Chercher dans tout le site

Il y a beaucoup d'informations. Commencez par chercher ici !

Si vous ne trouvez pas de réponse, cliquez sur l’icône en bas à droite de cet écran.

Catégories

RSS Derniers articles

Pour tous ceux qui nous lisent

Comme toujours, Infos Locales au Japon et Infos Kyushu mettent ces documents à titre d’information. Nous pouvons avoir mal compris ou traduit l’information, ou celle-ci peut avoir évolué depuis l’écriture de cet article. Nous mettons également à jour nos articles si la situation le demande, mais cela peut parfois prendre du temps. Nous encourageons donc chacun à vérifier les informations à la source, et de se tenir régulièrement informés par NHK Japon ou NHK World.

En cas d’urgence COVID

En cas d’urgence non-COVID

IMG - Numéros de téléphone en cas d'urgence
Numéros de téléphone en cas d’urgence (non COVID). Ce document contient aussi les informations pour contacter une ambassade etc. en urgence.

Pourquoi s’inscrire au Consulat ?

IMG - Ambassade & consulats

…lorsqu’on vit ou voyage à l’étranger, c’est important parce que… (lire la suite)

 

2020-12-16 – Réunion des experts

Vous êtes ici :
< Retour

Les experts du pays se sont réunis le 16 décembre pour évaluer la situation infectieuse actuelle. Ils ont tenu à cette occasion une conférence de presse. Cette fois-ci, le Dr. Wakita a pris la parole.

Annonce – déclaration

Situation infectieuse pour l’ensemble du pays

Dans la capitale, le Kansai et le Chubu, nous ne voyons pas de diminution évidente du nombre de nouveaux cas. En outre, nous voyons maintenant des débuts d’épidémie dans des régions dans lesquelles il n’y en avait pas ou plus jusqu’à présent.

Dans les régions où le virus se propage, l’étendue du nombre de nouveaux cas est important, et le nombre de personnes âgées infectées est important. Aussi, les nombres de personnes hospitalisées, et de patients graves continuent à augmenter.

Les hôpitaux commencent à avoir du mal à accepter les patients. Le nombre de décès augmente déjà. Cependant, dans le futur, la tendance à la hausse du nombre de décès va continuer. Cela est préoccupant.

Situation hospitalière pour l’ensemble du pays

Dans cette situation, il va falloir limiter les accès aux urgences et les opérations planifiées. Il va aussi falloir réduire le nombre d’hospitalisations pour sécuriser des lits. Par ailleurs, on voit déjà des difficultés inhabituelles pour hospitaliser des personnes séniles ou avec d’autres conditions. On peut constater que les traitements réguliers subissent les conséquences.

Si cette situation continue sans que nous ne fassions rien, il sera difficile d’assurer les soins réguliers en même temps que ceux pour le nouveau coronavirus.

Situation pour chaque région

Pour ce qui est de la situation dans chaque région, je commence avec Hokkaido.

À Hokkaido, on peut constater une diminution du nombre de nouveaux patients. À Sapporo, les hokenjos étaient débordés, mais grâce à cette baisse, ils commencent à être un peu soulagés.

La capitale continue à trouver un nombre croissant de nouveaux cas dans toutes les régions. Les institutions médicales continuent à travailler dans des conditions particulièrement difficiles. Pour sécuriser des lits, on doit déplacer les patients.

Si on regarde pour la totalité de la capitale, le virus se propage aussi dans les préfectures de Saitama, Kanagawa, et Chiba. Il y a, en particulier, une tendance bien visible à la propagation du virus dans la préfecture de Saitama.

À Osaka, le nombre de nouveaux cas avait atteint un plateau à un niveau élevé. Maintenant on peut voir une légère baisse. Cependant, le niveau reste élevé. Les préfectures de Hyogo, Kyoto, Nara connaissent une propagation continue.

Dans le Chubu, le virus se propage dans la région de Nagoya. La préfecture de Gifu connait aussi une propagation.

À Okinawa, le nombre de nouveaux cas a tendance à diminuer.

Pour les autres régions, dans les préfectures de Miyagi, Gunma, Hiroshima, Kôchi, Fukuoka, Kumamoto, et Oita, il n’y avait jusqu’à présent pas de grosse propagation. Cependant, c’est en train de changer.

Analyse de la situation

En ce qui concerne l’analyse de la situation, le nombre de nouveaux cas reste stable ou augmente dans les régions dans lesquelles la population est nombreuse. Ensuite, le virus s’est propagé depuis ces régions vers les régions de province. Dans ce sens, à moins de contenir le virus dans les métropoles, on ne pourra pas contenir le virus en province.

Donc, la première chose à faire est de contenir le virus en zone urbaine, puis d’empêcher qu’il se propage en province.

