Chercher dans tout le site

Il y a beaucoup d'informations. Commencez par chercher ici !

Si vous ne trouvez pas de réponse, cliquez sur l’icône en bas à droite de cet écran.

Catégories

Coin Conférences de presse

Pour tous ceux qui nous lisent

Comme toujours, Infos Locales au Japon et Infos Kyushu mettent ces documents à titre d’information. Nous pouvons avoir mal compris ou traduit l'information, ou celle-ci peut avoir évolué depuis l'écriture de cet article. Nous mettons également à jour nos articles si la situation le demande, mais cela peut parfois prendre du temps. Nous encourageons donc chacun à vérifier les informations à la source, et de se tenir régulièrement informés par NHK Japon ou NHK World.

En cas d'urgence COVID

En cas d'urgence non-COVID

IMG - Numéros de téléphone en cas d'urgence
Numéros de téléphone en cas d'urgence (non COVID). Ce document contient aussi les informations pour contacter une ambassade etc. en urgence.

Pourquoi s’inscrire au Consulat ?

IMG - Ambassade & consulats
...lorsqu’on vit ou voyage à l’étranger, c'est important parce que... (lire la suite)

2022-01-06 Experts du ministère de la Santé (sur la situation)

Vous êtes ici :
< Retour

Le ministère de la Santé, du Travail et des Affaires sociales demandait l’avis des experts concernant la gestion du variant omicron pendant face à la forte croissance du nombre de cas dans plusieurs préfectures. À retenir de l’article ci-dessous :

  • Il faut accélérer les vaccinations des personnes non vaccinées et les rappels de vaccination
  • Que cela soit lié au variant omicron ou delta, les experts anticipent une forte propagation du virus,

Wakita, président du Conseil consultatif

Situation actuelle concernant les infections

Nouveaux cas

Sur la situation infectieuse dans tout le pays, le nombre de nouveaux cas augmente à une vitesse très rapide. Cela correspond à une vitesse de 105 cas pour 100 000 habitants pour la semaine la plus récente. Le rapport d’une semaine à l’autre est de 3,26. C’est donc une progression extrêmement rapide.

En province, on constate une progression extrême dans la préfecture

  • d’Okinawa : 80 cas pour 100 000 habitants. Le rapport d’une semaine à l’autre est de 6,95.
  • de Yamaguchi : 122 pour 100 000 habitants. Le rapport d’une semaine à l’autre est de 11,1.
  • d’Hiroshima : 114 pour 100 000 habitants. Le rapport d’une semaine à l’autre est de 24,7.

Dans le Kantô et dans le Kansai, on peut constater une augmentation des nouveaux cas essentiellement dans les zones urbaines.

(NdT : Lorsque le rapport d’une semaine à l’autre est supérieur à 1, cela signifie qu’il y a plus de cas que la semaine précédente. L’idéal est qu’il soit inférieur à 1, et le plus petit possible.)

Cas d’infection par le variant omicron

À l’étranger, le nombre de cas d’infection par le variant omicron continuent à augmenter. Au Japon, environ 80% des préfectures en ont aussi identifié. On trouve continuellement des cas de personnes infectées sans historique de voyage à l’étranger et pour lesquelles on ne connait pas les voies d’infection.

Le variant delta est progressivement remplacé dans certaines régions. On peut donc s’attendre à une propagation plus importante du virus et des tensions dans le système de fourniture de soins médicaux.

Prévisions et mesures nécessaires à l’avenir

Il faut s’attendre à une propagation plus importante

Il y a de fortes probabilités que le virus se propage encore plus dans le futur. Le nombre total de nouveaux cas pendant la période de fin et de début d’année a considérablement augmenté. Parallèlement, les infections par le variant omicron augmentent. En particulier dans les préfectures d’Osaka et d’Okinawa, on constate constamment des cas de personnes infectées par le variant omicron sans avoir d’historique de voyage à l’étranger. Le variant omicron y a déjà bien remplacé le variant delta.

On peut le constater en ce qui concerne la croissance actuelle du nombre de cas, depuis la période de Noel de l’an dernier, en particulier depuis un peu avant. Depuis, avec la période des fêtes de fin et début d’année, il y a eu plus de déplacements dans le pays pour retourner dans la maison familiale et plus de contacts entre les gens. De plus, ce week-end, il y aura un pont, les célébrations du passage à la majorité, et d’autres réunions liées à ces célébrations. Il faut donc craindre que les infections se propagent encore plus dans l’avenir.

Selon le niveau de propagation, il faut s’attendre à des tensions concernant la fourniture des soins médicaux

Selon la façon dont le virus se propage, il pourrait y avoir des tensions concernant la fourniture de soins médicaux. Ensuite, il faut s’inquiéter d’une propagation parmi les gens qui sont à risque d’aggravation des symptômes.

Ce que l’on sait maintenant de ce variant

Nous avons des informations sur le variant omicron. Les institutions internationales et les pays étrangers nous ont fourni des rapports intermédiaires et nous avons aussi des informations à partir des cas d’infection dans le pays. Néanmoins, nous avons pour le moment trop peu d’informations. Nous savons que le variant delta est très rapidement remplacé par le variant omicron et que ce dernier est très contagieux. Ensuite on sait qu’en comparaison avec le variant delta, le temps de génération, le temps de multiplication et le temps d’incubation sont plus rapides. De plus, la probabilité d’une contagion secondaire ou tertiaire est plus importante.

Les vaccinations permettent encore de prévenir l’aggravation des symptômes jusqu’à un certain point. Néanmoins, les rapports signalent que leur capacité à protéger contre l’apparition des symptômes diminue remarquablement. On nous a aussi signalé qu’en laboratoire, on aurait constaté que l’efficacité d’une partie des traitements neutralisants d’anticorps diminue également. En plus de ces informations, il y a des informations venant d’études épidémiologiques et en laboratoire. De celles-ci, on peut vérifier qu’en comparaison avec le variant delta, les infections par le variant omicron s’aggraveraient moins facilement.

Même moins dangereux, le variant omicron pourrait déstabiliser le système de fourniture de soins médicaux

Néanmoins, face à une propagation très rapide du virus à l’avenir, le nombre de nouveaux cas pourrait augmenter à une vitesse très rapide. Dans ce cas, le nombre de personnes en observation / traitement à domicile, dans des établissements d’hébergement et hospitalisés augmenterait très rapidement. Cela amènerait très rapidement des tensions dans le système de fourniture de soin, ce qui mérite de faire attention.

Si le virus devait se propager entre des personnes à risque d’aggravation des symptômes, il pourrait y avoir une proportion plus importante de décès et de patients en état grave.

Mesures à instaurer pour éviter un effondrement du système médical

Autant dans le cadre des mesures aux frontières que sur le terrain dans chaque région, il est nécessaire d’activer des mesures flexibles de prévention des infections. Par conséquent, nous souhaitons mentionner trois points :

  • Pour les mesures aux frontières, il y a des tests de dépistage pour le variant omicron au moment de l’entrée au Japon. Si le test de dépistage est positif, on considère qu’il s’agit d’une infection par le variant omicron et les services se dépêchent d’identifier les cas contacts et de les gérer. Ensuite, on continue à analyser le génome des personnes positives.
  • Dans le pays, il faut craindre une croissance soudainement importante du nombre de cas. Il est donc nécessaire de maintenir le système de surveillance (recherche des cas d’infection). Comme il y a maintenant confirmation de cas d’infection par le variant omicron, il est nécessaire d’utiliser le système de tests de dépistage pour identifier précocement les personnes infectées. Il est nécessaire des études épidémiologiques rapidement et de manière proactive, ainsi que d’implémenter des mesures de prévention du virus.
  • En cas d’infection par le variant omicron, nous recommandons d’effectuer des tests de dépistage sur un nombre important de personnes.

En s’appuyant sur le nombre des infections régionales, et en anticipant la progression du nombre de cas et d’aggravation des symptômes, les préfectures doivent prévoir

  • de sécuriser un nombre de lits plus important,
  • sécuriser du personnel pour aider à traiter le volume des tests de dépistage et des études épidémiologiques menés par les hokenjos (centres de santé),
  • des établissements médicaux pour effectuer des visites de patients en observation à domicile et pour effectuer les consultations en ligne.

Elles doivent pouvoir implémenter tout cela avec souplesse.

Définir rapidement un plan pour garantir la continuité des opérations d’infrastructure dans le pays

Ensuite, pour chaque région, il faut définir rapidement un plan pour garantir la continuité des opérations des installations.

Avec une propagation rapide du virus, comme on peut le voir aussi à l’étranger, le virus se propage parmi les travailleurs indispensables, ou ils deviennent des cas contacts. Ceux-ci doivent donc être placés en isolement. À l’étranger, on nous signale que cela amène un dysfonctionnement des opérations vitales de l’économie.

En province, quand le virus se propage rapidement, surtout quand le personnel d’établissements médicaux et d’établissements de soins infirmiers et leur famille, ou lorsqu’il se trouve cas contact sur le lieu de travail, cela risque plus de créer des interruptions de service.

Il en est de même concernant les gouvernements locaux, y compris les hokenjos, les moyens de transports, etc. Par conséquent, toute l’infrastructure de soutien de la société pourrait également être affectée. Il convient donc de vérifier le plan pour la continuité des services opérationnels.

Dans le monde du travail, nous recommandons aussi de passer au télétravail.

Encourager les vaccination et les inoculations de rappel

Il est nécessaire de renforcer la transmission des informations aux personnes non vaccinées et vaccinées.

Il faut s’inquiéter d’une très forte progression du nombre de cas de variant omicron. Par conséquent, il est nécessaire d’avancer les vaccinations pour les personnes qui le sont pas encore. Les gouvernements locaux ont besoin de fournir des informations aux personnes qui n’ont pas encore été inoculées. De plus, depuis décembre 2021, le gouvernement a commencé les troisièmes inoculations.

Il est essentiel que celles-ci aient lieu sans problème. Pour cela, il faut faciliter l’avancement des dates pour les professionnels de la santé et les personnes âgées à fort risque d’infection.

Sur les traitements

Je passe aux traitements exceptionnellement homologués. Ils seront dispensés gratuitement aux personnes qui ont des symptômes bénins à modérés lorsqu’ils sont à risque d’aggravation des symptômes. On espère beaucoup de leur capacité de prévention de l’aggravation des symptômes. De plus, il s’agit de médicaments à avaler, leur accès sera meilleur.

Tests de dépistage et information

Il convient de partager largement les prévisions sur la vitesse de propagation du variant omicron.

  • Les gouvernements, les entreprises et les citoyens doivent être conscients que le remplacement des souches Delta par des souches Omicron au Japon progresse et que l’infection pourrait se propager rapidement à l’avenir.
  • Il est important d’appliquer les mesures de base de contrôle des infections pour les souches Omicron. Tout le monde, y compris les personnes vaccinées, doit continuer à porter leur masque, à pratiquer une bonne hygiène des mains et une bonne ventilation.
    Le risque d’infection est plus élevé lorsqu’il on se trouve dans un lieu qui a plusieurs des « Trois F » (lieux Fermés, lieux de Foule, lieux dans lesquels on se Frôle / parle Fort). Toutefois, en raison du potentiel de transmission élevé de la souche Omicron, il convient d’éviter, dans la mesure du possible, de se trouver dans un lieu qui ne présent qu’un seul de ces « F ».

Recommandations à la population

La coopération de la population et des entrepreneurs est indispensable à la prévention de la propagation du virus.

Les personnes qui se rendent dans un restaurant à l’occasion d’un événement annuel tel que des pots pour le Nouvel An ou une cérémonie de passage à l’âge adulte ont besoin de choisir un établissement de restauration bien aéré, qui affiche le certificat de conformité émis par un organisme tierce. Il convient de s’y rendre avec le nombre le plus petit de personnes, d’éviter d’y parler fort et d’y rester longtemps. Il est également nécessaire de porter un masque lorsqu’on ne mange pas ou ne boit pas.

Aussi, lorsqu’on sort de chez soi, il est important d’éviter les endroits bondés et ceux où le risque d’infection est élevé. Afin de protéger sa vie, mais également pour empêcher la propagation de la souche Omicron, les personnes qui ont un peu de fièvre, se sentent malades, ou qui ne se sentent pas en bonne santé ont besoin de s’abstenir de sortir. Dans ce cas, nous recommandons qu’elles consultent un médecin sans hésiter et se fasse tester pour le nouveau coronavirus.

En particulier dans les régions où la propagation du virus est rapide et où l’on craint que le système de soins de santé ne soit sous pression, nous appelons chacun à rester agir et prendre des décisions avec prudence.

Questions de la presse

Q : Dans les préfectures qui ont décidé d’appliquer les mesures de prévention des pandémies et autres mesures prioritaires, à savoir Okinawa, Yamaguchi et Hiroshima, comment relier les cas de variant omicron à ces décisions ? Pensez-vous que le variant a beaucoup remplacé les autres souches ? En même temps, il y a aussi une augmentation du nombre de cas à Tokyo et Osaka. À Okinawa, la situation est plus « lâche ». Après cela, comment cela devrait-il évoluer ?

La deuxième question. Comment avez-vous discuté et analysé la propagation du virus dans les trois préfectures ?

Troisième question. À l’étranger, on note que le variant omicron amène peu de risques d’aggravation des symptômes. Compte-tenu de la situation actuelle, pourriez-vous nous rappeler comment la population peut se protéger ?

Merci pour votre question. Je réponds en bloc.

Quel est le rôle du variant omicron dans la situation actuelle des préfectures de Yamaguchi, Hiroshima et Okinawa ?

La question concerne la situation actuelle et comment on peut la relier à la propagation du virus omicron dans le cas des préfectures de Yamaguchi, Hiroshima et Okinawa, et ce que nous en pensons.

À Tokyo, Osaka, la courbe infectieuse est plus calme qu’à Okinawa, mais le nombre de cas augmente quand même. Cela est aussi lié au variant omicron.

D’abord, nous pensons qu’il y a principalement trois facteurs de propagation du virus. Le premier, c’est que le variant omicron est particulièrement contagieux. Il peut donc se répandre facilement.

Ensuite, en deuxième point, l’efficacité des vaccins à prévenir le virus diminue à ce stade. En particulier, cela ne fonctionne pas avec le virus omicron. Cela entraîne donc une propagation du virus, par nature.

En troisième point, à la fin de l’année dernière, à partir de Noël et de la période des fêtes de fin d’année, on peut penser que les gens ont rencontré des personnes qu’ils n’ont pas l’habitude de voir.

Ce sont les trois facteurs. Quand on rentre dans les détails et regarde les données des tests PCR, les régions dont vous parlez, d’Okinawa, Hiroshima et Yamaguchi, on voit que 70% des cas sont maintenant des cas de variant omicron. On peut donc dire que le variant a gagné du terrain, et que la propagation du virus par ce variant est rapide.

Comparaison de la propagation avec celle des grandes villes, dont Tokyo et Osaka

De même, à Tokyo et Osaka, dans les grandes villes, on peut dire que le variant omicron commence à bien remplacer les souches existantes. Cela se voit par les chiffres.

Par contre, cette fois, les caractéristiques sont différentes. À Okinawa, et dans les préfectures de Yamaguchi et Hiroshima, la propagation est particulièrement rapide, et maintenant, elle commence dans les autres villes. Il y a un décalage dans le temps, mais on peut s’attendre à la même propagation dans les métropoles.

Quels sont les facteurs qui ont mené à la propagation actuelle du variant omicron ?

En réponse à votre deuxième question, le facteur de propagation dans les préfectures d’Okinawa, Hiroshima et Yamaguchi est lié aux retours dans la maison familiale, etc. et aux clusters dans les bases américaines. Comme je l’ai déjà dit, il y a trois facteurs de propagation du virus. Les retours et les fêtes telles que celle de Noël jouent un rôle dans l’augmentation du nombre de contacts et de déplacements.

Ensuite, sur le lien avec les clusters des bases américaines, nous ne disposons pas de données qui permettent de relier directement les patients des bases américaines aux patients dans le pays. En revanche, nous pouvons voir qu’il y a un lien entre le personnel japonais qui travaille dans les bases militaires et les infections des populations locales. On peut supposer qu’il y a un lien de cette manière.

Le variant omicron est-il moins dangereux ?

Maintenant, vous nous demandez si la dangerosité du variant omicron est moindre. Sur ce point, selon les différentes informations obtenues de l’étranger, et à partir des observations au Japon du niveau des symptômes des patients, nous pouvons effectivement affirmer que le nombre de cas bénins est important.

Cependant, si nous réfléchissons aux raisons, c’est d’abord que pour le moment, ce sont majoritairement les jeunes générations qui l’attrapent. En général, au début, ce genre de propagation des virus touche majoritairement les jeunes générations. Aussi, quand on raisonne en matière de gravité des symptômes, les cas sont majoritairement bénins.

À l’avenir, quand nous entrerons dans la phase où le virus atteindra les personnes âgées ou à risque d’aggravation, nous pourrions faire face à une augmentation du nombre de personnes qui nécessitent une hospitalisation ou dont les symptômes s’aggravent. C’est ce qu’il faut craindre.

Par contre, en matière de prévention, si l’on parle de ce que nous pouvons tous faire, nous avons déjà commencé les analyses cliniques du variant omicron. Jusqu’à présent, on ne peut pas vraiment déclarer qu’il y a une grande différence entre le mode de transmission des variants existants, du variant delta et du variant omicron. Il s’agit de transmission par éclaboussures, par le toucher et par micro-gouttelettes, ce que l’on appelle transmission aérosole. Par conséquent, la contamination arrive plus facilement dans les endroits de type « Trois F ». L’aération est particulièrement importante, il faut rigoureusement porter un masque et garder une bonne hygiène des mains, éviter les « Trois F », et aérer abondamment.

Il convient de faire encore plus attention à l’application de ces mesures de prévention des infections. C’est essentiel, et bien que nous en ayons parlé, il n’y a rien de nouveau.

Les conférences des experts et autres discours se trouvent dans le Coin Conférences de Presse du site.

Partager cet article :
Cet article a-t-il répondu à votre question?
Que pouvons-nous faire pour améliorer cet article?
Please submit the reason for your vote so that we can improve the article.
Précédent 2022-01-13 Experts du ministère de la Santé (sur le variant omicron)
Suivant 2021-12-28 Les experts du ministère de la Santé (changement de stratégie)
Table des matières
error: Alert: Content is protected !!