourrait-elle permettre de lever l’état d’urgence ?

Journaliste

J’aimerais poser une question à monsieur le Premier Ministre. Tout à l’heure, vous avez parlé de l’efficacité des vaccins. Tiendrez-vous compte du niveau de progression de ces vaccinations lorsque vous déciderez s’il faut lever la déclaration d’état d’urgence d’ici au 20 juin ? Si tel est le cas, pourriez-vous nous dire quel taux de vaccination vous souhaitez atteindre ? Merci.

Premier Ministre Suga

Tout d’abord, les conditions pour lever l’état d’urgence sont inscrites dans la politique de réponse de base (plan de stratégie de base). Pour y arriver, nous tiendrons compte de données telles que le niveau infectieux, le niveau de tension dans le système médical, et nous évaluerons globalement la situation en demandant l’opinion des experts. Concrètement, je pense que l’objectif est d’abord de sortir du stade 4 qui est le niveau de la déclaration de l’état d’urgence, et de descendre au stade 3.

La levée de l’état d’urgence n’est pas conditionnelle à la progression des vaccinations en soi. Nous espérons que la progression des vaccinations fera tomber le niveau infectieux. C’est pourquoi nous souhaitons continuer à accélérer les vaccinations, et c’est pourquoi je souhaite créer un environnement qui le permette.

Dr. Omi, quelle est votre opinion sur ce point ?

La vaccination entraînera une baisse des cas graves, ce qui permettra au système médical de gérer la situation

Dr. Omi

Votre question est de savoir si les vaccinations pourraient être une condition pour lever l’état d’urgence. Je ne pense pas qu’il soit nécessaire de remplacer la définition actuelle des stades par un taux de vaccination. Pour dire les choses simplement, je pense plutôt que lorsque les vaccinations progresseront, il sera plus facile de lever l’état d’urgence. Par exemple, en ce moment, la vaccination des personnes âgées progresse régulièrement.

Nous pouvons espérer que ce vaccin prévienne l’aggravation des symptômes chez les personnes âgées, ce qui veut dire que le nombre de cas gravement malades parmi elles diminuera. Cela entrainera une diminution du nombre de personnes hospitalisées. Le nombre de patients infectés est encore comparativement élevé, et c’est ce qui pèse particulièrement lourd sur le système médical.

Par conséquent, cette baisse devrait aussi permettre de mieux prévenir le virus. Si ces vaccinations sont au moins efficaces pour prévenir l’aggravation des symptômes chez les personnes infectées, même si le nombre de cas d’infections est élevé, la charge de travail du système médical en sera allégée. C’est pourquoi il faut donner la priorité à la charge de travail du système médical, et je pense qu’il sera comparativement plus facile de lever l’état d’urgence qu’avant.

Les obligations de port du masque pourront-elles être levées ?

Journaliste

J’aimerais poser une question sur la relation entre les vaccinations et le port du masque. L’autre jour, le gouvernement coréen a annoncé qu’à partir du mois de juillet, il supprimerait l’obligation pour les personnes qui n’auront reçu qu’une seule inoculation n’auront plus d’obligation de porter un masque quand elles seront dehors. Je suis conscient que pour le moment, la situation et les prémisses varient d’un pays à l’autre. Toutefois, le gouvernement japonais anticipe-t-il la possibilité d’annoncer qu’il ne sera plus nécessaire de porter un masque, d’avoir ces mesures, une fois que les vaccinations auront progressé ? Ou pensez-vous que c’est encore trop tôt ? Pouvez-vous nous dire comment vous raisonnez sur le lien entre les vaccinations et la reprise des activités socio-économiques ?

Premier Ministre Suga

Tout d’abord, nous attendons beaucoup de ce vaccin, aussi bien en matière de prévention de l’apparition des symptômes que du risque d’aggravation des symptômes. En revanche, même s’il y a déjà des enquêtes scientifiques qui montrent qu’elles pourraient être efficaces pour prévenir le virus, à l’heure actuelle, ces informations ne sont pas encore claires.

Les conversations sans masque causeraient 85% des infections pour lesquels on peut identifier la source de contamination

Ensuite, sur le port du masque, j’en ai parlé dans mon intervention de début. Selon les enquêtes de la préfecture de Fukui, les conversations sans masque auraient causé 85% des infections pour lesquels on a pu identifier la source de contamination. C’est ce que leur analyse nous dit. Aussi, même si on se fait vacciner, dans la situation actuelle, je pense personnellement qu’il faut appliquer les gestes barrières pour prévenir le virus, à commencer par le port du masque, en se lavant les mains et en évitant les « Trois F ».