Concernant la propagation de ces derniers temps, le nombre de clusters en relation avec des fêtes de fin d’année, des occasions sociales, des repas ou pots dans des établissements de restauration et boisson.

À l’étranger aussi, on considére que les restaurants et boissons sont des endroits propices à la propagation du virus.

À Sapporo, nous avons pu confirmer que si on réduit les horaires dans les quartiers de divertissements, la courbe infectieuse commence à diminuer.

En revanche, dans les grandes villes dont Tokyo, les restaurants sont visités par un nombre indéterminé et non identifiable de personnes. Cela contribue à faire augmenter le nombre de personnes dont on ne peut pas identifier l’origine de la contamination. C’est ce qui expliquerait que le virus continue à se propager.

Les tranches d’âge qui utilisent beaucoup ces lieux, à savoir entre 20 et 60 ans, sont souvent asymptomatiques même lorsqu’ils attrapent ce virus, cela peut contribuer à la propagation du virus, y compris dans le foyer et les hôpitaux, ce qui entraîne une aggravation des cas.

Les risques

De nombreuses mesures sont prises pour limiter la propagation du virus. Cependant, il faut considérer des mesures plus fortes de réductions d’horaires, etc. pour les établissements qu’il faut éviter.

Si le virus se propage pendant la fin et le début de l’année, il y a un risque que les hôpitaux ne soient plus en mesure de fonctionner. Il faut donc prendre toutes les mesures au plus tout dans ce sens.

La population ne doit pas être véhicule de propagation du virus durant des parties de fin et début d’année, ou en rentrant au pays, et de passer des fêtes de fin d’année au calme, et les experts demandent au gouvernement de le faire savoir à tous.

L’autre jour, sur la base des recommandations du comité des experts, les quartiers généraux du gouvernement ont décidé de mesures le 14 décembre. Dans le futur, nous devrons analyser et évaluer l’efficacité de ces mesures. Si cela ne suffit pas, nous demanderons des mesures complémentaires.

Questions de la presse – résumé

Q : Go To Travel sera suspendu pour l’ensemble du pays à partir du 28 décembre. Quels effets attendez-vous ? Jusqu’à présent, les mesures étaient prises pour 3 semaines à la fois, et cette fois-ci, cela sera plus court. Est-ce assez ?

Comme je viens de l’expliquer, le virus se propage à l’ensemble du pays. Le virus commence par se propager dans les grandes villes et se déplacer vers la province, ce qui revient à une autre propagation. Pour éviter cette situation, il faut absolument contenir la progression du virus par tous les moyens.

Dans ce cas, la population, le gouvernement et les gouvernements locaux doivent travailler ensemble pour l’application de solutions.

La suspension de la campagne Go To est importante pour limiter les déplacements des gens. Cependant, nous ne pensons pas que cela soit suffisant pour endiguer la propagation du virus. Il est important d’éviter tout risque de propagation à destination du voyage. Le comité des experts a expliqué les 5 situations. Il faut être particulièrement prudents lors de celles qui sont liées à l’absorbtion d’alcool, telles que les partys pour la fin et le début d’année. Dans ces endroits, nous recommandons de ne les tenir qu’entre personnes qui sont toujours ensemble au quotidien. C’est important. Il faut aussi être prudents concernant les conversations où on enlève les masques.

Ces situations ne pardonnent pas, et il faut donc gérer le risque. Il y a bien entendu la période d’interruption de Go To Travel, mais l’objectif le plus important est de faire baisser le niveau infectieux pendant cette période. En particulier, pendant le dernier comité consultatif de Tokyo, certains ont donné des opinions très fortes. Chaque jour, quand il y a entre de 500 et 700 nouveaux cas tous les jours, on se demande s’il sera possible de continuer à traiter tout le monde. Quand on y réfléchit, et plus particulièrement quand on sait que le système médical fonctionne au ralenti pendant la fin de l’année, cela va devenir très problématique. Il faut donc se dépêcher d’améliorer la situation.

Go To Travel est suspendu entre le 28 décembre et le 11 janvier, ce qui représente environ 2 semaines. Nous prévoyons d’évaluer la situation infectieuse au moment de la fin de cette période le 11 janvier.

D’un point de vue général, il convient de s’abstenir tout déplacement, et Go To Travel est suspendu. Nous évaluerons tout cela.

Source : conférence écoutée en direct

Articles connexes

Partager cet article :
Cet article a-t-il répondu à votre question?
Que pouvons-nous faire pour améliorer cet article?
Précédent 2020-12-22 Conseil consultatif du MLHW sur la mutation du virus
Suivant 2020-12-11 Comité des experts – 3 scénarios, fêtes de fin d’année
Table des matières
error: