Chercher dans la liste complète des articles

Les documents sont répartis entre le "Coin COVID", le "Coin quotidien" et le "Coin intempéries".
Infos Locales au Japon recommande de commencer par chercher ici.

Si vous ne trouvez pas de réponse, cliquer sur l’icône en bas à droite de cet écran.
Il n'y a pas besoin d'avoir un compte Facebook si vous ne le souhaitez pas (ne pas changer de page dans ce cas).

Articles récents

Pour tous ceux qui nous lisent

Comme toujours, Infos Locales au Japon et Infos Kyushu mettent ces documents à titre d’information. Nous pouvons avoir mal compris ou traduit l’information, ou celle-ci peut avoir évolué depuis l’écriture de cet article. Nous mettons également à jour nos articles si la situation le demande, mais cela peut parfois prendre du temps. Nous encourageons donc chacun à vérifier les informations à la source, et de se tenir régulièrement informés par NHK Japon ou NHK World.

En cas d’urgence COVID

En cas d’urgence non-COVID

IMG - Numéros de téléphone en cas d'urgence
Numéros de téléphone en cas d’urgence (non COVID). Ce document contient aussi les informations pour contacter une ambassade etc. en urgence.

Pourquoi s’inscrire au Consulat ?

IMG - Ambassade & consulats

…lorsqu’on vit ou voyage à l’étranger, c’est important parce que… (lire la suite)

 

2021-01-02 Gouverneurs de Tokyo, Chiba, Saitama, Kanagawa, et ministre de la reconstruction économique

Vous êtes ici :
< Retour

Cette conférence a eu lieu immédiatement après la demande officielle du Grand Tokyo de déclarer un état d’urgence. Les 4 gouverneurs de Tokyo, Saitama, Chiba et Kanagawa et le ministre Nishimura ont expliqué ce qui devrait se passer à partir de maintenant.

Gouverneure Koike (Tokyo)

Aujourd’hui, le gouverneur Ono de Saitama, le gouverneur Morita de Chiba, le gouverneur Kuroiwa de Kanagawa, et moi-même (Koike), soit les gouverneurs de 3 préfectures et de la capitale avons demandé à l’État de déclarer l’état d’urgence, face à la situation actuelle de propagation du virus. Nous avons demandé qu’il la considère rapidement.

Jusqu’à présent, nous avions réduit les horaires d’ouverture des établissements qui servent de l’alcool. Nous avions aussi demandé aux gens de s’abstenir de sortir quand cela n’est ni nécessaire ni urgent. Nous avions pu constater un certain résultat de ces mesures dans les 3 préfectures et la capitale.

Cependant, après avoir observé le nombre de personnes nouvellement infectées, et la situation actuelle du système de fourniture de soins médicaux, nous avons estimé qu’il est nécessaire de limiter immédiatement les flux de personnes. C’est pourquoi nous avons fait cette demande.

Une déclaration de l’état d’urgence risque d’induire un certain nombre de difficultés dans la vie sociale. Aussi, nous avons demandé que le passage à la déclaration se fasse avec un préavis pour les éviter. Nous avons également demandé une discussion immédiate sur les mesures disponible pendant déclaration afin d’en maximiser l’effet.

La nouvelle année vient à peine de commencer, mais il faut empêcher la propagation du virus dès maintenant. Pour cela, nous devons prendre le plus rapidement possible toutes les mesures en notre pouvoir.

Par ailleurs, nous avons également demandé pendant les conversations une révision de la loi sur les mesures spéciales. De même nous avons demandé une application rapide d’un renforcement des mesures aux frontières.

Pour le futur, le Grand Tokyo et l’État se sont mis d’accord pour travailler ensemble, et pour mettre en place rapidement de mesures effectives qui donnent des résultats rapides.

Ministre de la Reconstruction

Comme la gouverneure Koike vient de l’expliquer, j’accuse réception des demandes jointes des gouverneurs des 3 préfectures et de la capitale. Nous avons ensuite échangé pendant 3 heures environ sur ce sujet. Les discussions ont porté sur la situation et les mesures. Je souhaite présenter maintenant les points qui ont fait l’objet d’une entente.

Je commence avec la situation infectieuse actuelle dans le Grand Tokyo. Comme le disent les gouverneurs, leurs préfectures sont à un stade difficile qui contraint à considérer une déclaration de l’état d’urgence. C’est quelque chose que le gouvernement partage avec les gouverneurs des trois préfectures et de Tokyo.

L’État et les 4 gouverneurs du Grand Tokyo ont confirmé leur souhait de travailler en étroite collaboration pour envisager toutes les possibilités et agir.

Ensuite, en ce qui concerne la demande de déclaration de l’état d’urgence, le gouvernement en accuse réception et va la considérer. En revanche, l’État demande aux gouverneurs de la capitale et des trois préfectures de mettre en place immédiatement les mesures suivantes.

Points sensibles

La première concerne les “points sensibles” définis par les experts du pays. En ce qui concerne les établissements de restauration et de boisson, il s’agit d’agir en prenant des mesures équivalentes à celles prises pendant la déclaration de l’état d’urgence en avril-mai 2020. L’État demande de faire passer les horaires de fermeture des restaurants et débits de boissons du Grand Tokyo, y compris les karaokes, bars, etc., à 20:00. Ceux-ci doivent être appelés à ne plus servir d’alcool après 19:00.

En même temps, l’État demande aux gouvernements de la capitale et de ces préfectures de demander à leur population de ne plus sortir après 20:00, lorsque cela n’est ni urgent ni nécessaire.

En relation avec cela, le gouvernement souhaite élargir la portée des aides de l’État pour les entreprises de restauration et de boisson qui suivront ces consignes.

Télétravail

Le deuxième est de demander aux entreprises et industries de passer au télétravail. Les experts ont déterminé un taux d’au moins 50%.

Prévention du virus

Le troisième point concerne l’application systématique des mesures de prévention du virus sur le lieu de travail, dans les dortoirs, camps d’entraînement, et écoles, etc.

Événements

En quatrième point, les conditions de tenue des événements doivent être plus strictes.

Ce sont là les quatre demandes que j’ai formulées. Je confirme que nous nous sommes mis d’accord sur le renforcement de ces mesures.

Révision de la loi sur les mesures spéciales

Parallèlement à cela, le pays va se dépêcher de revoir la loi sur les mesures spéciales, y compris des mesures collatérales.

Ceci résume donc les mesures que l’État a demandé aux gouverneurs du Grand Tokyo. Les 4 gouverneurs et l’État vont travailler pour contenir la propagation de ce virus. C’est pour cela qu’il faut renforcer les mesures,

Questions de la presse

Q : Aujourd’hui, j’aimerais savoir si vous parlez de considérations ou de besoin de déclarer un état d’urgence. Sur quelle terminologie vous êtes mis d’accord avec les gouverneurs ?

Ministre Nishimura

Nous avons reconnu qu’il s’agit d’une situation de crise qui oblige à considérer une déclaration de l’État d’urgence. Nous avons partagé ce sentiment de crise.

Q : Donc, en tant que représentant du gouvernement, vous voulez dire que l’État n’a pas encore décidé qu’il fallait faire une déclaration de l’état d’urgence ?

Ministre Nishimura

Pour décider s’il faut faire une déclaration de l’état d’urgence, il faut d’abord que nous consultions les experts. C’est le nouvel an, et nous allons tenir une réunion du comité des experts le plus rapidement possible.

Néanmoins, on peut penser que les examens de dépistage en fin et début d’année sont moins nombreux, et il peut y avoir plus de variations que ce que nous connaissons. Aussi, nous avons besoin d’évaluer comment a évolué le nombre de tests de dépistage, le nombre de cas positifs, ainsi que les différentes données sur les déplacements et flux de personnes. Tokyo, etc. publient déjà un grand nombre de ces données. Il faut donc présenter ces informations aux experts également.

Q : (partie inaudible).

Gouverneur de Kanagawa

Nous sommes dans une situation exceptionnelle. Il est facile d’envoyer une demande d’applicaiton des mesures de prévention. Mais comme vous le savez, nous avons débattu pendant 3 heures. Je pense que c’était une très bonne discussion. Nous avons pu échanger nos opinions et déboucher sur un accord de principe.

Il faut travailler avec le pays. Dans une telle situation et sentiment de crise, nous devons reconnaitre que les préfectures du Grand Tokyo et l’État doivent s’allier pour aller dans le même sens. C’est avec ce fort sentiment d’urgence que nous avons agi. Nous avons partagé le même sentiment de crise et la façon dont nous souhaitons procéder. Selon moi, le fait de s’êttre mis d’accord sur la ligne de conduite est un point très positif, et c’est très bien.

Gouverneur de Chiba

Le fait que les 3 préfectures et la capitale puissent partager leur sentiment et s’accorder sur ce qu’il faut faire, c’est à mon avis ce dont nous avons le plus besoin en ce moment. Le ministre Nishimura nous l’a expliqué autant que possible. À partir de maintenant, je pense que nous pourrions avoir d’autres situations épineuses avec chaque situation. Cependant, le but est que nous gagnions contre le nouveau coronavirus. Nous ne devons pas nous battre entre nous. Nous devons nous souvenir de cela et faire ce qu’il faut pour la population.

Pendant ces 3 heures de discussion, nous avons parlé de beaucoup de choses. J’ai aussi parlé des activités parascolaires des étudiants. Je pense que ces 3 heures ont été très productives.

Gouverneur de Saitama

Il s’agissait sans aucun doute d’une demande très inhabituelle pour un début d’année. Malheureusement, le nouveau coronavirus n’attend pas jusqu’à la fin des vacances de fin et de début d’année. Il nous faut sauver autant de vies que possible. Pour cela, que l’on soit le 1er ou le 2 janvier, il faut que nous fassions ce qu’il y a à faire.

Nous avons ce souhait, et c’est parce que le gouvernement l’a accepté que nous avons pu tenir une réunion aussi longue.

Gouverneure de Tokyo

Aujourd’hui nous avons fait une demande groupée en rassemblant les gouvernements du Grand Tokyo. Nous venons de passer un réveillon du Nouvel An très spécial. La capitale et les trois préfectures du Grand Tokyo avaient joint leurs efforts et avaient demandé la coopération des entreprises et du MLIT dans chaque circonscription. C’est pour cela que nous avons passé un premier de l’an que l’on voit rarement.

Ce coronavirus n’a pas de calendrier. Il ne sait pas ce que sont la fin d’année ou le nouvel an.

Par contre, si on n’empêche pas la propagation du nouveau coronavirus pendant ces vacances de fin et début d’année, la pression sur le système médical va encore plus augmenter. Cela affectera les soins pour les patients d’autres maladies qui devraient normalement recevoir un traitement. Le Grand Tokyo a fait cette demande à l’État dans la perspective de protéger des vies, et c’est le Grand Tokyo qui a officialisé sa demande.

Nous avons pu partager le sentiment de crise avec l’État. Du point de vue de la recherche de solutions, cette conférence a été particulièrement utile. En outre, le message passe mieux si la population de la capitale, des préfectures et du pays nous entendent parler à l’unisson. C’est ici que nous souhaitons demander à la population de se rappeler le mois d’avril et de comprendre qu’il faut agir maintenant, Nous passons notre temps à émettre des demandes.

C’est pour cela que nous souhaitons que la loi sur les mesures spéciales ne soit pas que des demandes mais un système plus efficace. Nous avons demandé ces modifications dans ce sens. C’est quelque chose que l’ensemble des gouverneurs du pays demande.

Q : Inaudible (concerne les procédures à partir de maintenant, suite aux demandes du gouvernement)

Gouverneure de Tokyo

Tokyo et les 3 préfectures vont avoir besoin de tenir des conseils préfectoraux dans chacune des préfectures et faire un certain nombre de démarches. Tout en acceptant les demandes de l’État, je pense que nous devons trouver un moyen efficace d’y répondre.

Le problème, même si nous (gouvernements locaux) acceptons ces demandes, va être de savoir si les établissements de restauration, etc. vont les respecter et coopérer. C’est pourquoi il faut chercher une solution efficace en travaillant avec l’État. C’est le point le plus important.

Gouverneur de Kanagawa

En plus de cela, il s’agit de quelque chose que les 3 préfectures et la capitale devons mettre en place, avec l’État, et nous allons procéder à des ajustements en détail.

Ministre de la reconstruction économique

Je pense que pour toute la population, cette situation est particulièrement difficile. Il y a déjà des primes de coopération de la part de chaque préfecture. Nous allons étendre la portée de ces prestations financières.

Dans tous les cas de figure, nous sommes arrivés à un stade où il faut tout faire pour diminuer le nombre de contacts entre les gens. En particulier, toutes les situations dans lesquelles on enlève son masque présentent un risque élevé. C’est quelque chose sur laquelle les experts du comité des experts insistent.

Nous demandons aux entreprises de coopérer. En outre, le gouvernement a demandé qu’en principe, les gens ne sortent plus après 20:00. Nous appelons la population du pays à respecter ces règles Il faut tout faire pour arrêter la propagation du coronavirus. Nous souhaitons travailler avec les gouvernements locaux et les gouverneurs dans ce sens.

Gouverneur de Kanagawa

La préfecture avait demandé de limiter les sorties après 22:00. Cependant, quand on va vérifier cela, seulement 20% des gens coopèrent pas. Donc, quand on demande de respecter un horaire de 20:00, nous ne savons pas si les gens le suivront. Nous sommes très inquiets.

C’est avec cette expérience que nous avons compris qu’il faut des aides financières. L’État nous a répondu qu’il avait compris. Pendant notre réunion, nous avons pu confirmer qu’il va bien faire les choses. Parallèlement, nous avons conclu qu’à moins que l’État et les gouverneurs du Grand Tokyo travaillent ensemble, nous n’obtiendrons pas la coopération de la population. C’est pourquoi je trouve que notre réunion d’aujourd’hui a été très positive.

Articles Connexes

Partager cet article :
Cet article a-t-il répondu à votre question?
Que pouvons-nous faire pour améliorer cet article?
Précédent 2021-1-4 – Gouverneure de Tokyo
Suivant Chiba Préf – État équivalent à un état d’urgence (déc. 2020)
Table des matières