En revanche, il y a aussi des pays qui reprennent une activité socio-économique depuis les vaccinations. Comme le disait le Dr. Omi à l’instant, c’est aussi vrai ces pays étaient en lockdown, qu’ils n’arrivaient pas à prévenir les contaminations quoi qu’ils fassent, et que les vaccins leur ont permis de se rétablir. Quoi qu’il en soit, notre gouvernement est en train de multiplier les efforts pour les vaccinations, et je pense qu’elles vont progresser régulièrement. Je pense aussi que nous devrons prendre ce genre de décisions en consultant les experts à ces étapes.

Les semi-conducteurs dans l’après-corona

Journaliste

Actuellement, j’aimerais demander à monsieur le Premier Ministre son opinion concernant la sécurisation de semi-conducteurs, à laquelle chaque pays attache une grande importance lorsqu’il se prépare pour l’économie de l’après coronavirus. Sur le marché domestique, le manque de semi-conducteurs a, entre autres, eu des conséquences sur la production d’automobiles. Quel type de stratégie le gouvernement japonais a-t-il en tête pour sécuriser les semi-conducteurs à l’avenir ?

Premier Ministre Suga

Je suis conscient qu’avec la progression de la numérisation, les semi-conducteurs, qui sont utilisés dans les automobiles, l’électroménager et les ordinateurs, seront un des piliers de soutien de la vie socio-économique. De plus, la concurrence internationale s’intensifie. Je pense que l’ensemble du pays a besoin de travailler pour augmenter la résilience de la chaine d’approvisionnement et la croissance économique, et pour produire, sécuriser et augmenter la compétitivité des semi-conducteurs japonais.

Nous sommes en train d’évaluer la stratégie concernant les semi-conducteurs. Le gouvernement envisage d’ajouter rapidement des aides pour le développement technologique et la Majorité au pouvoir est en train de travailler sur ce point. Je considère donc qu’il s’agit d’un des points de la stratégie de croissance du gouvernement, compte-tenu des débats au sein de la majorité.

Sur les inoculations par les dentistes, ambulanciers et pharmaciens

Journaliste

Bonjour.
Ma question concerne les vaccinations. Monsieur le Premier Ministre, l’autre jour, vous avez tenu une conférence avec le président de l’association des Pharmaciens du Japon. Quelle est votre position actuelle sur la possibilité pour les pharmaciens de procéder aux inoculations ? Ensuite, je suppose qu’il y a des obstacles légaux pour permettre aux dentistes et ambulanciers de procéder aux inoculations, et que cela a dû prendre un peu de temps pour s’orienter vers cette solution. Monsieur le Premier Ministre, vous avez mentionné la nécessité d’adapter la législation pour les cas d’urgence, lorsque vous parliez des lits d’hôpitaux et de l’homologation des vaccins. Pensez-vous que l’on est aussi besoin de revoir la Loi relative au droit médical, etc. face aux défis rencontrés cette fois ?

Premier Ministre Suga

Tout d’abord, pour accélérer les vaccinations, la sécurisation de ce que l’on appelle des professionnels de la santé est un enjeu extrêmement important. Je pense qu’il ne faut pas exclure toutes les options qui nous permettraient d’agir.

C’est dans de telles circonstances que les dentistes peuvent aussi vacciner. En outre, les techniciens de laboratoire clinique et les ambulanciers ont l’habitude de faire des piqures. Aussi, nous optons pour demander leur aide. Les ajustements sont déjà en cours.

Ensuite, en ce qui concerne les pharmaciens. Dans certains pays, les pharmaciens peuvent habituellement inoculer les gens. Au Japon, cela n’est pas le cas. Nous pouvons leur demander d’aider aux stades qui précèdent les vaccinations ou, puisqu’ils prennent du temps, on peut leur demander de gérer les examens préliminaires aux vaccinations. Ils sont particulièrement compétents en matière de médicaments et peuvent aider pendant les examens préliminaires, afin que les médecins prennent immédiatement leurs décisions. Je pense qu’il existe de nombreuses façons d’aider, et je souhaite les appeler à l’aide.

Les mesures à répétition font douter les gens

Journaliste

Dans vos discours d’introduction (jusqu’à présent), monsieur le Premier Ministre, vous disiez que vous souhaitiez que cette déclaration soit la dernière. Il me semble que vous l’avez souvent dit. Cependant, cette fois, vous ne l’avez pas dit. Ces derniers temps, c’est toutes les semaines que l’on entend que l’état d’urgence est prolongé, que l’on ajoute des régions, etc. Je pense que c’est pourquoi les gens ne croient plus dans les effets de la déclaration.

Après avoir annoncé l’extension de la période, vous n’avez pas apporté d’explications particulières concernant des mesures plus fortes pour limiter les flux de personnes ou les contacts des gens en présentiel. Pensez-vous qu’il sera vraiment possible de lever la déclaration le 20 juin 2021 en faisant ainsi ? Le gouvernement a-t-il vraiment l’intention de faire en sorte que cette prolongation soit la dernière ? Dans ce cas, n’a-t-on pas besoin de mesures plus fortes pour limiter les déplacements ? Je souhaite poser ma question à monsieur le Premier Ministre Suga, puis au Dr. Omi, pour connaître ses recommandations.

Premier Ministre Suga

Je réponds en premier.

Dans un contexte de corona-fatigue…

Je pense qu’il faut prolonger la déclaration parce que les souches mutantes ont des conséquences. Je sais que l’ensemble de la population en a assez de s’auto restreindre, et qu’elle s’habitue à la situation. C’est en tenant compte de cela aussi que nous avons mis en place des mesures sélectionnées pour leur efficacité. En particulier, les experts ont pointé qu’il fallait être vraiment attentif à ce qui concerne la prise de nourriture et de boissons. C’est pourquoi nous avons agi dans ce sens.

Cette fois, la vaccination est un instrument déterminant des mesures contre les infections et ce faisant, nous devons faire de notre mieux pour les inoculations. En même temps, il est nécessaire d’appliquer les mesures existantes contre les infections. C’est dans ce contexte que nous préviendrons et feront baisser le niveau infectieux. Ce qui change, dans un sens, c’est que cette fois, il y a les vaccinations. C’est à mon avis ce qui change avec ce que nous avons fait jusqu’à présent. Le gouvernement multiplie ses efforts pour que les vaccinations se passent bien tout en informant la population sur ces choses.

Jusqu’à ce jour, il y a eu plus de 11 millions d’inoculations. Il y aura désormais de plus en plus de demandes. Par exemple, il y a des demandes des entreprises, les écoles, ce que l’on appelle le lieu de travail et les gouvernements locaux souhaitent aussi mettre en place des lieux de vaccination de masse. Comme je l’ai expliqué dans mon discours d’introduction, les gouvernements locaux se manifestent de plus en plus, c’est un fait. Aussi, cette fois, je souhaite contenir le virus en gérant deux fronts. C’est ce que je pense.

Faut-il limiter encore plus les déplacements ?

Dr. Omi

Il me semble que votre question est de savoir s’il faudrait limiter encore plus les déplacements des gens. Je pense qu’en ce moment, notre société japonaise doit maintenant faire face à un nouveau défi avec l’apparition de souches mutantes. La déclaration de l’état d’urgence n’est plus aussi efficace, et en fait, bien que Tokyo fasse toujours l’objet de déclaration de l’état d’urgence, les flux de personnes ont repris leur niveau antérieur. Aussi, pour savoir ce que nous devrions faire à partir de maintenant, il me semble qu’il faut réfléchir à deux aspects.

On demande de changer de comportement, et jusqu’à présent, c’est en restant à la maison, tout simplement. Bien entendu, nous, simples citoyens, devons continuer à coopérer sur ce point. Maintenant, c’est extrêmement important. En ce moment, il ne s’agit pas seulement de demander simplement de rester chez soi, mais demander d’appliquer des mesures contre les infections qui sont un peu plus convaincantes.

Se baser sur ce que l’on sait pour induire un changement sans sentiment de contraintes

Je donne un exemple. Actuellement, en raison de ce nouveau virus, l’aération est devenue plus importante qu’autrefois. C’est devenu évident. Dans ce contexte, les établissements de restauration, etc. ont besoin d’installer des capteurs de CO₂, afin de mesurer la concentration de dioxyde de carbone. En systématisant ce genre de choses, on peut montrer que cela apporte un niveau de sécurité pour ces endroits, et on peut aussi demander aux particuliers de faire la même chose. Une chose que l’on peut donc faire, c’est demander aux gens de changer leurs habitudes avec des moyens convaincants.

L’autre aspect, maintenant que nous sommes à ce stade, c’est qu’il faut demander aux gens de continuer à coopérer, mais plutôt que de le leur demander simplement en passant par l’État ou des gouvernements locaux, je pense qu’il est maintenant temps de passer par la science et la technologie. Un de ces exemples concerne les vaccins, ce qui va sans dire, n’est-ce pas. Ensuite, je prends un autre exemple. Il y a enfin une abondance de kits de dépistage antigéniques, etc. Ils sont disponibles en très grande quantité, comme les tests PCR également. On peut les utiliser stratégiquement et systématiquement, c’est le deuxième aspect. C’est la technologie. Il y a une autre technologie.

Utiliser la technologie pour mieux gérer la situation

En fait, avec la technologie numérique, en fait, comme vous le savez, nous souhaitons faire tomber rapidement le niveau infectieux à Tokyo à 50, 100 personnes par jour. N’importe qui le souhaite, mais nous pourrions ne pas y parvenir. Pourquoi ? C’est quelque chose que je n’ai cessé de répéter depuis l’an dernier.

En province, dans des préfectures spécifiques, à peu près toutes les études épidémiologiques permettent de trouver où et par qui une personne a été infectée. En revanche, dans les zones urbaines, il est rare de le savoir. La raison pour laquelle c’est rare, c’est qu’en fait, on ne peut pas déterminer avec précision où les gens sont infectés. Dans ce cas, on ne peut pas du tout savoir ce qui a causé ces infections. Ce faisant, nous pensons que c’est ce qui fait que les gens transmettent le virus à d’autres endroits, sans le savoir.

Pour résoudre ce mystère, les centres de santé (hokenjos) s’épuisent. Sur ce sujet, jusqu’à présent, nous avons essayé plusieurs choses. Par exemple, nous avons les code QR des établissements de restauration et de boisson. Cette solution n’a pas fonctionné pour de nombreuses raisons. Nous avions dit, et c’est un exemple, ce n’est qu’un exemple, que les établissements de restauration pouvaient afficher un code QR. Quand ils entrent dans l’établissement, les clients ont juste besoin de le lire. S’ils s’avèrent qu’ils ont été infectés, ces applications ne divulguent en aucun cas les informations personnelles telles que le nom, mais permettent de savoir quelle catégorie de personnes est infectée. Si nous n’avons pas au moins une partie de ces informations, il nous sera, à mon avis difficile de trouver comment faire pour orienter la courbe stagnante des cas vers le bas.

Nous en sommes maintenant à vacciner dans tout le pays et à faire des tests. À cela, nous pouvons ajouter l’utilisation des technologies informatiques et numériques pour partager avec chaque gouvernement local les informations sur les lieux d’infection. Maintenant, ce point était particulièrement compliqué, au Japon. Pendant un an, nous nous en plaignons constamment et nous n’arrivions pas à le faire correctement, pour diverses raisons. Il est temps de le faire, et je pense qu’il faut vraiment vouloir le résoudre, en même temps que les vaccinations.

Les écoles devraient-elles emmener les enfants voir les Jeux ?

Journaliste

Pour le moment, beaucoup d’écoles, à commencer par celles de Tokyo, préparent un plan pour assister aux Jeux Olympiques. Cependant, en plein milieu d’une épidémie de coronavirus, faire participer tant d’enfants dans le cadre d’obligations sociales d’une école est contestable et présente un risque. Monsieur le Premier Ministre, quel est votre point de vue sur ce sujet ?

Premier Ministre Suga

J’ai entendu dire que le comité d’organisation avait appelé les enfants de Tokyo à s’inscrire pour voir les Jeux de Tokyo, mais c’était avant la propagation du nouveau coronavirus. Actuellement, il est en train de réfléchir à la façon de gérer ce projet. Il n’en reste pas moins que le Comité d’organisation prendra une décision en tenant compte de la situation infectieuse et des mesures concrètes. C’est ce que je comprends.

Quoi qu’il en soit, il s’agit d’activités scolaires pendant l’épidémie de nouveau coronavirus. Ce sont des activités extra-scolaires. Pour ce qui les concerne, les conseils de l’éducation de chaque préfecture doivent donc prendre leur décision en fonction de la stratégie de base du gouvernement. Il me semble que sur ce point, il faut en priorité préserver la sécurité et la sûreté des enfants. Je pense que c’est la première chose à faire.

Source : 新型コロナウイルス感染症に関する菅内閣総理大臣記者会見-令和3年5月28日|政府インターネットテレビ (gov-online.go.jp)

Partager cet article :
Cet article a-t-il répondu à votre question?
Que pouvons-nous faire pour améliorer cet article?
Suivant 2021-05-28 QG de lutte contre la COVID
Table des matières
error: